Le très prévisible Trump
jeudi 10 mai 2018

Question à un dollar symbolique :Donald Trump serait-il trop imprévisible ? A première vue, sans doute oui. Mais avec un peu de recul, on serait plutôt tenté d’accorder le crédit de la cohérence à l’actuel locataire de la Maison-Blanche. Le Président Trump est tout simplement en train de réaliser les promesses du candidat Donald.
Pas donc vraiment surprenant qu’il ait retiré les Etats-Unis d’Amérique de l’accord sur le nucléaire américain. Pas étonnant non plus qu’il ait franchi le Rubicond à propos de Jérusalem, où l’ambassade américaine en Israël devrait être installée. A l’interne, les Américains qui assistent au "détricotage"de toute l’œuvre -ou presque- de Barack Obama, étaient prévenus par Trump en personne. Obamacare, port d’arme…
Bref, sur tous les sujets phares de politique étrangère comme de politique intérieure, l’Amérique et la terre entière savaient depuis longtemps ce qu’en pensait Donald Trump. Et bien plus, ce qu’il envisageait de faire. A la différence de beaucoup d’hommes politiques pour le coup pas seulement américains, le successeur d’Obama tient parole.
Seulement voilà, ce qui aurait dû réhabiliter la parole politique risque paradoxalement de desservir le politique. Car, précisément, la démarche du 45ème Président de la première puissance du monde charrie des dangers. Surtout pour l’équilibre du monde.
Ainsi, lorsqu’à l’opposé de tous ses prédécesseurs, le Président Trump décide de déplacer la représentation diplomatique américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, il ne promeut pas l’image des Etats-Unis. Il ne garantit pas non plus à long terme les intérêts de son pays dans cet "Orient compliqué".
Pas besoin d’être spécialiste du Moyen-Orient pour savoir que cette décision mécontente, voire révolte la quasi-totalité des pays de la région et, plus globalement, du monde arabo-musulman. De quoi nourrir le ressentiment de la rue arabe et l’extrémisme.
Au passage, elle est de nature à disqualifier Washington comme parrain du processus de paix israélo-palestinien. Même chose pour le dossier du nucléaire iranien, où Donald Trump désavoue les amis intimes des USA au premier rang desquels la Grande-Bretagne.
Aussi lourdes de conséquences qu’elles soient, toutes ces transgressions étaient prévisibles. Le monde devra enfin se faire à l’idée que les Américains ont porté démocratiquement à la Maison-Blanche un Président iconoclaste. José NAWEJ

Foire agricole, et après ?
vendredi 21 septembre 2018

Une foire agricole dans la capitale rd congolaise ! Pourquoi pas ? La RDC n’étant pas qu’une merveille -et non un scandale- géologique. Ce pays situé (...)
lire la suite
La caravane CENI…avance
jeudi 20 septembre 2018

A trois mois des élections, on peut tout reprocher à la CENI. Sauf sa conformité au calendrier électoral. Hier, comme prévu, la Centrale électorale a (...)
lire la suite
Le lointain exemple coréen …
mercredi 19 septembre 2018

Autant nous abriter tout de go derrière ce vieux proverbe : "Comparaison n’est pas raison ". Certaines similitudes peuvent, cependant, donner (...)
lire la suite
La pilule CPI
mardi 18 septembre 2018

Le verdict de la CPI est enfin tombé hier lundi 17 septembre. Ce que tout le monde attendait pour être définitivement fixé sur le sort de Jean-Pierre (...)
lire la suite
Bruxelles contre Kinshasa
lundi 17 septembre 2018

Dès le seuil de l’indépendance, les relations entre la Belgique et le Congo évoluent sous la forme d’un feuilleton que l’on peut intituler à juste (...)
lire la suite
Surenchère d’avant négociations ?
vendredi 14 septembre 2018

On peut lire autant de fois que l’on veut la déclaration de six majors de l’Opposition, on aboutira à une seule conclusion. Les signataires de « (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Eternel questionnement

Il n’y a pas mieux que le secteur minier pour illustrer le paradoxe zaïro-congolais. Un pays immensément riche avec des populations terriblement pauvres. Paradis en termes de ressources naturelles, (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting