Entre deux salamalecs diplomatiques…
mardi 10 juillet 2018

Rupture entre d’une part Kinshasa et New York et Addis-Ababa de l’autre ? Certainement pas. Crise ouverte entre le Gouvernement rd congolais et le tandem ONU-UA ? Loin de là. Alors, tout baigne parfaitement dans l’huile entre la RDC officielle et les gestionnaires au quotidien des Nations-Unies et de l’Organisation panafricaine ? On en douterait.
L’ajournement de la visite du duo Guterres -Faki -à trois reprises ?-a au minimum tout d’un couac diplomatique. Lequel couvrirait mal une pointe de méfiance entre les deux parties.
Kinshasa cachant à peine son agacement de voir tout ce que la communauté internationale compte de technostructures s’intéressait de plus près à la moindre de ses démarches dans la gestion du pays. En particulier, en rapport avec le processus électoral avec, à l’affiche, l’équation personnelle du Président Kabila.
Un " intérêt " tous azimuts qui sonne dans les oreilles "souverainistes " comme au mieux de l’ingérence, et au pire comme un crime de lèse-souveraineté. Quelque peu sorti de ses gonds, un dignitaire -non mandaté- a même lâché le mot "distraction " au moment où le processus électoral est au niveau des dépôts des candidatures.
Comme pour le recadrer le Protocole d’Etat a produit un communiqué très officiel pour évoquer le problème d’agendas. Avant d’ajouter que " les deux illustres personnalités étaient les bienvenues à Kinshasa à une date à convenir de commun accord".
Symétriquement, de manière soft, l’ONU et dans une moindre mesure l’UA, relaient de plus en plus le message des plénipotentiaires occidentaux pour la première et de certains pays de la SADC et de la CIRGL pour la seconde sur la doxa électorale en RDC. Des conseils qui virent aux sermons voire à des pressions " amicales " qui ne sont pas toujours du goût des autorités rd congolaises.
Dans ces conditions, l’harmonisation des agendas peut certes se comprendre d’un point de vue temporel. Mais peut-être surtout au second degré. A savoir ce que les uns et les autres planifient sans le clamer publiquement. Des agendas…cachés de part et d’autre. José NAWEJ

L’implacable logique institutionnelle
lundi 21 janvier 2019

La Cour constitutionnelle a tranché. C’est FATSHI. Arrêt sans appel. Opposable à tous. Par conséquent, plus de recours possible. La messe est dite. (...)
lire la suite
Un scrutin synonyme d’auto-prise en charge
lundi 31 décembre 2018

Les Congolais ont bel et bien voté hier dimanche 30 décembre. La tenue du scrutin constitue en elle-même un exploit. Car, ces élections ont été (...)
lire la suite
A Tshibala ce qui lui revient
vendredi 28 décembre 2018

Dans deux jours, les élections. Enfin ! Un épilogue qui fut long à se dessiner. Que de pesanteurs ! Que d’hypothèques ! Que de paris non tenus ! (...)
lire la suite
Conjurer le spectre du chaos
jeudi 27 décembre 2018

Entre la CENI et certaines parties prenantes- directes et indirectes- au processus électoral, ça vole bas .Très bas même. De mauvais augure à (...)
lire la suite
D’Etsou à Ambongo en passant par Monsengwo
mercredi 26 décembre 2018

Lâché par le Cardinal Frédéric Etsou à l’occasion des élections de 2006, le concept " vérité des urnes" n’a pas pris la moindre ride depuis. Lors de la (...)
lire la suite
Entre anxiété et…espérance
lundi 24 décembre 2018

Des fêtes de fin d’année pas comme les autres que celles que s’apprête à passer les Congolais. Et pour cause, la séquence festive est comme parasitée (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting