Des limites au régime de faveur
vendredi 22 juin 2018

Autant le confesser tout de go. Personne d’équilibré ne trouverait à redire sur le principe d’une prise en charge d’anciens Présidents de la république élus par le Trésor public. Cette pratique existe sous toutes les latitudes.
Quelqu’un qui a incarné, représenté la Nation et a défendu les intérêts vitaux du pays mérite la reconnaissance de la patrie. De ce point de vue, la proposition de loi portant statut d’anciens chefs de l’Etat élus est à applaudir de deux mains.
Dans le contexte africain, elle participe même de la consolidation du fait démocratique. En ce sens qu’elle renforce le nécessaire équilibre entre démocratie et sécurité.
Seulement voilà, chercher à élargir ces avantages à tous les anciens chefs de corps constitués de la République pourrait poser plus de problèmes qu’il n’en résoudrait. Dans un pays aux inégalités astronomiques, connecter à vie tous les anciens dirigeants d’institutions à la manne publique pourrait sonner comme une espèce de régime de privilèges accordés à des personnalités qui, des années durant, ont eu la chance d’être totalement pris en charge par l’Etat. Avec ce que cela implique comme avantages souvent inversement proportionnels aux capacités réelles du pays. Ce qui crée un contraste effarant entre le train de vie de la classe dirigeante et la situation fort peu enviable d’autres serviteurs de l’Etat au premier rang desquels les fonctionnaires, les militaires et les policiers.
Au demeurant, au nom de l’égalité prônée par la Constitution et de l’équité, ces derniers pourraient aussi réclamer le même régime des faveurs après leur carrière. Après tout, il est officiers généraux, supérieurs, sous-officiers, soldats, policiers qui alignent plus de hauts faits que certains chefs de corps ! Même chose pour certains hauts fonctionnaires ou simples fonctionnaires.
Pour ne pas donner l’impression de favoriser les uns -pour le coup les nantis- et sacrifier les sans-dents et sans-grades, les parlementaires seraient bien inspirés de limiter ce régime de faveur aux seuls anciens Présidents de la République élus.
Le fond du problème est d’œuvrer dans le sens de créer les conditions de l’avènement d’une véritable sécurité sociale pour tous. Cela passe par la création des richesses réelles dans le pays. On en est encore loin. José NAWEJ

Foire agricole, et après ?
vendredi 21 septembre 2018

Une foire agricole dans la capitale rd congolaise ! Pourquoi pas ? La RDC n’étant pas qu’une merveille -et non un scandale- géologique. Ce pays situé (...)
lire la suite
La caravane CENI…avance
jeudi 20 septembre 2018

A trois mois des élections, on peut tout reprocher à la CENI. Sauf sa conformité au calendrier électoral. Hier, comme prévu, la Centrale électorale a (...)
lire la suite
Le lointain exemple coréen …
mercredi 19 septembre 2018

Autant nous abriter tout de go derrière ce vieux proverbe : "Comparaison n’est pas raison ". Certaines similitudes peuvent, cependant, donner (...)
lire la suite
La pilule CPI
mardi 18 septembre 2018

Le verdict de la CPI est enfin tombé hier lundi 17 septembre. Ce que tout le monde attendait pour être définitivement fixé sur le sort de Jean-Pierre (...)
lire la suite
Bruxelles contre Kinshasa
lundi 17 septembre 2018

Dès le seuil de l’indépendance, les relations entre la Belgique et le Congo évoluent sous la forme d’un feuilleton que l’on peut intituler à juste (...)
lire la suite
Surenchère d’avant négociations ?
vendredi 14 septembre 2018

On peut lire autant de fois que l’on veut la déclaration de six majors de l’Opposition, on aboutira à une seule conclusion. Les signataires de « (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Eternel questionnement

Il n’y a pas mieux que le secteur minier pour illustrer le paradoxe zaïro-congolais. Un pays immensément riche avec des populations terriblement pauvres. Paradis en termes de ressources naturelles, (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting