LES DEUX LEADERS DE L’OPPOSITION S’ETANT MIS D’ACCORD SUR UNE CANDIDATURE COMMUNE
Présidentielle : qui de Katumbi ou de Tshisekedi sera candidat ?
vendredi 25 mai 2018

Le président de Ensemble pour le Changement Moïse Katumbi et celui de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social "UDPS" Félix Tshisekedi, ont décidé de changer de stratégie, lors de leur tournée euro-américaine. Ils ont voulu montrer aux partenaires américains et à l’opinion internationale que l’opposition en République démocratique du Congo est unie.

Les deux opposants se sont d’abord rencontrés le 16 mai à Paris, puis à Bruxelles, avant l’étape de l’Allemagne et de Washington, où ils ont co-animé une conférence de presse au siège du think tank Atlantic Council, le mercredi 23 mai.
Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi ont déclaré, à cet effet : " L’opposition congolaise ne présentera qu’un seul candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain ". Et les deux leaders d’ajouter : " Aucune dictature ne peut venir à bout de la volonté de changement de tout un peuple, quand elle est portée par une opposition unie". "Ce n’est pas qu’une unité d’apparence. Nous travaillons réellement ensemble ", a insisté Félix Tshisekedi.

DES ATOUTS
Moïse Katumbi est l’un, sinon le seul leader de l’Opposition à disposer de moyens financiers importants à même de mener campagne à travers toute la République. Sa notoriété est incontestable au regard dusuccès avéré de son club, le Tout Puissant Mazembe.
Cependant, à un mois du dépôt des candidatures pour la députation provinciale et à deux mois pour les législatives nationales et la présidentielle, il lui est impossible de se mouvoir sur le terrain politique, alors qu’il se trouve sous le coup des mandats judiciaires. C’est dire qu’envisager le retour du leader de « Ensemble pour le Changement » dans le délai au regard du calendrier électoral, il y a lieu de se poser mille et une questions.
Félix Tshisekedi a, quant à lui, bénéficié de l’héritage politique de son défunt père. L’UDPS à l’issue du congrès du parti, l’a désigné comme son candidat à la magistrature suprême.
Au nom de l’unicité tant vantée de l’Opposition, qui de Moïse Katumbi ou de Félix Tshisekedi, s’effacera au profit de l’autre ? Toute la question semble donc être là : toujours est-il qu’au stade actuel du processus, il paraît hasardeux d’anticiper les choses. Toutefois, la base de l’UDPS ne jure que par la candidature du président de leur parti.

KABILA CANDIDAT SUR LA LISTE D’UN PARTI DE LA MP
Pendant ce temps, la Majorité présidentielle ne dort pas sur ses lauriers. Les initiatives vont dans divers sens. La dernière en date, c’est la nouvelle thèse développée par le Mouvement des indépendants réformateurs (MIR) de l’avocat et député national Stanley Mbayo Pelesa.
Pour lui, " Joseph Kabila qui, par deux fois : 2006 et 2011, était candidat indépendant, pourrait être présenté à la prochaine présidentielle par un parti politique, ce qui ne sera pas une violation de la Constitution"
Il se dit convaincu de la légalité de cette démarche étant donné qu’" en RDC ce sont les partis et les regroupements politiques qui présentent des candidats aux élections ". Le président du MIR espère qu’en cas de divergences à ce sujet, la Cour constitutionnelle pourra arbitrer.
"Notre parti politique, le MIR, qui est un parti de la Majorité présidentielle, qui n’a jamais concouru à l’élection présidentielle, veut briguer son tout premier mandat. Et sur la liste du MIR, c’est Joseph Kabila Kabange".
" La Commission électorale nationale indépendante va examiner la candidature et on va trouver que nous ne sommes pas en train de renouveler un mandat quelconque, parce que nous n’avons jamais concouru. Ce sera un tout premier mandat. Et j’espère qu’ils vont appliquer la loi et la candidature sera retenue. N’en déplaise à ceux qui n’aiment pas ce nom-là, ils iront à la Cour constitutionnelle qui n’aura d’autre devoir que de dire le droit ", estime Stanley Mbayo Pelesa. Emma MUNTU

Des criminels à Kinshasa pour attaquer des personnalités politiques
mardi 23 octobre 2018

* A 2 mois de la date fatidique du 23 décembre, la CENI et les acteurs politiques appelés à créer les conditions d’un scrutin réellement apaisé. (...)
lire la suite
Le général Sylvano Kasongo relance l’opération de contrôle des véhicules
mardi 23 octobre 2018

Le commissaire provincial de la police ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, a lancé le dimanche 20 octobre dernier, la deuxième phase de (...)
lire la suite
Mende et Atundu ciblés hier par des assaillants toujours en cavale
mardi 23 octobre 2018

Plus de peur que de mal. Les porte-paroles du gouvernement et de la Majorité présidentielle ont été les cibles des assaillants qui ont pris d’assaut (...)
lire la suite
Le projet de loi de reddition des comptes 2017 envoyé à la commission ECOFIN de l’Assemblée nationale
mardi 23 octobre 2018

* L’exécution du Budget 2017 s’est soldée par un excédent, signe de la rigueur budgétaire, souligne Henri Yav. Kinshasa, 22 octobre 2018 (ACP).- Le (...)
lire la suite
Antonio Guterres exprime son indignation
mardi 23 octobre 2018

Par un communiqué signé hier par Farhan Haq, son Porte-parole adjoint, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se dit indigné par (...)
lire la suite
Elections : Samy Badibanga pour un langage de vérité
lundi 22 octobre 2018

* Toutefois, à J-61, le leader de la plateforme "Les Progressistes", doute de l’organisation du scrutin à la date prévue. D’où, l’indispensable (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting