A L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE L’ELIMINATION DE LA FISTULE OBSTETRICALE
L’UNFPA remet des kits de réparation de cette pathologie à l’hôpital saint Joseph
jeudi 24 mai 2018

Le monde entier a célébré, hier mercredi 23 mai, la Journée internationale de l’élimination de la fistule obstétricale. La représentation du Fonds de Nations Unies pour la population (UNFPA) en RDC a saisi cette occasion pour visiter les victimes de cette pathologie admises à l’hôpital saint Joseph de Limete.

Le représentant pays de l’UNFPA, Sennen Hounton a, pour la circonstance, apporté au profit de l’équipe des médecins de " Fistula clinic", une unité de traitement spécialisé installée au sein de l’hôpital Saint Joseph, des kits de réparation de la fistule obstétricale. Un motif de satisfaction pour Mme Doloresse Nembuzu, l’une de grandes figures de ce point focal.
La Représentante du Gouvernement RDC à cette cérémonie, la ministre du Genre, famille et enfants, Chantal Safu, a salué l’apport de tous les partenaires de la RDC, dont l’UNFPA en première ligne, dans les efforts de lutte pour l’élimination complète de cette maladie qui, affirme-t-elle, constitue à ce jour un véritable problème de santé publique en RDC.

REDONNER DE LA DIGNITÉ

Elle a exhorté les femmes guéries de la fistule obstétricale à reprendre courage et à continuer à vivre normalement. "Nous devons nous engager à redonner de la dignité et de l’estime à ces femmes afin de faciliter leur réinsertion dans la société, car elles ont été terriblement marginalisées et parfois exclues de la vie communautaire", a-t-il indiqué.
La ministre du Genre, Famille et Enfant a, avant de clore son speech, convié les personnes de bonne volonté à une soirée de gala que son ministère organise le samedi prochain, en collaboration avec le ministère de la Santé publique. A l’en croire, cette rencontre aura pour objectif de redonner le sourire aux femmes atteintes de fistule en organisant une collecte de fonds à leur intention.
Évoquant les statistiques de l’OMS, Sennen Hounton a indiqué que la RDC enregistre chaque année environ 5.000 cas de fistule obstétricale. Les femmes et filles atteintes de cette maladie, explique-t-il, comptent parmi les êtres les plus marginalisés et négligés de nos sociétés, et la persistance de cette maladie, pourtant guérissable, illustre sans doute de graves inégalités et le déni des droits et la dignité.

CONSÉQUENCE DES CPN DÉFECTUEUSE

D’après les blouses blanches interrogés sur place, la fistule obstétricale est une maladie qu’on retrouve le plus souvent chez les adolescentes. Elle survient souvent à la suite d’un accouchement mal soigné et qui parfois n’a pas été suivi de consultations prénatales (CPN), encore moins de consultations post-natales (CPON).
Le moment sensible de cette rencontre a été le témoignage de Mme Ruth Manzombi Esther, guérie de la fistule obstétricale. Elle a décrit dans les moindres détails comment cette maladie lui avait valu le rejet de la société entière.
"J’avais été engrossée à l’âge de 15 ans. Faute de CPN, j’avais donné naissance à un mort-né dans des conditions difficiles. J’avais des lésions dans toute la voie anale. Je pissais et déféquais sans le vouloir. Je sentais mauvais à tout moment. Heureusement aujourd’hui, grâce aux soins appropriés, j’ai retrouvé mon état normal et ma dignité", a-t-elle rapporté.
"Dans de nombreuses communautés, les femmes atteintes de fistule sont considérées comme impures et rejetées. Elles s’isolent et souffrent en silence, sans aucun espoir ni dignité. Elles se trouvent soudain marginalisées et seules. C’est pourquoi, il est urgent et obligatoire de prendre un engagement solennel pour lutter contre ce fléau social", a martelé Sennen Hounton.

PRÉVENTION, TRAITEMENT ET RÉINTÉGRATION SOCIALE

Fort de ces constats, l’UNFPA et d’autres partenaires au développement décidèrent en 2003, de lancer la campagne mondiale pour éliminer la fistule obstétricale. Pour concrétiser son adhésion à cette campagne, la RDC, en partenariat avec l’UNFPA, avait lancé une campagne analogue en 2006, sous le haut patronage de la première dame, Olive Lembe Kabila.
Le pays a, dès lors, déployé beaucoup d’efforts dans l’élimination de la fistule obstétricale et le soutien aux survivantes. Ce, à travers une stratégie à trois axes à savoir, la prévention, le traitement et la réintégration sociale.
" À ces jours, l’UNFPA et d’autres partenaires dont Engender Health, l’Ambassade du Canada, l’Ambassade de Suède, l’Ambassade du Japon et l’USAID ont permis d’opérer plus de 580 femmes et filles qui souffraient de la fistule", s’est félicité Sennen Hounton, avant de plaider pour la mobilisation de plus de ressources en vue d’une prise en charge gratuite ou à des tarifs abordables et de qualité des femmes enceintes.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Les enfants congolais réclament un enseignement primaire de qualité gratuit
lundi 18 juin 2018

La Coalition nationale de l’Education pour tous en République Démocratique du Congo a lancé le samedi 16 juin la semaine mondiale d’action pour (...)
lire la suite
Exetat 2018 : Les finalistes affûtent leurs armes pour les 4 jours
vendredi 15 juin 2018

Les finalistes des humanités se préparent d’arrache-pied pour affronter les quatre jours de l’Examen d’Etat 2018 qui auront du lundi 18 au jeudi (...)
lire la suite
SCTP : Un mort, bilan de déraillement d’un train à Loma, à Mbanza-Ngungu
vendredi 15 juin 2018

Un mort et quatre blessés graves. Tel est le bilan du culbutement de deux locomotives de la Société Commerciale des Transports et des Ports, (...)
lire la suite
Kikwit vendu par ses propres fils ?
jeudi 14 juin 2018

Le torchon brûle entre les autorités provinciales et la société civile de la province du Kwilu/ville de Kikwit. Et pour cause, un arrêté du (...)
lire la suite
Dr Kiamodja recommande aux femmes l’hygiène et le dépistage pour prévenir des maladies
jeudi 14 juin 2018

Médecin traitant à l’Hôpital Militaire Central Kokolo, Docteur Djodjo Kiamodja Lipombo est de ceux qui sont convaincus que ’’mieux vaut prévenir que (...)
lire la suite
Quand les Kinoises font la course aux rondeurs
mardi 12 juin 2018

Contrairement aux Occidentaux qui préfèrent les femmes aux silhouettes minces, athlétiques, les Africains raffolent des formes généreuses. D’où, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting