RDC-Belgique : des voix s’élèvent pour privilégier le dialogue
mardi 20 février 2018

Entre Kinshasa et Bruxelles, le ciel est gris. Le Royaume de Belgique a été le premier à hausser le ton, en décidant de suspendre la coopération structurelle avec la République démocratique du Congo. Les autorités congolaises ont aussitôt répliqué en ordonnant la fermeture de la maison Schengen à Kinshasa ainsi que leur consulat à Anvers. Elle ont ailleurs pu décidé de réduire les vols de Brussels Airlines entre les deux capitales. Face à ces relations tendues, des voix s’élèvent pour appeler au dialogue.

Au moment où l’opinion s’interroge sur l’issue de la coopération bilatérale entre la Belgique et la RDC, plusieurs Etats prônent l’apaisement. Basée à Bruxelles, la capitale belge, l’Union européenne a vite fait de réagir aux côtés de la Norvège, à travers un communiqué de presse diffusé début février.
Dans cette déclaration conjointe, les signataires regrettent particulièrement la décision de Kinshasa de fermer la Maison Schengen, qui facilitait l’octroi des visas aux demandeurs congolais, désireux de voyager dans cette zone. Les 18 Etats membres de l’UE et la Norvège se disent, dès lors, ouverts au dialogue avec la RDC pour pousser ses autorités à reconsidérer leur position.
"La Maison Schengen est un instrument de mise en œuvre de la politique commune des visas de l’Union européenne, destiné à faciliter le traitement des demandes de visa pour les États parties au Traité de Schengen. Les 18 États participant au dispositif consulaire de la Maison Schengen Kinshasa estiment important de préserver cette forme de coopération consulaire locale afin d’assurer la continuité et la qualité des services de visas pour les citoyens congolais. A ce titre, ils restent ouverts au dialogue", souligne la déclaration.

"LA RDC DISPOSEE A JOUER SA PARTITION"

Côté Kinshasa, la réponse ne s’est pas fait attendre. Aux dires de Lambert Mende, ministre de la Communication et Médias, le Gouvernement congolais est bien ouvert au dialogue. "La RDC est aujourd’hui disposée à jouer sa partition en vue de décrisper la situation entre ces deux partenaires", a déclaré le 8 février dernier sur Tv5 Monde le porte-parole de l’Exécutif congolais.
"Nous n’avons pas, dit-il, pris des mesures hostiles envers la Belgique. Nous estimons que c’est un partenaire traditionnel. Et nous avons questionné certaines initiatives qui ont été prises par nos partenaires. Nous avons appliqué par réciprocité certaines mesures qu’ils avaient appliquées, tant que nous n’en comprenions pas la rationalité. Si ce partenaire est ouvert maintenant à un dialogue, pourquoi pas ? Nous sommes prêts à aller au dialogue de manière tout à fait sereine".
Lambert Mende estime toutefois qu’il faut un préalable avant ce ’’dialogue’’. "Il faut, qu’on comprenne d’abord pourquoi il y a eu cette attitude envers le Gouvernement congolais, avant que nous dialoguons. Nous devons comprendre ce que ce partenaire nous reproche, car nous n’avons pas de contentieux particuliers en ce moment", a-t-il lâché.
Le porte-parole du Gouvernement congolais reproche, en fait, à certaines autorités belges "des positions hostiles, des attitudes qui consistaient à les opposer entre Congolais, avec d’autres pays européens, ainsi que d’autres pays de la communauté internationale".

BRUXELLES PRET A DISCUTER

Pour sa part, la Belgique, tout en étant "particulièrement inquiète" à propos de la situation qui prévaut en RDC, se dit toujours disposée à discuter d’une remise à plat des relations entre les deux pays, a aussitôt rétorqué Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, se confiant à la Commission des relations extérieures de la Chambre, à Bruxelles.
"J’ai eu, dit-il, mon collègue Léonard She Okitundu au téléphone, pour lui confirmer que nous étions disponibles pour un dialogue sur les relations bilatérales, que ce soit à Bruxelles ou à Kinshasa - sa préférence étant Kinshasa. Nous l’avons confirmé par note verbale, en indiquant qu’une délégation, qui pourrait être composée de représentants du Premier ministre, des Affaires étrangères, de la Coopération et de la Défense, était disponible pour reprendre des discussions sur nos relations bilatérales".

POURQUOI REORIENTER L’AIDE VERS LES ONG ?

Tâchant d’expliquer le sens de la décision prise le 10 janvier dernier, en concertation avec Alexander De Croo, son collègue de la Coopération au développement, Didier Reynders affirme avoir agi dans un contexte où la situation du peuple congolais "est de plus en plus préoccupante", au moment où les besoins humanitaires vont croissants.
Les deux ministres avaient, en fait, décidé, à la suite de la répression des manifestations du 31 décembre dernier en RDC, de réorienter vers les ONG locales les 25 millions d’euros d’aide, dont 5 millions destinés à appuyer le processus électoral.
D’après Didier Reynders, cette intervention est désormais mobilisée pour accomplir certaines tâches dans le domaine humanitaire. Une optique que Bruxelles soutient aujourd’hui plutôt que de passer par le canal de la coopération gouvernementale avec Kinshasa, qui continue toutefois à bénéficier, en cette année, d’autres programmes à hauteur de 70 millions d’euros.

DETOURNER L’ATTENTION DE L’OPINION

Kinshasa a certes très mal accueilli cette décision qui l’a poussé à prendre une série de mesures de rétorsion, entre autres la demande de ’’cessation immédiate’’ des activités de la nouvelle agence belge de développement (Enabel) en RDC, ’’le démantèlement du dispositif consulaire’’ (Maison Schengen) à Kinshasa, la fermeture du consulat général de Lubumbashi… et la réduction, de sept à quatre par semaine, du nombre de fréquences accordées à la compagnie Brussels Airlines entre Bruxelles et Kinshasa.
"Notre pays déplore cette situation. Ces annonces risquent hélas de toucher à nouveau, en premier, lieu la population congolaise", a souligné le Vice-Premier ministre belge en charge des Affaires étrangères. Selon Didier Reynders, ces mesures visent, dans le chef du régime du président Joseph Kabila, à "détourner surtout l’attention de l’opinion des problèmes de politique intérieure".
Clément Dibwe et Déborah Mangili
Tiré du Journal du citoyen n°13 du 10 au 16 février 2018

Maman Olangi : la dépouille était conservée à la Clinique Rapha sur la 11ème rue Limete !
vendredi 22 juin 2018

Plus de mystère ! La dépouille de feuf Maman Olangi Wosho était conservée dans une morgue spéciale à la Clinique Rapha, sur la 11ème rue Limete, (...)
lire la suite
Les USA prennent des mesures contre des personnalités impliquées dans la corruption et la violation des droits de l’homme
vendredi 22 juin 2018

Le Département d’État annonce, dans un communiqué daté d’hier jeudi 21 juin, sans dévoilé des noms, avoir imposé des nouvelles sanctions à plusieurs (...)
lire la suite
Procès Kamwina Nsapu : Les prévenus restent de marbre
vendredi 22 juin 2018

Les dépositions du renseignant Mukenge Kabangu Barthelemy Pépé à l’audience du mardi 19 juin dernier, comme celles débitées à l’instruction d’hier (...)
lire la suite
Le mouvement " Rien sans les femmes " milite pour l’acceptation de la congolaise comme leaders politique
vendredi 22 juin 2018

La promotion de l’acceptation de la femme en tant que leader politique était au centre d’un forum organisé par le mouvement " Rien sans les femmes " (...)
lire la suite
La CENI convoque le corps électoral avec une liste des partis politiques contestée par le CNSA
vendredi 22 juin 2018

C’est confirmé à la CENI, demain samedi 23 juin 2018, comme prévu dans le calendrier électoral, intervient la convocation du corps électoral qui est (...)
lire la suite
La caution versée par les candidats en 2015 sera intégralement remboursée
vendredi 22 juin 2018

La caution versée par les candidats aux législatives provinciales manquées de 2015, sera intégralement remboursée. C’est la grande annonce faite par (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting