Les vieux démons de " composantes " de retour !
lundi 14 mai 2018

Si ce n’est pas encore de la chienlit, cela y ressemble fortement. Un ministre, puis un deuxième autiste aux instructions du Premier ministre. Sans se payer de mots, cela s’appelle " insubordination ".
Pas besoin d’exégèse pour comprendre que le Gouvernement Tshibala contient ce virus-là. Le Premier ministre en personne vient d’en administrer la preuve via ses deux lettres de blâme à l’encontre respectivement de ses ministres de l’Enseignement primaire et secondaire et des Affaires foncières.
Deux membres du Gouvernement qui manifestement n’obéissent guère à leur patron, cela est en effet gravissime. Comment un ministre peut ignorer superbement les instructions du Premier ministre ? Comment imaginer des électrons libres dans un Cabinet ? Pour paraphraser avec un brin d’adaptation Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre socialiste français, un ministre ça se soumet à la ligne du Premier ministre ou ça démissionne. Sinon, bonjour l’anarchie !
Les cas " Musemena " et " Lumeya " ne sont pas sans rappeler la séquence 1+4 où des ministres se comportaient davantage en sociétaires de leurs composantes et entités respectives qu’en membres du Gouvernement. Le seul bémol par rapport à cette période post-Sun City, c’est que l’attelage gouvernemental était sui generis. Personne n’était vraiment chef de personne.
Les ex-belligérants d’alors devenus ou redevenus acteurs politiques avaient juste trouvé un modus vivendi et même operandi pour aller aux élections .Ce temps -là est révolu.
Même s’il est d’union nationale, le Gouvernement a bien un chef constitutionnel. En l’occurrence le Premier ministre. Se soumettre à son autorité procède de l’abc de la culture républicaine. C’est cela être homme d’Etat. Il a donc mille fois raison, Bruno Tshibala de frapper du poing sur la table.
Pour le coup, il est même un tantinet en deçà de ce qu’il aurait dû faire. Car, lorsque le Premier ministre constate des cas d’insubordination et d’indiscipline au sein de son Gouvernement, la mise en garde assortie de " sanctions encore plus sévères " n’est sans doute pas la réponse appropriée. José NAWEJ

Derrière l’Union sacrée, le je t’aime moi non plus ?
mercredi 23 mai 2018

Et revoici le tandem Katumbi-Fatshi. Presque main dans la main arpentant les avenues de Washington DC. Deux hommes regardant dans la même (...)
lire la suite
En mode clair-obscur…
mardi 22 mai 2018

Parier un kopeck sur la lisibilité du processus politique en Rd Congo, un risque. Un grand risque. Les bookmakers d’ici et d’ailleurs sont avertis. (...)
lire la suite
En mode clair-obscur…
lundi 21 mai 2018

Parier un kopeck sur la lisibilité du processus politique en Rd Congo, un risque. Un grand risque. Les bookmakers d’ici et d’ailleurs sont avertis. (...)
lire la suite
Un mariage princier aux saveurs...africaines
vendredi 18 mai 2018

Le Royaume Uni s’apprête à vivre un big event. Il s’agit du "Royal wedding". Un mariage princier dont le retentissement ira bien au- delà des (...)
lire la suite
L’ombre de Mzee
mercredi 16 mai 2018

De Laurent-Désiré Kabila, l’Histoire retiendra sans doute deux dates. A savoir le 16 janvier 2001, jour de son assassinat et le 17 mai 1997, date (...)
lire la suite
Au-delà de la caravane du PPRD
mardi 15 mai 2018

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire le Maréchal Mobutu. On ne peut donc pas reprocher au PPRD d’effectuer une virée dans nos provinces. Et même (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting