DIAGNOSTIC DES AGENTS PATHOGENES DES MALADIES INFECTUEUSES ET PARASITAIRES TROPICALES EN RDC
Le Japon offre un don de 21 millions d’USD pour équiper l’INRB
lundi 9 juillet 2018

Le gouvernement japonais a octroyé à la RD Congo un don de vingt et un millions de dollars américains (21.000.000 $ USD). Ce fonds devra servir à la construction, l’approvisionnement et l’installation des équipements des laboratoires de niveau de biosécurité supérieur (P3), d’un centre d’essai clinique et d’un centre de formation au sein de l’Institut national des recherches biomédicales (INRB).

C’est le jeudi 5 juillet que l’Ambassadeur du Japon en RDC et les ministres de la Santé et des Infrastructures ont procédé à la pose de la première pierre de ce projet dont les travaux seront réalisés par la société japonaise « Dai Nippon construction ». Cette cérémonie a marqué le début effectif de l’exécution de l’Accord de don signé en date du 26 mai 2017 entre l’Agence de coopération internationale japonaise et le Gouvernement congolais, à la suite de l’échange des notes signées à la même date, en rapport avec la Coopération bilatérale liant le Japon et la RDC.
D’après un communiqué de presse de la JICA, la mise en œuvre de ce projet de la coopération japonaise va renforcer la capacité de l’INRB et du pays tout entier, tant pour le diagnostic des agents pathogènes des maladies infectieuses et parasitaires tropicales, que pour la recherche fondamentale. Aussi, poursuit la source, ce projet va promouvoir la formation des personnels médicaux et des chercheurs dans la surveillance et la gestion des maladies.
Pour la JICA, à travers la dotation de nouvelles infrastructures et la fourniture d’équipements, le nouvel INRB va constituer davantage un maillon fondamental et précieux pour la lutte contre la maladie en RDC, avec un rayonnement en Afrique du centre –ouest. Ensuite, l’INRB sera un pilier important dans le programme de santé de la JICA en synergie et harmonie avec les projets actuels et futurs.
A en croire la source, le début d’aménagement du nouvel édifice de l’INRB prouve une fois de plus que la JICA demeure engagée à coté du peuple congolais pour l’accompagner dans son processus de développement sanitaire et de reconstruction. Particulièrement dans le cadre de renforcement de la surveillance des maladies.

L’AMENAGEMENT DES LABORATOIRES DE NIVEAU BIOSECURITE SUPERIEUR, EN ENJEU PRIORITAIRE POUR L’INRB
Dans son mot, l’ambassadeur de l’empire du Soleil levant en RDC a fait savoir que l’aménagement des laboratoires de niveau de sécurité biologique-3 à cet Institut de recherche biomédicale, constitue un enjeu prioritaire pour le renforcement des capacités de surveillance et d’analyse épidémiologique en RDC.
Hiroshi Karube a, à cette occasion, réitéré l’engagement du Japon de continuer à accompagner le Gouvernement de la RDC dans la réalisation d’un véritable renforcement de son système sanitaire en vue de garantir le bien-être de toute la population. « La consolidation des services de santé fait partie des piliers prioritaires de la Coopération japonaise en Afrique consacrés lors de la TICAD VI à Nairobi », a-t-il déclaré.
Paraphrasant son Premier ministre Shinzo Abe, qui avait déclaré, lors du sommet sur le climat à New-York : « Quand on charge le Japon d’édifier une infrastructure, il fait une infrastructure qui dure ». Hiroshi Karube a cité le Boulevard Congo-Japon ex-Poids lourds, l’INPSS et l’INPP qui sont de très bonnes illustrations. Ainsi, le diplomate nippon en RDC espère que le projet d’aménagement de l’INRB va incarner bien cette philosophie de la coopération japonaise et contribuera à l’amélioration et à la stabilisation des conditions de vie et de santé des Congolais.
Pour conclure, il n’a pas manqué de rappeler que la RDC vient de connaitre sa neuvième épidémie de maladie à virus Ebola. D’où l’envoi successif par le Gouvernement du Japon de deux équipes d’urgences composées d’experts en maladies infectieuses ainsi que des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères et de la JICA.
A titre de rappel, la JICA a appuyé notamment la riposte à l’épidémie de la fièvre jaune en 2016 ; la riposte à l’épidémie de la maladie à virus Ebola à Djera en 2014, à Likati en 2017 et présentement à l’Equateur . A cela s’ajoute la dotation des caméras thermographiques pour la surveillance aux points d’entrée stratégiques en 2015.
Mathy MUSAU

Des femmes des Grands Lacs planifient des actions concrètes pour la restauration de la paix
vendredi 16 novembre 2018

Le Fonds pour les Femmes Congolaises (FFC) en partenariat avec Global Fund for woman organise du 15 au 16 novembre la réunion régionale de la (...)
lire la suite
Les participants plaident pour la poursuite du projet ARTECAO
mercredi 14 novembre 2018

L’Ecole Nationale de Police d’Abidjan (ENP), en Côte d’Ivoire, a accueilli, les 6 et 7 novembre derniers, un séminaire des décideurs sur le (...)
lire la suite
Michel Kirumba réhabilité au poste de Directeur général
mardi 13 novembre 2018

Suspendu depuis trois mois, Michel Kirumba Kimuha vient d’être réhabilité au poste de Directeur général de Transco. La cérémonie de remise et reprise a (...)
lire la suite
"Les survivants d’Ebola seront désormais suivis"
mardi 13 novembre 2018

Il ne suffira plus d’être déclaré "guéri" de la fièvre hémorragique d’Ebola pour échapper à la vigilance du personnel médical. Désormais, tous les (...)
lire la suite
Le ministre de l’ESU attribue le calme dans son secteur à l’instauration du dialogue avec les étudiants
lundi 12 novembre 2018

Mbuji-Mayi, 11 nov. 2018 (ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve MbikayiMabuluki en séjour dans la ville de (...)
lire la suite
La défense dénonce l’absence de preuves d’imputabilité de leurs clients
lundi 12 novembre 2018

L’étape de la plaidoirie au procès des présumés miliciens du mouvement terroriste Kamwina Nsapu, branche de Kinshasa, touche progressivement à sa fin. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting