QUAND UNE BLOGUEUSE SE MUE EN HUMANITAIRE
Chantal Faïda : "A travers l’association ’’Uwema’’, nous scolarisons les enfants défavorisés de Goma"
mardi 12 juin 2018

Théâtre des conflits armés, la province du Nord-Kivu est devenue un foyer d’orphelins et d’enfants en situation précaire. Abandonnés dans la rue ou vivant dans des familles démunies, ils sont nombreux à ne plus fréquenter l’école. Sensible à leur désastre, une poignée de bénévolesse ont décidés de créer l’association ’’Uwema Asbl’’ en 2012 à Goma. Une initiative qui leur permet désormais d’assurer la scolarisation de quelques enfants défavorisés et de mener des actions de solidarité dans les camps d’orphelins et de déplacés. Initiatrice de cette association, Chantal Faïda Mulenge Byuma éclaire la lanterne des lecteurs de ’’Forum des As’’.

La ville de Goma compte aujourd’hui un grand nombre d’enfants vulnérables à la suite des guerres. Sur quels critères vous basez-vous pour choisir ceux que votre association scolarise ?
Les bénéficiaires des bourses scolaires que nous octroyons sont avant tout des enfants démunis, particulièrement des orphelins et des déplacés. Ils vivent dans leurs familles ou dans des familles des proches, mais sans pour autant avoir accès aux études, faute de ressources. Ils sont identifiés dans les quartiers des membres des fondateurs et sont suivis pour un appui psychologique et para scolaire. Par organisation para scolaire, nous pensons à l’encadrement dans la bibliothèque de proximité Pef-Pafij à Goma. Pour eux, nous organisons également des sketchs, des danses et de la poésie. En 2017, les enfants encadrés par Uwema Asbl ont organisé une série d’activités culturelles au cours d’un gala de charité pour lever des fonds qui vont permettre de prendre en charge la scolarité de ces enfants.

Quatre-vingt sept bourses déjà délivrées par Uwema Asbl... Qui vous accompagne dans cette noble lutte ?
Nous avons mis au point une stratégie efficace pour la mobilisation des ressources. Chaque membre de l’association cotise et, ensuite, il identifie des donateurs potentiels en expliquant le bienfondé de l’action. Nous nous référons à l’article 66 de la Constitution qui prône la solidarité nationale. Nous pensons que si chacun soutenait un vulnérable, le Congo n’aurait pas d’enfants non scolarisés, encore moins d’enfants dans la rue. Via les médias sociaux, des soutiens de toute sorte nous parviennent en chaque début d’année scolaire. Nous saisissons cette opportunité pour lancer un appel aux bienfaiteurs pour qu’ils nous soutiennent dans l’action sociale qui montre des fruits, au regard de bonnes notes des enfants soutenus.

D’où vous est venu ce sens de leadership ?
Ce sens de leadership nous est venu de notre passé. Nous-mêmes avons été déplacés de guerre en 1996 lors de l’entrée de l’AFDL (Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo, NDLR). Nous sommes conscientes de souffrances des déplacés et des victimes de guerre. C’est ainsi que, nous remémorant le passé, nous voulons rendre ce que nous avons reçu : la solidarité. Ceux qui nous ont soutenus par le passé, on ne les connaît pas, mais ceux qui ont besoin d’aide sont avec nous. D’où, le souci de rendre ce qu’on a reçu : la solidarité, la philanthropie et le soutien moral.

Vous êtes aujourd’hui membre de plus de 18 mouvements des jeunes pour le changement à Goma comme à Kinshasa. La distance entre les deux villes ne constitue-t-elle pas un obstacle pour vous ?
C’est exact. Nous sommes de ceux qui pensent qu’on doit mourir vide. C’est-à-dire qu’il faut tout donner quand on est en vie. Etre dans plusieurs organisations pour nous est un moyen loyal de donner les idées qui changent et transforment la société.

Quel est la place du blog dans votre lutte ?
Le blog est un canal efficace de mobilisation sociale. "Le blogueur est un citoyen digne qui choisit la plume, l’image et le son comme armes de transformation sociétale. Un site personnel où on partage sa vision sur la marche des choses au pays, un peu d’idéalisme sur ce qui devrait être fait et qui ne se fait pas encore au niveau de la gouvernance, de l’action sociale, de la solidarité, de l’information et de la formation..." C’est ainsi que nous animons deux blogs et un site web : chantalfaida. mondoblog.org sur Rfi, chantalfaida.blogspot.org et www.chantalfaida.org.

Pouvez-vous dire aujourd’hui que la jeune fille du Congo a compris l’importance de son implication dans la défense des causes sociales ?
C’est exact. Les articles 11, 12, 13, 14 et 15 de la Constitution reconnaissent les droits politiques, sociaux et économiques aux hommes et aux femmes citoyens de la RDC. L’article 1er de la déclaration universelle des droits de l’homme stipule : "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité". Ces textes renforcent notre foi en l’engagement citoyen sans préjugés ni barrières culturelles des filles et des garçons congolais. La Nation qui nous a vu naître attend de nous des actes de transformation sociale pour le progrès.

Faut-il être dans la politique pour mener des actions qui ont un impact considérable sur la société ?
La politique est l’art de gérer la cité. Tous, d’une manière ou d’une autre, nous contribuons à la gestion de la cité. Ceux qui se lancent entièrement en politique sont des personnes qui désirent servir l’intérêt général et pensent à l’intérêt personnel en dernier lieu. C’est dans ce cadre que leurs actions de plaidoyer, de contrôle et de représentation sont nobles et sont considérés comme des gestes avec impact.
Interview réalisée par Elise KAVIRA et Yves KALIKAT

80% de l’exportation du café échappe au contrôle de l’Etat
lundi 18 juin 2018

La mise en place d’un cadre adéquat est essentielle pour booster la filière du café au Sud-Kivu.« La province a produit plus de 5000 tonnes de café. (...)
lire la suite
La comparution du renseignant Mukenge Pépé au cœur de toutes les attentes
lundi 18 juin 2018

Convoqué à la demande du prévenu Ali Mputu Kongolo, le renseignant Mukenge Pépé sera finalement à la barre à l’audience du mardi 19 juin prochain. La (...)
lire la suite
Kwilu : le gouverneur Balabala cité dans le passage à tabac du fils d’un fonctionnaire
lundi 18 juin 2018

* Les faits se seraient déroulés à la résidence du Commissaire provincial de la PNC où le jeune homme s’est réfugié pour se protéger. En Vain... (...)
lire la suite
Examen d’Etat 2018 : le taux de participation a augmenté de 6,2%
lundi 18 juin 2018

Près de 673.209 finalistes du secondaire en RD Congo ont rendez-vous aujourd’hui 18 juin pour la session de l’examen d’Etat édition 2018. En (...)
lire la suite
CAFCO sensibilise les chefs de partis politiques
vendredi 15 juin 2018

La valeur ajoutée des partis politiques dans l’alignement des femmes sur les listes électorale était l’objet de la matinée citoyenne avec les partis (...)
lire la suite
Jeudi 14 juin : les cambistes décrètent une journée sans change
jeudi 14 juin 2018

Les cambistes du Congo ont décrété jeudi 14 juin "journée sans change" à travers toute l’étendue de la capitale. Ce, à la suite de l’assassinat d’Arthur (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting