MBANDAKA
Une rescapée d’Ebola raconte les péripéties vécues par sa famille autour de cette pandémie
vendredi 22 juin 2018

Une patiente qui a survécu à Ebola à Bikoro, à l’Equateur, a préféré délier sa langue. Marie-Vincent s’est confiée auprès des services des MSF. Dans son récit, elle relate comment, elle et sa famille ont été atteintes de l’épidémie en voulant être au chevet de leur proche, décédé, probablement d’Ebola. Elle est sortie récemment du Centre de traitement d’Ebola (CTE) de MSF à Bikoro, guérie du virus après que toute sa famille est tombée malade. Elle souligne qu’elle repart à zéro, rapporte un communiqué des MSF.

D’après MSF, au départ, Marie-Vincent, la soixantaine, et sa famille ne pouvait pas imaginer qu’il s’agissait d’Ebola. C’est son fils Charles, l’un de ses onze enfants et infirmier de son état, qui était le premier à être touché dans sa famille. Ce dernier gérait un centre de santé reculé à Itipo, l’épicentre de la récente épidémie d’Ebola à environ 170 kilomètres de Mbandaka, dans la province de l’Équateur.

« Pendant de nombreuses années, Charles a soigné des patients souffrant de maladies telles que le paludisme, la diarrhée et la malnutrition et a assisté les femmes nécessitant des soins prénataux et présentant des grossesses difficiles. Il est décédé le 9 mai dernier, probablement d’Ebola, un jour après la déclaration officielle de l’épidémie. Son corps n’avait jamais fait l’objet de tests de dépistage, mais a été traité avec soin et respect, lavé et renvoyé dans son village d’enfance pour être enterré de façon traditionnelle », souligne MSF.
Selon cette organisation humanitaire internationale, le corps d’une personne décédée d’Ebola est extrêmement contagieux. Dans les jours qui ont suivi l’enterrement de Charles, Marie-Vincent et plusieurs membres de sa famille sont tombés malades.
« Dès que nous l’avons mis en terre, nous avons commencé à être malades. Nous avions de la fièvre, avions eu de vomissements et de diarrhée. Nous avons compris qu’il s’agissait véritablement d’une maladie, et non d’une malédiction. J’avais entendu parler d’Ebola et de morts mystérieuses dans certains villages aux alentours. Mais à l’époque, nous ne savions pas. »
Marie-Vincent est tombée très malade et a été dépistée. Son fils aîné et sa femme, puis un autre fils et un autre membre de la famille, sont tous tombés malades les uns après les autres. Ensuite, la femme enceinte de Charles a commencé à présenter de la fièvre, tout comme deux de ses fils et la jeune fiancée de son fils. Après avoir été testée positive, la famille tout entière a été transférée au centre de transit Ebola de MSF, à Itipo, puis référée au CTE de Bikoro, petite.
Les semaines qui ont suivi, ils sont tous restés au centre de traitement, luttant ensemble contre les symptômes et la peur.
Malgré les encouragements et l’espoir que leur donnaient les personnels soignants, le pire est arrivé : les petits-fils de Marie-Vincent (les fils de Charles) et la jeune fiancée sont tous morts d’Ebola. Bien que la femme de Charles ait guéri à son tour, l’enfant qu’elle portait dans son ventre, n’a pas survécu. Car, souligne MSF, le virus Ebola est capable de traverser le placenta, auquel le système immunitaire de la mère n’a pas accès, ce qui l’empêche de protéger le bébé.
Bien qu’ayant perdu ses proches, Marie-Vincent garde espoir de recommencer une nouvelle vie, mais dans des conditions difficiles. « Je suis guérie, mais je n’ai plus rien à la maison. Tout ce que j’avais a été brûlé. Je suis vieille, et pourtant je vais devoir recommencer ma vie à zéro. Aujourd’hui, je repars de zéro. »

QUELQUES ACTIONS DES MSF
Dans sa lutte contre le virus Ebola, MSF intervient notamment à Mbandaka. Un Centre de Traitement Ebola (CTE) MSF avec 12 lits est opérationnel à Mbandaka depuis le 28 mai. En plus du traitement et de l’isolation des cas confirmés et suspects d’Ebola, la réponse de MSF porte sur la surveillance, l’investigation de nouveaux cas et leurs contacts, le contrôle et la prévention des infections, la promotion de la santé, les inhumations sécurisées et les activités de formation avec le personnel du Ministère de la Santé.
A Kinshasa, un Centre de Traitement Ebola de 10 lits (extensibles à 40 ans) a été placé à Kinkole. Le personnel de MSF a dispensé des formations (sur les mesures de protection, les procédures de traitement, le transport des patients) au personnel du Ministère de la Santé et de la Direction provinciale de la Santé (DPS) (environ 35 participants), qui vont gérer la structure en cas de besoin.
Les activités de vaccination de MSF ont commencé le 28 mai. Au 17 juin, 1520 personnes ont été vaccinées par MSF. Celles-ci ont ciblé des villages et des villes dans les Zones de Santé de Bikoro et Iboko, y compris Itipo, la zone la plus touchée par l’épidémie.
MSF révèle que la vaccination a été administrée selon une approche circulaire. En d’autres termes, elle a ciblé les contacts et les contacts des contacts de cas confirmés d’Ebola. Les travailleurs de première ligne comme les agents de santé et les hygiénistes travaillant dans les Centres de Traitement Ebola, les chefs religieux, les guérisseurs traditionnels ont été également visés.
S’il n’y a pas de nouveaux cas, souligne-t-on, les activités de vaccination se termineront incessamment. Les équipes se concentreront uniquement sur le suivi.
Dina BUHAKE

Les journalistes plaident pour la promotion de la liberté d’expression
mardi 20 novembre 2018

Tunis, la capitale tunisienne a accueilli, du 15 au 17novembre 2018, les premières assises du journalisme. Placée sous le thème « Un journalisme (...)
lire la suite
"Plaidoyer pour la bonne gouvernance et le développement" de Matata Ponyo
mercredi 14 novembre 2018

Un nouveau-né depuis hier dans les rayons des bibliothèques de la RD Congo. Particulièrement celles de Kinshasa, capitale du pays. Il s’agit de (...)
lire la suite
Voici la lettre d’engagement
mercredi 14 novembre 2018

Si je ne respecte pas mes engagements, je mettrais fin à ma carrière politique et je serais soumis à l’opprobre de la nation" La Fondation Anan est (...)
lire la suite
Kwilu : une épidémie d’origine inconnue décime de gros bétails
mercredi 7 novembre 2018

Depuis environ trois mois, une épidémie non encore identifiée, décime les gros bétails dans tous les cinq territoires de la province du Kwilu. Entre (...)
lire la suite
Godé Muamba insiste sur l’organisation du pays par la base : localité, quartier et commune
mardi 6 novembre 2018

Candidat à la députation nationale dans la circonscription du Mont-Amba, Godé Muamba multiplie les descentes sur terrain depuis quelques temps. Le (...)
lire la suite
Hainan, l’île–province symbole du miracle chinois
lundi 5 novembre 2018

La Chine ? C’est bien sûr Beijing, capitale tentaculaire d’un pays-continent. C’est évidemment Shanghaï, première place forte financière en Asie (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting