A LA LUMIERE DE L’ACCORD SUR LE RAPATRIEMENT DU CORPS D’E. TSHISEKEDI
Et si l’on poursuivait le dialogue sur d’autres sujets ?
mardi 24 avril 2018

"Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement ", déclare la Bible, dans Ecclésiaste 7:8. Le compromis trouvé entre le Gouvernement et les familles (biologique et politique) de feu Etienne Tshisekedi, sur le rapatriement de la dépouille du défunt, illustre bien cette sagesse biblique.A la lumière de cet accord, on comprend dès lors aussi qu’un homme d’esprit patient valait ou vaut mieux que celui d’un esprit hautain. Serait-il ce deuxième cas de figure qui serait à la base du "retard" connu dans le retour au pays, des restes de « Tshithi ? »

Au regard de l’évolution du dossier et de son aboutissement heureux depuis le week-end, l’heure n’est plus à remuer le couteau dans la plaie. Plutôt, aux préparatifs des obsèques de celui-là même qui avait défié la dictature du maréchal Mobutu. Que les deux parties en soient arrivées à accorder leurs violons au terme de plus d’une année de tractations, les Congolais ne peuvent que saluer, ce résultat final qui participe à la décrispation de l’atmosphère politique du pays. A huit mois des élections, ce n’est pas rien.
Vu des analystes, le compromis sur le rapatriement des restes du chef de l’Udps, ne doit pas du tout sortir du contexte politique général du pays. Tout se lie. En début de semaine dernière, de folles "rumeurs" ont circulé dans la ville entière, faisant état des contacts secrets entre des émissaires du pouvoir et Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi. Ce qu’avait tout de suite démenti la 11ème rue Limete. Voilà qu’au moment où l’opinion s’y attendait le moins, le Gouvernement et les deux familles (biologique et politique) de feu Etienne Tshisekedi, se sont finalement mis d’accord sur un sujet qui semblait naguère les renvoyer dos à dos.
Dans les rues de Kinshasa, cet accord sonne comme une sorte de démenti du déni de Tshisekedi junior. En d’autres termes, certains Kinois pensent que l’acceptation du retour au pays, du corps du défunt chef de l’Udps, est perçue comme la conséquence positive des pourparlers en secret, entre les deux camps. Ce que les Congolais applaudissent des deux mains. Dès lors que cet accord participe à la décontraction du climat politique en interne, personne ne saurait y trouver le moindre inconvénient. Bien au contraire.

ETENDRE LE DIALOGUE

Le rapatriement de la dépouille du lider maximo n’a pas ou n’est pas le seul sujet à discussion en RD Congo. Il en existe bien d’autres. Partant,plus d’un observateur pense qu’on ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Le dialogue étant consubstantiel à toute société humaine, il a le mérite de dissiper certains malentendus aux conséquences parfois incalculables.
L’humanité, disait Karl Marx, ne se pose jamais que les problèmes qu’elle peut résoudre. En tout cas, pas avec le dialogue des armes. Plutôt, avec l’arme du dialogue. Car, c’est elle qui bâtit une véritable paix durable, voulue par tous. Peut-être que si la Libye, pour ne citer que ce pays africain, avait privilégié le dialogue, on aurait évité sans doute d’arriver à la situation de chaos dans laquelle elle vit depuis plusieurs années.
Dans huit mois, les Congolais iront aux urnes pour des élections fixées au 23 décembre prochain. Si les différents acteurs politiques sont en train de s’y préparer, il y a lieu de reconnaitre, néanmoins, l’existence de certaines hypothèques.
Plus simplement, on dirait qu’il existe encore certains sujets qui fâchent, toujours en rapport avec le processus électoral en cours. En l’occurrence, la récurrente polémique sur la machine à voter. Car, du recoupement de différents discours politiques sur la place publique, il s’avère que le Pouvoir et l’Opposition sont encore loin de se mettre d’accord sur cet outil informatique.
Au demeurant, si l’Accord autour du rapatriement des restes de feu Etienne Tshisekedi pouvait présager d’autres rencontres souterraines, bénéfiques à toute la République, cela rencontrerait le souhait le plus ardent de tous les Congolais. Pourquoi alors ne poursuivrait-on pas le dialogue sur d’autres sujets qui fâchent ? Entre autres, l’application "intégrale" de l’Accord politique global et exclusif du 31 décembre 2016.
Tout bien considéré, des observateurs indépendants pensent que si les Congolais peuvent se parler et trouver eux-mêmes des solutions à leurs problèmes, ils couperaient ainsi l’herbe sous les pieds des puissances étrangères, souvent enclines à s’immiscer dans les affaires relevant de la politique interne. Quoique l’on dise, le rapatriement de la dépouille de l’opposant historique, est le triomphe des pourparlers sincères. Laurel KANKOLE

Des criminels à Kinshasa pour attaquer des personnalités politiques
mardi 23 octobre 2018

* A 2 mois de la date fatidique du 23 décembre, la CENI et les acteurs politiques appelés à créer les conditions d’un scrutin réellement apaisé. (...)
lire la suite
Le général Sylvano Kasongo relance l’opération de contrôle des véhicules
mardi 23 octobre 2018

Le commissaire provincial de la police ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, a lancé le dimanche 20 octobre dernier, la deuxième phase de (...)
lire la suite
Mende et Atundu ciblés hier par des assaillants toujours en cavale
mardi 23 octobre 2018

Plus de peur que de mal. Les porte-paroles du gouvernement et de la Majorité présidentielle ont été les cibles des assaillants qui ont pris d’assaut (...)
lire la suite
Le projet de loi de reddition des comptes 2017 envoyé à la commission ECOFIN de l’Assemblée nationale
mardi 23 octobre 2018

* L’exécution du Budget 2017 s’est soldée par un excédent, signe de la rigueur budgétaire, souligne Henri Yav. Kinshasa, 22 octobre 2018 (ACP).- Le (...)
lire la suite
Antonio Guterres exprime son indignation
mardi 23 octobre 2018

Par un communiqué signé hier par Farhan Haq, son Porte-parole adjoint, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se dit indigné par (...)
lire la suite
Elections : Samy Badibanga pour un langage de vérité
lundi 22 octobre 2018

* Toutefois, à J-61, le leader de la plateforme "Les Progressistes", doute de l’organisation du scrutin à la date prévue. D’où, l’indispensable (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting