LES CHIFFRES-CHOC DU CANDIDAT DE " ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT "
Katumbi : 100 milliards Usd à mobiliser et 3,5 millions d’emplois à créer
mercredi 14 mars 2018

A peine désigné comme candidat à l’élection présidentielle par les délégués au conclave de Johannesburg, Moïse Katumbi annonce ses couleurs. Dans son discours de clôture, le " chairman " du Tout Puissant Mazembe s’engage à mobiliser 100 milliards de dollars sur les cinq ans à venir et à créer 3, 5 millions d’emplois. Cela s’appelle placer la barre très haut.

Le candidat de " Ensemble pour le changement " annonce aussi une révolution dans les mœurs politiques. Les fonctions publiques ne devraient plus être des espaces d’enrichissement. Mais, des charges d’Etat pour ceux qui les exercent.
Rendus incrédules par la praxis politique en RDc depuis de lustres, les Congolais attendent de juger Moïse Katumbi aux actes. Si, bien entendu, il gagne l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.

Discours de clôture des assises de Johannesburg

Mes chers compatriotes,
Au moment où s’achèvent les travaux du Conclave de Johannesburg, je voudrais présenter mes remerciements à tous les participants.
La tenue de ces assises au mois de mars n’est pas un hasard. J’ai choisi de placer ces assises sous les auspices et les bénédictions du mois de la femme. Je tire une mention spéciale pour toutes les femmes qui ont pris une part active à nos travaux. A travers elles, je rends hommage à toutes les femmes congolaises, elles qui nous ont portés. Nous espérons que leurs bénédictions donneront vie aux conclusions de nos travaux.
Je dis toute notre reconnaissance au peuple et aux autorités sud-africaines de nous avoir accueillis au pays de Nelson MANDELA, héros et digne fils d’Afrique dont le combat pour la liberté reste un modèle pour nous et des générations d’Africains.
L’Afrique du Sud nous inspire aujourd’hui par l’exemplarité de sa démocratie et la force de ses institutions.

Mes chers compatriotes,
Au cours de ces trois jours, en ateliers comme en plénière, vous avez apporté à notre mouvement l’essentiel des outils de son combat.
Et, croyez-moi, nous livrerons la bataille de l’alternance. Et nous la gagnerons. Comme nous gagnerons la bataille du retour de l’Etat dans notre pays.
Ce combat et cette victoire de l’alternance sont une cause nationale. C’est le juste tribut que nous devons au peuple congolais, qui a tant souffert, et qui a soif de démocratie, de liberté, de justice, de dignité et de paix.

Mes chers compatriotes,
Ainsi, nous avons décidé de mettre en place un mouvement politique dénommé : ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT, en abrégé ENSEMBLE.
Nous avons adopté un programme pour notre pays. Nous avons élaboré une stratégie électorale capable de rassembler la Nation congolaise, et offrir à notre peuple l’alternance politique ainsi que le changement tant espérés.
Mes chers compatriotes,
Vous m’avez choisi pour conduire aux prochaines élections notre plateforme politique : ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT,
J’accepte cette responsabilité avec humilité et gravité. Je mesure l’étendue de cette charge au regard des attentes de notre peuple. C’est donc du fond du cœur que je vous remercie pour cette marque de confiance. Je prends devant vous l’engagement d’assumer avec responsabilité cette fonction au service de l’intérêt général du peuple congolais.
Dans cette perspective, nous nous en tenons à notre objectif prioritaire. ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT, notre plateforme politique, doit gagner les élections à tous les niveaux : présidentielle, législatives, provinciales et locales.
Que chacun se rassure, nous serons au rendez-vous du 23 décembre 2018.

Mes chers compatriotes,

Nous serons d’autant plus présents à ce rendez-vous que nous avons un programme à défendre.
Le programme que je porte s’articule autour de quatre piliers majeurs :

1. La consolidation de l’Etat, de la démocratie et la paix dans notre pays ;

Aujourd’hui, notre pays compte le plus grand nombre de réfugiés et de déplacés internes. Il n’y a pas un jour sans un assaut des groupes armés, sans viols de femmes, sans exécutions extra-judiciaires, sans arrestations arbitraires.
La République n’oubliera jamais les martyrs tombés sur le terrain de la lutte pour la revendication de nos droits et de nos libertés. Je veillerai à ce que la patrie reconnaissante se souvienne et se tienne solidaire des familles victimes de la répression.
Je veux à cet égard évoquer ici le souvenir du Président Etienne TSHISEKEDI, dont la dépouille jusqu’à ce jour tarde à regagner le territoire national. Je suis révolté par une telle indignité pour le pays et la Nation toute entière.
Je lance un appel solennel au pouvoir de créer les conditions propices au retour de la dépouille et d’organiser les obsèques nationales, dignes de son rang.
Il n’y a pas de fatalité à cette situation.
Je consoliderai la paix civile et restaurerai l’autorité de l’Etat. C’est ici le lieu de saluer l’engagement de la communauté internationale qui ne ménage aucun effort pour la stabilité de notre pays.
Chaque Congolais doit vivre en paix et disposer d’un Etat qui le rassure et le protège. Je mettrai un terme aux conflits et engagerai les démarches pour une réconciliation effective entre nos communautés et avec nos voisins. Le Congo ne sera plus jamais un sanctuaire pour des bandes armées. Je doterai l’armée, la police et les services de sécurité des moyens nécessaires à l’accomplissement de leur mission. J’assurerai à tous les meilleures conditions du vivre ensemble.
Je garantirai la liberté. La séparation des pouvoirs sera respectée et nos institutions fonctionneront. Il n’y aura aucun prisonnier politique. Nul ne sera inquiété pour ses opinions. Les médias seront libres. Je protégerai la liberté de la presse, aucun journaliste ni militant des droits de l’homme ne sera inquiété ou poursuivi pour ses opinions.
Je mettrai un terme à l’impunité.
Je réduirai le train de vie de l’Etat. Comment accepter que dans notre pays députés et ministres gagnent en un seul mois cent fois le salaire d’un enseignant ? J’invite tous ceux qui me soutiennent au sens du sacrifice pour favoriser davantage l’équité. L’accès aux fonctions politiques ne doit pas être considéré comme un privilège et un lieu d’enrichissement personnel. La fonction politique doit être une charge et un devoir envers le peuple. Je veillerai que chaque responsable public publie son patrimoine et rende compte de son enrichissement éventuel en cours de mandat.
Tous les Congolais seront égaux devant la loi. Je lutterai sans relâche contre la corruption.

2. La relance de la croissance, la diversification de l’économie et la création d’emplois ;

Notre pays regorge de talents et de capacités. Je veillerai à ce que tous les Congolais par leur force de travail deviennent des acteurs de la croissance et du développement. Je m’attacherai à transformer l’économie du pays qui ne doit plus reposer sur le seul secteur minier. La production agricole et la transformation de nos produits de base devront répondre aux besoins de toutes les populations.
Je veillerai à l’amélioration du climat des affaires et des investissements. Je mettrai un terme aux tracasseries administratives et au harcèlement fiscal qui paralysent l’initiative privée. La stabilité du cadre juridique devra être préservée en recourant au dialogue et à la concertation avec le secteur privé pour les grandes réformes.
Au cours des cinq prochaines années, je m’attacherai à créer 3.500.000 emplois non seulement en facilitant la création des entreprises mais également en assurant la transition des unités économiques informelles vers le formel.
Pendant mon mandat, tout en veillant à la stabilité du cadre macro-économique, avec l’appui de tous les partenaires, je prends l’engagement de mobiliser 100 milliards de dollars pour financer le redressement de notre pays et engager un vaste programme d’investissements prioritaires. Je stimulerai les partenariats public-privé.
Tout est question de crédibilité et de bonne gouvernance. J’en ai l’expérience et je la mettrai au service de la Nation. Sous mon autorité, l’Etat sera désormais respectueux de ses engagements. J’attends en retour qu’il soit à nouveau respecté par tous.
Pour l’intérêt du pays et de la sous-région je veillerai à la concrétisation du barrage d’Inga, à la construction de nouveaux barrages hydroélectrique et au déploiement de parcs solaires. Au cours de cinq prochaines années, l’électricité ne sera plus un calvaire pour les Congolais.
En termes d’infrastructures prioritaires, je m’engage à assurer l’entretien de 23.000 kilomètres de routes et l’asphaltage de grands tronçons prioritaires. Nous connecterons les quatre extrémités du pays et notre chemin de fer sera réhabilité.
Dans le secteur de l’eau potable, j’augmenterai le taux global de la desserte de 25 à 60%.
Pour rendre notre économie compétitive, je réduirai la fracture numérique en développant 50.000 kms de fibre optique à travers le pays et j’accompagnerai les entreprises innovantes dans leur développement.
Dans le secteur productif, je mettrai un effort tout particulier sur l’agriculture en redynamisant les structures productives des produits de base, par une politique de crédit incitative et l’encadrement du paysannat.
Ensemble, nous développerons dix pôles de croissance pour mettre en valeur les atouts de chaque province. Des corridors seront ouverts afin de connecter ces pôles de croissance dans les secteurs de l’agriculture, de l’agro-industrie, des mines, du bois et du tourisme.
Dans le secteur des mines, je veux une transparence totale. Je travaillerai à la recherche d’un équilibre entre les intérêts de l’Etat et ceux des entreprises du secteur. L’amélioration de la connaissance géologique par des recherches de grandes envergures et la centralisation des données seront ma priorité. Tout comme, la transformation des produits miniers en produits finis dans le pays.
Ensemble, nous devons élever notre pays au rang d’une puissance économique. Il y va de notre avenir et de celui de nos enfants.

3. La valorisation du capital humain et la promotion d’une politique de prospérité partagée ;
Notre pays abrite plus de 80 millions d’âmes, dont 65% sont des jeunes de moins de 25 ans. L’école et la formation seront au cœur de notre action.
Je refuse que des jeunes Congolais quittent notre pays au risque d’être battus, torturés, humiliés dans des pays de passage sur la route d’un hypothétique bonheur.
Je refuse que des Congolais soient réduits à l’esclavage par des trafiquants.
Je refuse de voir encore nos enfants mourir dans les sables du désert ou sur les plages de la Méditerranée.
Je veux donner une chance à tout jeune Congolais de pouvoir accéder à un travail décent et s’épanouir par son effort, son talent et son génie. Cela constitue à mes yeux la clé de la transformation dans notre pays. Chaque Congolais doit pouvoir fonder un foyer et vivre dignement du revenu de son travail.
Je mettrai progressivement en œuvre la gratuité effective de l’enseignement primaire et secondaire et les rendrai obligatoires. Je veillerai à ce que les enfants vivant en milieu rural aient accès à un enseignement de qualité dans de bonnes conditions. J’attacherai une attention particulière à la scolarisation des jeunes filles.
A travers le pays, dans toutes les disciplines, nos jeunes doivent pouvoir bénéficier d’infrastructures sportives. J’y veillerai. Il en va de même de l’accès de nos jeunes à la culture et à nos œuvres d’art. La préservation et la conservation de notre patrimoine culturel constitue une de mes priorités.
J’engagerai une grande réforme de promotion des sections techniques et professionnelles. Nos jeunes doivent acquérir les bases des métiers qui leur permettent de trouver de l’emploi.
J’instaurerai une collaboration et une passerelle entre les centres de formation et les employeurs. Ces centres seront déployés pour répondre aux exigences des pôles de croissance. Au niveau de l’enseignement, je veillerai au recrutement et à la formation des enseignants des écoles agricoles pilote et des inspecteurs techniques.
Au niveau de l’enseignement supérieur, je renforcerai l’offre et veillerai à l’amélioration de la qualité, de l’efficacité, de l’équité et de l’adéquation formation-emploi. Je procéderai à la réhabilitation et à la modernisation des universités.
J’adopterai une nouvelle politique de santé ayant pour objectif la garantie des soins de qualité, la facilité d’accès aux soins, la mise en place d’une couverture maladie minimale universelle contre notamment le paludisme, la tuberculose, le VIH SIDA ainsi que tous les autres fléaux qui font des ravages et qui tuent. Pour ce faire, je m’engage à accroître les crédits affectés à la santé afin d’atteindre 15% du budget national. Les 560 centres de santé et 62 hôpitaux répartis dans le pays seront remis aux normes et je veillerai à leur approvisionnement en médicaments. Je réhabiliterai les hôpitaux généraux de référence actuels et construirai de nouveaux hôpitaux parmi lesquels des hôpitaux militaires.
Dans le secteur des urgences, j’adopterai une stratégie d’intervention et de protection civile pour prévenir les catastrophes.
Sur le plan de la solidarité, je mettrai en place un fonds national de solidarité et m’impliquerai dans les campagnes en faveur des populations victimes des catastrophes naturelles et autres calamités.
Les plus vulnérables de nos compatriotes particulièrement les personnes vivant avec handicap, les orphelins et les vieillards seront mieux accueillis et protégés.
La participation des femmes congolaises à la vie politique et économique constitue une priorité. Le respect du droit des femmes et l’application de la parité seront des principes de base de ma politique. Je veillerai à promouvoir l’assistance et la promotion de la femme en milieu rural.
Tous les ménages congolais doivent avoir accès à un logement décent. A cet effet, dans le cadre de la mise en place d’une politique d’un toit pour tous, j’initierai un programme de construction de 1000 logements par provinces et par an.

4. L’environnement, le développement durable et la question de la gestion du changement climatique
Avec 125 millions d’hectares de forêts représentant 50% des forêts humides d’Afrique, et la moitié des réserves d’eaux douces africaines, le Congo a un rôle majeur à jouer dans le monde. Je rétablirai notre pays au cœur des négociations internationales et ferai reconnaitre au monde qu’une partie de l’avenir des enfants de la planète se joue au Congo.
Dans la lutte contre le changement climatique, je veux que la RDCongo y prenne toute sa place et que les sacrifices consentis afin de préserver nos eaux et forêts ainsi que notre bio-diversité soient justement et utilement rémunérés.
La RD Congo affichera une ambition, celle d’être une voix forte dans cet enjeu crucial pour l’avenir de la planète. A cet effet, je m’engage à élaborer et valider une nouvelle stratégie sectorielle de l’environnement intégrant les résolutions de l’Accord Cop 21.
Je veillerai à l’élaboration d’un plan de protection de la biodiversité du pays ainsi que celle des aires protégées, en particulier des forêts. La végétation, la flore, la faune doivent être protégées afin que nous léguions à nos enfants un pays plus beau qu’avant. Notre avenir est lié à celui de nos espèces emblématiques. Que serait le Congo sans ses okapis, ses gorilles des montagnes, ses éléphants et ses autres bonobos ?
Le développement de notre agriculture et de notre exploitation minière devra tenir compte de la préservation de nos forêts, de nos eaux et de nos terres.
L’assainissement et la propreté de nos grands centres urbains appellent une réponse urgente à laquelle je m’emploierai afin d’éviter les catastrophes produites par les inondations et les érosions.

Mes chers compatriotes,
Que nous reste-t-il à faire maintenant ?
Désormais, il appartient à chacun d’entre nous de s’investir dans la conquête du soutien du peuple congolais à notre programme. ENSEMBLE doit devenir, sur toute l’étendue du territoire national, le cadre de référence pour bâtir l’alternance politique en République Démocratique du Congo.
A cet effet, les structures mises en place au niveau du Bureau politique, du Secrétariat général et des coordinations provinciales doivent s’atteler à la réalisation de cet objectif.
Je lance un appel à toutes les Congolaises et à tous les Congolais, issus de toutes les catégories sociales et professionnelles, de toutes les provinces de rejoindre ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT afin de réussir l’alternance politique. C’est par cette adhésion massive qu’il nous sera possible d’amorcer après les élections la transformation de notre pays.
De toutes parts, des personnalités commencent à nous rejoindre. A tous les partis politiques, à toutes les personnalités, à toutes les organisations qui veulent s’associer à notre combat pour l’alternance et le changement, je leur dit : ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT leur est ouvert. Ils ont toute leur place au sein de notre mouvement !

Mes chers compatriotes,
Le combat pour des élections libres, transparentes, démocratiques, inclusives et apaisées continue.
Les objectifs que nous nous sommes assignés ici à Johannesburg ne s’opposent en rien à ceux du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement. Et pour mémoire, pour ceux qui l’auraient oublié, je m’étais déjà porté candidat à la présidentielle avant la création du Rassemblement.
C’est ici que j’en appelle encore à l’unité de l’oppositioncar nous devons continuer à travailler ensemble, main dans la main, afin d’obtenir toutes les conditions de la tenue des élections crédibles et transparentes.
A cet effet, la mise en œuvre intégrale des dispositions de l’Accord du 31 décembre 2016demeure le seul gage de la tenue d’un scrutin transparent dont les résultats seront opposables à tous les Congolais.
Notre détermination à remettre notre destin entre les mains du peuple congolais est plus fort que jamais. Lui seul doit pouvoir choisir librement ses dirigeants. Désormais nous mettons le cap sur les élections pour être présents au rendez-vous du 23 décembre.
Ainsi nous, tous ENSEMBLE, nous disons : TOUT DROIT VERS LES ELECTIONS !
Que vive ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT
Que vive la République Démocratique du Congo
Je vous remercie

Le duel interne FATSHI -Fayulu s’avère serré
lundi 10 décembre 2018

Acteur politique aux dimensions très kinoises, Martin Fayulu est en train d’enfiler, la campagne aidant, le costume d’un leader d’envergure (...)
lire la suite
Le deal de Nairobi, porteur de germes de conflit
lundi 10 décembre 2018

* Cet accord fera de Fatshi, s’il est élu, un président au pouvoir régalien très réduit. Les trente jours calendrier de campagne électorale, auront (...)
lire la suite
Atundu affirme : "Shadary est le candidat de la vérité"
lundi 10 décembre 2018

Selon le porte-parole de la Majorité présidentielle, André-Alain Atundu, le candidat n°13, porté et supporté par le Front commun pour le Congo (FCC), (...)
lire la suite
Le chef de guerre Cheka du NDC/C devant la Cour opérationnelle de Goma depuis mercredi !
lundi 10 décembre 2018

Thabo Taberi dit Cheka, le sanguinaire chef de guerre de la milice-Nianga des "Nduma defense of Congo/ CHEKA" (NDC/C), 42 ans, le plus redouté des (...)
lire la suite
Corneille Nangaa inspecte les travaux d’atelier d’impression des listes définitives des électeurs
lundi 10 décembre 2018

En vue d’une bonne organisation des élections dans les bureaux de vote, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) procède à des ateliers (...)
lire la suite
Etienne Tungunga lance sa campagne avec une équipe de 628 membres
lundi 10 décembre 2018

Combattant au sein de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Etienne Tungunga Mascoty est le tout dernier Secrétaire national en (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting