AU COURS D’UNE CONFERENCE ACADEMIQUE DEVANT LES ETUDIANTS DE BEL CAMPUS
JC Masangu : « En RDC, l’économie de développement passe par la volonté politique réelle »
jeudi 26 avril 2018

Pour que l’on puisse parler de l’économie de développement en RDC, il faut produire, transformer, consommer et employer localement. Les mots sont de Jean-Claude Masangu, l Le Gouverneur honoraire de la Banque Centrale du Congo, s’exprimait ainsi, hier mercredi 25 avril, devant les étudiants de l’Université Technologique Bel Campus (UTBC) lors d’une conférence académique sur le thème : "Economie de Développement : cas de la RDC".

Pour clôturer les activités marquant le 20ème anniversaire de l’Université Technologique Bel Campus (UTBC), Léopold Bossekota Watshia, fondateur de cet établissement, a fait appel, pour parler économie, à Jean-Claude Masangu. Face à un parterre d’étudiants de la Faculté des Sciences économiques et de Gestion et du corps académique de l’UTBC, l’orateur s’est appesanti sur le thème "Economie de développement : cas de la RDC ". Le conférencier a insisté sur le changement de l’actuel modèle de développement économique qui présente quelques faiblesses.
"C’est un système où ceux qui sont à l’Est se tournent vers l’Est, c’est-à-dire vers l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Kenya. Ceux qui sont au Sud se tournent vers le Sud, à savoir l’Afrique du Sud. Ceux qui sont à l’Ouest se suffisent à eux-mêmes et ceux qui sont au Centre, enclavés, ont des problèmes", a indiqué Jean-Claude Masangu.

UN SYSTEME COMPLEXE
Sans rester dans les expectatives, l’orateur préconise que la RD Congo soit reliée commercialement et économiquement. "Quand les hommes sentent les besoins de commercer, d’échanger avec la zone ouest, sud et avec la zone mère, ils doivent avoir la possibilité de le faire".
Parmi les facteurs de succès, JC Masangu énumère entre autres : la paix et la sécurité, l’Etat de droit, la capacité de production, ainsi que le capital humain qui devrait être qualifié, en bonne santé et tourné vers le développement, la capacité de production. Le gouverneur honoraire de la BCC a fait également allusion "aux facteurs classiques (vison claire, planification, objectifs mesurables) ainsi qu’à la volonté politique réelle et au leadership transformationel qui entrent dans les facteurs de succès d’une économie de développement".
Selon ce banquier, l’économie de développement en RDC passe également par quatre piliers que sont les ressources naturelles, l’agriculture, la pêche, l’élevage, les services financiers, le tourisme et conservation de la nature. Il faudra miser aussi sur trois secteurs d’accompagnement en l’occurrence l’infrastructure, l’administration publique et la sécurité.
JC Masangu a insisté sur la volonté politique et le leadership transformationel. "Cette volonté réelle, c’est transformer. C’est faire en sorte que la Rd Congo sorte de la pauvreté au bien- être. Que le Congo passe de la malédiction des richesses naturelles à la bénédiction. Que le pays passe du potentiel géologique aux dividendes".
Le conférencier reconnait, tout de même, que cet exercice n’est pas facile. "Il faut une volonté pour que dans cinq ans, en une génération, que ce Congo là soit vraiment un Congo débout, respecté par tous".
L’intervenant cite, parmi les exemples des modèles de réussite, certains pays asiatiques tels que la Malaisie, le Singapour et la Corée du Sud. En Afrique, c’est le cas du Maroc, du Sénégal, de la Côte-d’Ivoire, de l’Ile Maurice, de l’Ethiopie et de l’Afrique du Sud.
Le gouverneur honoraire a fait une analyse comparative de la situation économique de la RDC en 1997 et 2017. A ce sujet, il a relevé, par exemple, qu’à l’époque, il y a eu l’arrêt de l’hyperinflation et, en 2017, on a connu sa réapparition. Le pays avait connu une stabilité macro-économique et en 2017, la monnaie s’est dépréciée. La Rd Congo a, en 1997, bénéficié d’un effacement de la dette, alors qu’en 2017, le pays s’est ré-endetté.
Jean-Claude Masangu croit fermement au développement de la Rd Congo. " J’ai écrit un livre intitulé " Pourquoi je crois en l’Afrique ? ". Si je peux croire en l’Afrique, je ne peux que croire au Congo, parce que le Congo a toutes les potentialités, toutes les données factorielles pour faire changer le continent". Dina BUHAKE

Malgré quelques problèmes logistiques, les Congolais ont voté
lundi 31 décembre 2018

Hier dimanche 30 décembre, les Congolais – exceptés ceux de Beni, Butembo, au Nord Kivu et de Yumbi (Maï-Ndombe) étaient allés aux urnes pour choisir (...)
lire la suite
Victime des tripatouillages aux législatives, Emery Okundji appelle ses électeurs au calme
lundi 31 décembre 2018

Le Rassemblement Kasa-Vubu, dirigé par Joseph Olenghankoy, crie au scandale à l’issue des scrutins d’hier dimanche 30 décembre.Selon des sources, ce (...)
lire la suite
Pour Néhémie Mwilanya, Joseph Kabila a sauvé la démocratie
lundi 31 décembre 2018

Peu avant les élections d’hier 30 décembre, Néhémie Mwilanya Wilondja a donné une interview dans laquelle il dégage les "ressorts" de la démarche de (...)
lire la suite
Joseph Kabila rassure une après élection apaisée
lundi 31 décembre 2018

Il reste serein malgré des tensions qui présagent un climat malsain après le vote d’hier dimanche 30 décembre. Au cours d’une interview donnée aux (...)
lire la suite
Joseph Kabila : « Il s’agit pour nous d’un effort visant à soustraire notre pays des ingérences étrangères »
lundi 31 décembre 2018

Dans un discours lu à la Radiotélévision nationale, RTNC, le Président Joseph Kabila a présenté ses vœux 2019 à la nation. Exceptionnellement, le Raïs (...)
lire la suite
Elections : CAFCO a déployé 300 médiatrices électorales sur terrain
lundi 31 décembre 2018

Le Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO) a déployé pour les élections qui se sont tenues hier 30 décembre, 300 médiatrices (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting