LUTTE CONTRE LE TRAFIC DES STUPEFIANTS
Les participants aux assises d’Abidjan plaident pour le soutien de la Communauté internationale aux Etats africains
mardi 13 mars 2018

Le séminaire sur " le trafic de drogue par voie maritime dans le Golfe de Guinée " organisé du 6 au 9 mars 2018, à Abidjan, en Côte d’Ivoire appartient désormais à l’histoire. A l’issue des exposés ponctués de débats, les délégués venus d’Afrique centrale et de l’Ouest, ainsi que ceux des organisations régionales ont formulé une vingtaine de recommandations. Les unes ayant trait à la gouvernance et à la formation. Les autres, étant à caractère technique, opérationnel et juridique. Concernant la gouvernance, les participants demandent, entre autres, à la Communauté internationale, aux institutions et aux Etats de mieux soutenir les Etats africains dans la lutte contre le trafic de stupéfiants pour lequel il existe souvent une corruption des politiques. Cette rencontre a eu lieu à l’initiative de l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional(ISMI). Ce dernier dispense des enseignements répondant aux besoins des Etats du Golfe de Guinée dans le domaine de la sécurité maritime et de l’action de l’état de mer. Son siège est implanté à Abidjan en Côte d’Ivoire dans l’enceinte de l’Académie Régionale des Sciences et Technique de la Mer(ARSTM).
Dina BUHAKE

Recommandations
NARCOPS Gouvernance

1. Améliorer la coordination entre administrations de l’Etat au niveau opérationnel ayant légitimité à agir sur le terrain en collaboration avec les autres services, notamment dans les eaux territoriales et dans les ports.
2. La communauté internationale, les institutions et les Etats devraient mieux soutenir les Etats africains dans la lutte contre le trafic de stupéfiants pour lequel il existe souvent une corruption des politiques.
3. Favoriser l’élaboration et la mise en œuvre d’accords bilatéraux ou multilatéraux à caractère juridique et technique, et permettant le partage d’informations les accords-cadres à caractère diplomatique ayant été acquis par la ratification des instruments internationaux (droit de poursuite.
4. Encourager les échanges d’information entre autorités portuaires en s’aidant notamment des plates- formes d’échanges existantes (Europol, Interpol…), les CRESMAO et CRESMAC, CMMC, CMC et COM
5. Se rapprocher des pays d’Amérique du sud pour renforcer la coopération en matière de lutte contre les trafics illicites.
NARCOPS : recommandations à caractère juridique
6. Effectuer une analyse de risques permettant d’asseoir une politique en matière de criminalité portuaire en privilégiant une approche interministérielle.
7. Tirer les enseignements des audits et expertises de consultants OMI, ONUDC, Interpol, de la France, etc. En particulier en termes d’évolution des législations nationales en les renforçant et en les harmonisant de façon à les rendre suffisamment dissuasives.
8. Prendre les dispositions règlementaires permettant d’encadrer clairement les activités définissant les niveaux de responsabilité et reposant sur les engagements internationaux.
9. Etablir des conventions avec les opérateurs portuaires pour faciliter les contrôles.
10. Adapter les législations de façon à prévoir toutes les infractions n’étant pas encore prévue et sanctionnée
Recommandations en matière de formation
11. Poursuive l’action de sensibilisation engagée par l’ISMI sur les différents types de criminalité portuaire.
12. Renforcer la formation des agents civils ou militaires sur la criminalité portuaire, en relation avec les écoles spécialisées (écoles militaires, écoles de la marine marchande, des douanes, de la police…) en proposant, le cas échéant, des modules sur certains trafics, et enseigner les techniques de fouille de navires et conteneurs, de police technique et scientifique avec des exercices pratiques.
13. Dans ces mêmes formations, insister sur l’impérieuse nécessité de connaître les structures d’un navire de commerce à la fois pour prendre en compte les risques inhérents aux navires, préparer à ces prises de risques les équipes de contrôle et améliorer l’efficacité des contrôles. S’appuyer sur des manuels et une méthodologie rigoureuse.
14. Développer davantage d’actions de formations au niveau national sur les sujets traités par l’ISMI et élargis à la police technique et scientifique, la fouille de navires…
Recommandations à caractère technique et opérationnel
15. Avoir une approche globale et interministérielle des activités pouvant impliquer plusieurs acteurs.
16. Faire évoluer l’analyse des risques en y associant les possibles liens entre eux par exemple entre la piraterie, le terrorisme, le trafic de carburants, ou le trafic de stupéfiants
17. Prendre en compte dans les analyses de risques celles relevant de la tentation de corruption, en particulier pour les agents ayant des responsabilités sensibles (responsables des systèmes d’information).
18. Actualiser les méthodes de ciblage selon la prise en compte d’un spectre de paramètres évoluant selon le retour d’expériences et les progrès technologiques.
19. Préparer minutieusement une opération de contrôle à travers l’analyse de différentes données accessibles et de la fiabilité des renseignements renforçant le niveau de suspicion
20. Préalablement à un contrôle, mesurer les conséquences budgétaires d’un contrôle de navire non suivi d’un constat d’infraction et par conséquent pouvant entraîner une préjudice commercial pour les opérateurs du transport maritime.
21. Utiliser des applications du type whatsApp pour faciliter et accélérer les échanges entre agents concernés par la sûreté, nonobstant les limites de ce moyen de communication (nombre d’interlocuteurs rassemblé dans un groupe, sensibilité de l’information diffusée). Valable pour le portuaire et zones de mouillage, en pratique
22. A partir de l’analyse de risques (plan ISPS notamment), spécifiques à chaque pays et chaque port, acquérir des équipements à l’utilité avérée facilitant la fouille de navires ou de conteneurs, en sollicitant le cas échéant divers bailleurs de fonds (Fonds européens de développement par exemple
23. Rester attentif à la composition des équipages des navires (qualification, moralité), notamment en relation avec les sociétés de manning ou les DRH des compagnies maritimes
Recommandations à caractère technique et opérationnel
24. Encourager la mise en œuvre de point de contrôle unique associant les différents services de l’Etat concernés.
25. Dans le cadre d’un contrôle de navire, envisager dans les suites qui lui seraient réservées la mise en œuvre du principe de DISSOCIATION (produit-navire-équipage).
26. Favoriser l’harmonisation des équipements dans la région, voire mutualiser leur achat et entretien entre admin1istrations, par exemple en encourageant les patrouilles mixtes.
27. Fiabiliser et sécuriser les équipements de télécommunication est une priorité, du fait de la nécessité d’assurer l’acheminement des messages et des menaces susceptibles de les affecter (cyber sécurité).

Message de vœux à l’occasion du 58ème anniversaire de l’accession de la RDC à l’indépendance
vendredi 29 juin 2018

En ce jour mémorable où la RDC célèbre le 58ème anniversaire de son accession à l’indépendance, la Haute direction ainsi que l’ensemble du personnel de (...)
lire la suite
La main de l’Eternel n’est pas courte pour sauver
jeudi 28 juin 2018

(Par l’Evangéliste Colin NZOLANTIMA) Le monde se trouve dans une spirale de tensions couvées depuis plusieurs années et qui à ce jour se (...)
lire la suite
Steve Mbikayi : un plaidoyer pertinent, mais partiel
mercredi 27 juin 2018

*La nécessaire croisade du ministre de l’ESU pour la revalorisation du diplôme d’Etat gagnerait en efficacité si l’intéressé privilégiait une approche (...)
lire la suite
Une rescapée d’Ebola raconte les péripéties vécues par sa famille autour de cette pandémie
vendredi 22 juin 2018

Une patiente qui a survécu à Ebola à Bikoro, à l’Equateur, a préféré délier sa langue. Marie-Vincent s’est confiée auprès des services des MSF. Dans son (...)
lire la suite
Les infrastructures, domaine clé de la coopération sino-africaine dans la réduction de la pauvreté
jeudi 21 juin 2018

BEIJING, 20 juin (Xinhua) — Calestous Juma, ancien professeur de l’Université de Harvard, avait souligné dans un article datant de 2012 que les (...)
lire la suite
EPS : les deux premières années du secondaire s’appelleront désormais 7ème et 8ème année de l’éducation de base
lundi 11 juin 2018

* Par ailleurs, les élèves de la 7ème année suivront des programmes du domaine d’apprentissage des sciences de l’éducation de base dès le mois de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting