PROCES KAMWINA NSAPU
Le ministère public s’en tient aux dénonciations contenues dans les PV
vendredi 23 février 2018

Un seul prévenu a comparu hier jeudi 22 février, à la prison de Ndolo, à l’audience comptant pour l’affaire des présumés miliciens du mouvement terroriste Kamwina Nsapu, aile Kinshasa. Présentant ses moyens de défense, Lugeni Lumenga Reagan a remis sur les tapis la question des preuves matérielles prouvant son implication aux attaques perpétrées en 2017 dans plusieurs sites de Kinshasa.

Dans sa réplique, l’officier du ministère public a démontré, textes de droit à l’appui, que les aveux contenus dans les procès verbaux d’audition constituent des éléments de preuve de base. Il a, de surcroît, brandit les procès-verbaux de constat et d’autres pièces à conviction contenues dans les dossiers, revêtus de la force probante. Il s’agit notamment des photos factuelles et la liste de présence visiblement dressée au cours de la réunion tenue le 16 mai 2017, en perspective des attaques de la prison de Makala .
Dans son argumentaire, l’organe de la loi s’est aussi appesanti sur les dénonciations des uns contre les autres, obtenues lors de la phase prejuridictionnelle de l’affaire. Dans sa déclaration devant l’OPJ de la PNC, rappelle l’officier du ministère public, « le prévenu Lugeni Lumenga a avoué avoir été invité à la dite réunion par son co-prévenu Tshimanga Tshimanga Ben ».

LES PREVENUS NIENT TOUT EN BLOC
Dans ces mêmes déclarations contenues dans les PV, Lugeni Lumenga a avoué avoir été pris de panique lorsqu’il lui a été signifié que l’objet de cette rencontre consistait à s’adonner à des pratiques fétichistes, dans le but d’attaquer la prison de Makala, la télévision nationale (RTNC), les locaux de l’Agence nationale de renseignement et bien d’autres sites stratégiques de Kinshasa. Il a admis avoir été sacrifié à cette occasion.
Aussi curieux que cela puisse paraître, Lugeni qui se dit être un militant actif dans la Ligue des jeunes de l’Union pour la démocratie et le procès social (UDPS), parti cher à feu Etienne Tshisekedi, n’ait même pas reconnu parmi les autres prévenus, Gecko pourtant président de la jeunesse de cette formation politique. Il nie connaître Mazanga Mazanga Mazarin, secrétaire national de l’UDPS, Ben Tshimanga et Christian Mutombo qui, selon les aveux contenus dans les PV, lui ont facilité l’adhésion dans ce mouvement insurrectionnel.
« C’est la preuve que les prévenus continuent à mentir même devant le tribunal. Nous notons beaucoup de contradictions et de contrevérités dans les propos du prévenu. Il a, d’une part, nié sa propre signature apposée sur un PV. Il rebondit ensuite en affirmant avoir accepté de donner sa signature sur fond de pressions et menaces dont il a fait l’objet », a fait remarquer l’Officier du ministère public.
Dans son intervention, la partie civile RDC a démontré, à travers son questionnement, l’implication de Lugeni Lumenga dans les assauts terroristes qui ont endeuillé la mégapole congolaise en 2017. Elle a mis en relief le fait que le nom de Lugeni soit séparément cité par plusieurs autres prévenus au cours de leurs auditions pendant l’instruction prejuridictionnelle.

PROCÈS VERBAUX, ÉLÉMENTS DE PREUVE PAR EXCELLENCE

Les avocats de la défense ont, pour leur part, relevé des contradictions constatées dans les PV en ce qui concerne les dates d’arrestation et d’audition de leur client. Ils estiment que les biffures retrouvées sur ces PV constituent la preuve que le ministère public a ajouté dans ces pièces des déclarations inconnues du prévenu.
« C’est une contradiction inventée de toutes pièces dans le but de se disculper. Il y a eu d’abord audition, et c’est bien après que l’OPJ a jugé bon de placer sous PV de saisi le prévenu. Cela est conforme au code de procédure pénale. Il faut d’abord auditionner avant d’arrêter. Dans la confusion, les conseils ont pensé que le prévenu Reagan a été arrêté et auditionné après », a précisé le bâtonnier Mbere Moba Cyprien.
« Les preuves par excellence sont les différents PV versés dans le dossier. La loi dit que les PV sont des actes authentiques qui font foi jusqu’à la production des preuves contraires. Or, la partie defense n’a jusque-là pas brandit de preuves contraires. Revenir sur la question de rejet de ces PV est une démarche inopérante. je rappelle que le tribunal s’est déjà prononcé à ce sujet à travers un jugement avant de dire Droit », a rappelé Me Mpasi Mazowa.
Pour le conseil du prévenu, Me Joyce Mukengeshayi, le ministère public a affiché sa difficulté à prouver que son client a effectivement participé aux faits lui imputés. Il dit compter sur la sagesse de la composition quant à l’instruction des preuves. Le président du tribunal militaire de garnison Kinshasa Gombe a levé la séance, faute de temps, en renvoyant la cause au mardi 27 février prochain.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

La culture de la Pentecôte est le socle du développement socioéconomique
jeudi 21 juin 2018

(Par l’Ev. Colin NZOLANTIMA) « » INTRODUCTION La culture est souvent définie comme la façon de penser, de parler et d’agir d’un peuple. C’est ce (...)
lire la suite
La RDC compte 534.108 réfugiés, fait savoir le HCR
jeudi 21 juin 2018

Le Haut commissariat des Nations-unies pour le réfugié a annoncé, hier mercredi 20 juin, que la RDC compte actuellement 534.108 réfugiés, soit 62.000 (...)
lire la suite
80% de l’exportation du café échappe au contrôle de l’Etat
mardi 19 juin 2018

La mise en place d’un cadre adéquat est essentielle pour booster la filière du café au Sud-Kivu.« La province a produit plus de 5000 tonnes de café. (...)
lire la suite
La Fondation Friedrich Ebert peut désormais fonctionner en RDC
mardi 19 juin 2018

La Fondation Friedrich Ebert (FFE) peut désormais euvrer en RDC. Ce, après la signature de l’Accord-cadre de coopération intervenue hier lundi 18 (...)
lire la suite
La relance du commerce du café et du cacao au coeur d’un Forum à Kinshasa
mardi 19 juin 2018

Le ministre congolais de l’Economie nationale, Joseph Kapika, a lancé les travaux du tout premier forum national sur le café et le cacao. Ces (...)
lire la suite
80% de l’exportation du café échappe au contrôle de l’Etat
lundi 18 juin 2018

La mise en place d’un cadre adéquat est essentielle pour booster la filière du café au Sud-Kivu.« La province a produit plus de 5000 tonnes de café. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Des limites au régime de faveur

Autant le confesser tout de go. Personne d’équilibré ne trouverait à redire sur le principe d’une prise en charge d’anciens Présidents de la république élus par le Trésor public. Cette pratique existe (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting