La Syrie, après l’Irak et la Libye ?
vendredi 13 avril 2018

L’utilisation présumée d’armes chimiques par Damas contre les populations civiles pourrait servir de prétexte aux Occidentaux, sous le leadership des Etats-Unis, pour frapper la Syrie. Crime de lèse-souveraineté et véritable casus belli aux yeux de la Russie, présente sur le terrain syrien.
Alors, autant le souligner tout de go. Comme Saddam Hussein voici plus de dix ans, Bachar Al Assad a tout d’un coupable idéal. Comme l’ancien maître de Bagdad, le Raïs syrien est présenté comme un "massacreur de son propre peuple".
Un refrain mille fois répété pour légitimer l’invasion, puis l’élimination de Saddam Hussein et de tous ses semblables. Afin que nul ne trouve à redire sur l’irréversible sort du Président irakien de l’époque, un argument massue avait été brandi au Conseil de sécurité devant le monde entier : les armes de destruction massive. Des mois plus tard, la planète Terre s’apercevra que ces fameuses ADM n’existaient que dans l’imagination de ceux qui voulaient faire main basse sur le pétrole irakien.
Voilà que mutatis mutandis, le Pouvoir syrien est déjà presque condamné -avant d’avoir été entendu- d’avoir recouru aux armes chimiques le week-end dernier. Crime contre l’humanité qui va valoir des frappes à Bachar Al Assad. Fort du précédent irakien, qu’est-ce qui prouve que cette fois-ci, la Syrie "mériterait" d’être bombardée ?
Au plus fort des "printemps arabes", la Libye a été défigurée et son "Guide" liquidé au motif imparable -pas toujours prouvé- qu’il massacrait son peuple ou… s’apprêtait à le faire. La suite, c’est-à-dire l’après-bombardement massif, est connue. Comme l’Irak, la Libye n’a plus d’Etat que de nom. A la place, les milices tribales ou confessionnelles dictent leur loi.
Pis, Al Qaeda et le sinistre "Etat islamique" ainsi que leurs succédanés font florès. Au grand dam, mieux au grand désastre des Irakiens et des Libyens. Mais pas seulement.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la Syrie post-intervention ne devrait pas échapper à cette loi d’airain. José NAWEJ

Kagamé joue et… gagne
jeudi 24 mai 2018

Tapis rouge à Paris pour Paul Kagamé. Tête-à-tête à l’Elysée avec son homologue français. Bien plus qu’un rituel protocolaire lorsqu’il s’agit du (...)
lire la suite
Derrière l’Union sacrée, le je t’aime moi non plus ?
mercredi 23 mai 2018

Et revoici le tandem Katumbi-Fatshi. Presque main dans la main arpentant les avenues de Washington DC. Deux hommes regardant dans la même (...)
lire la suite
En mode clair-obscur…
mardi 22 mai 2018

Parier un kopeck sur la lisibilité du processus politique en Rd Congo, un risque. Un grand risque. Les bookmakers d’ici et d’ailleurs sont avertis. (...)
lire la suite
En mode clair-obscur…
lundi 21 mai 2018

Parier un kopeck sur la lisibilité du processus politique en Rd Congo, un risque. Un grand risque. Les bookmakers d’ici et d’ailleurs sont avertis. (...)
lire la suite
Un mariage princier aux saveurs...africaines
vendredi 18 mai 2018

Le Royaume Uni s’apprête à vivre un big event. Il s’agit du "Royal wedding". Un mariage princier dont le retentissement ira bien au- delà des (...)
lire la suite
L’ombre de Mzee
mercredi 16 mai 2018

De Laurent-Désiré Kabila, l’Histoire retiendra sans doute deux dates. A savoir le 16 janvier 2001, jour de son assassinat et le 17 mai 1997, date (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting