Chine : ouverture d’une nouvelle branche économique de l’ambassade de la RDC à Qingdao
mercredi 4 juillet 2018

L’ambassadeur de la RDC en Chine, a inauguré, le lundi 2 juillet dernier, le bureau devant abriter la nouvelle branche économique de l’ambassade de la RDC dans la ville chinoise de Qingdao, située dans la province du Shandong. Selon Jean Charles Okoto Lolakombe, cette branche économique se veut une plateforme de conseils et d’orientations utiles aux potentiels investisseurs chinois.

Avec la création de cette nouvelle branche économique, située au siège de « Belt and Road collaborative innovation center » (BRCIC), l’Ambassade de la RDC en Chine vient d’offrir un espace d’informations et d’échanges aux hommes d’affaires chinois désireux d’investir en RDC.
Saisissant la balle au bond, le diplomate rd-congolais a eu, lors de la cérémonie d’ouverture de ce bureau économique, des échanges fructueux avec des investisseurs chinois, présents à la manifestation. Parmi les invités, on a noté la présence remarquable des responsables de « Belt and Road collaborative innovation center ».
En un mot comme en mille, Charles Okoto veut faire de son pays, la RDC, l’un des partenaires économiques importants de la Chine. Il revient de dire que son appel a fait l’unanimité au sein de la sommité des investisseurs chinois. De quoi être optimiste quant à l’avenir économique radieux de ce grand pays de l’Afrique centrale au sol et sous-sol riches et d’où partira le décollage du Continent.

DES ACTIVITES INSCRITES DANS LA DUREE
Les activités du nouveau Bureau économique de Qingdao s’inscrivent dans la durée. Mais, il y a lieu de reconnaître que l’un des aspects qui donnent à ce bureau le caractère urgent, c’est l’ouverture du Forum de coopération sino-africaine (FCSA) qui se tiendra au mois de septembre prochain à Beijing.
Pour ce grand rendez-vous de la coopération entre la Chine et l’Afrique, la RDC s’amène avec des ambitions fortes, portées par l’élan d’un pays qui vise l’émergence d’ici à l’horizon 2030. Selon des sources bien informées, « le dossier est bien ficelé du côté congolais. Rien n’a été laissé de côté. Tout est scruté au moindre détail ».
Si la RDC ne s’était contenté que d’un infime financement, faute de projets banquables, lors du précédent FCSA qui s’est tenu en 2015 à Johannesburg, où la Chine avait débloqué la bagatelle somme de 60 milliards USD, cette année à Beijing, la RDC n’entend pas être aux abonnés absents. Le travail de titan qu’abat la nouvelle branche économique de son ambassade à Qingdao rentre dans cette optique.
Jean Charles Okoto, tient à faire bénéficier son pays d’une part importante des financements chinois lors du Forum de septembre. Et pour cela, l’itinérance d’Okoto semble être sans fin. En vrai diplomate, il est toujours entre deux avions et plusieurs réunions où, il remue terre et ciel pour atteindre son objectif.

LUCIDITE DANS LA GESTION
Par ailleurs, l’on signale la présence du Directeur général de l’Office de gestion de frets multimodal (OGEFREM), Patient Sibaya Ntambwe, à la cérémonie d’ouverture. Ce dernier a salué cette initiative qu’il a qualifiée de possible en pratique qui aura, selon lui, le mérite de booster l’économie de la RDC, notamment dans les domaines minier et agricole.
Le patron de l’OGEFREM a promis à l’ambassadeur de revenir régulièrement à Qingdao pour se rendre compte de l’évolution du travail de la branche économique à travers ce projet noble et bien réfléchi, de l’ambassadeur Okoto. La promesse du DG de l’Office n’a pas été faite par hasard. Son engagement a valeur de témoignage de la réalité sur terrain et aussi de son soutien inconditionnel qu’il affiche à ce projet.
L’ambassadeur Charles Okoto a invité le personnel congolais affecté à ce bureau au sens élevé de lucidité dans la gestion des investisseurs chinois à la recherche des débouchées en RDC.
Le diplomate congolais a invité le personnel à bannir toutes considérations tribalo-ethniques qui n’apportent rien au pays. « L’heure est venue où ce genre de pratiques doivent être bannies pour laisser place à l’intelligence et à la méritocratie », leur a-t-il dit.
Il s’est servi de ses propres exemples lorsqu’il faisait encore ses débuts dans l’administration publique. De Rutshuru à certains districts du pays, partout où, il est passé, Jean Charles Okoto, à l’époque encore trop jeune, a servi de modèle et incarné l’espoir de toute une génération. Ce message est allé tout droit au cœur de ses collaborateurs qui croient en un avenir radieux. Dina BUHAKE

Kinshasa : seules 20.000 tonnes d’immondices dégagées sur les 90.000 produites par jour
vendredi 16 novembre 2018

*« Dans ces conditions, il est difficile de rendre la ville propre", note le directeur général de la Régie d’assainissement de la capitale » qui avoue (...)
lire la suite
La construction du Pont Kinshasa-Brazzaville au menu de la réunion entre la BAD et Africa 50
jeudi 15 novembre 2018

Le projet de construction du pont devant relier Kinshasa et Brazzaville se trouve à l’ordre du jour de la réunion qui se tient depuis le 8 novembre (...)
lire la suite
Le DG Patience Saiba satisfait de son bilan à l’Ogefrem
mardi 13 novembre 2018

12 novembre 1980-12 novembre 2018, l’Office de Gestion du Fret Multimodal (OGEFREM) a totalisé 38 ans d’existence. Au cours de la cérémonie (...)
lire la suite
La BCC invite le public à la vigilance
lundi 12 novembre 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE La Banque Centrale du Congo informe le public que certaines structures, non agréées par elle, se livrent directement ou par (...)
lire la suite
BCC note un relèvement de l’activité économique à 4,1% en 2018
vendredi 2 novembre 2018

Les estimations de la croissance économique, sur base des réalisations de la production à fin juin 2018, renseignent un relèvement de l’activité (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting