PROCES KAMWINA NSAPU
Des prévenus dos au mur face à leurs vidéos d’audition
mercredi 15 août 2018

{{Le procès Kamwina Nsapu branche Kinshasa a atteint une étape décisive. Après plusieurs audiences consacrées à l'analyse des relevés d'appels, l'heure est à présent à la projection des vidéos d'audition, enregistrées lors de l'instruction prejuridictionnnelle. A l'audience d'hier mardi 14 août, des prévenus ont pratiqué la langue de bois face à des déclarations troublantes que le tribunal leur a arrachées au moyen des caméras cachées.}} Les premières images projetées par le tribunal ont été celles de la comparution du prévenu Kabamba Kalewu Francky. Ce dernier a ouvertement décrit la scène au cours de laquelle lui et ses 14 autres copains avaient donné la mort à l'administrateur du marché central de Kinshasa, l'après midi du vendredi 14 juillet 2017. A regarder cette vidéo avec peu d'attention, il est facile de constater que le prévenu s'exprimait en toute quiétude en fournissant à l'OPJ les moindres détails quant à son enrôlement au mouvement terroriste Kamwina Nsapu, à sa scarification par le prévenu Ben Tshimanga, ainsi qu'à son degré de participation aux différentes attaques qui ont endeuillé la ville de Kinshasa au milieu de l'année passée. {{ AUDITIONNÉS DANS LA DÉTENTE }} Dégustant son pain au lait avec une bouteille de jus, Kalewu Francky a affirmé être celui qui aurait achevé la défunte administrateur du marché central, après qu'elle a été poignardée en pleine poitrine par Ben Tshimanga qu'il considère comme le chef de la bande qui a succédé au nommé Prince Kalebe. "Contrairement à ce que l'on nous a laissé entendre lors des audiences antérieures, les déclarations de ces prévenus actées sur PV n'ont pas été obtenues sur fond de torture. Nous venons de nous rendre compte qu'ils ont été auditionnés dans un climat de détente, de quiétude et de sérénité. Ils sont librement passés aux aveux", a indiqué le bâtonnier Frédéric Djamano. La même scène a été observée dans la vidéo du prévenu Christian Mukadi. Celui-ci a donné une description quasiment identique de différentes réunions préparatoires et attaques qu'a connues Kinshasa en 2017. Il a cité Gecko Bea, vice-président de la jeunesse de l'UDPS, comme celui qui l'aurait conduit auprès des dirigeants de ce parti politique, après avoir été touché balle. {{ DES PREVENUS S'OBSTINENT À CRIER AU MONTAGE }} Le prévenu MpoyMukendi Placide a largement été diseur dans sa vidéo d'audition. Entre deux gorgées de sa boisson sucrée, il a décrit son activisme manifesté lors de l'attaque de la prison de Makala. Il a expliqué avec précision les circonstances au cours desquelles il a été touché par balle pendant cet assaut. Ce, avant de demander pardon aux autorités du pays. Interrogés par le tribunal sur ces vidéos, les trois prévenus ont crié au montage du ministère public. Une réaction qui leur a valu des critiques acerbes dans l'assistance qui n'en revenait pas de voir des individus nier leurs propres images. Christian Mukadi et Mpoy Placide n'ont eu de cesse de soutenir que tous les propos tenus pendant ces instants leur ont été communiqués à l'avance. "La vérité est têtue. Elle ne fait qu'éclater au grand jour. Ces prévenus peuvent bien crier au montage, mais cela ne suffit pas pour les tirer d'affaire. Ils sont à ce stade dos au mur et à court d'arguments. Ils doivent faire face à leurs propres vidéos que l'on a enregistrés à leur insu", a déclaré le bâtonnier Djamano. Les avocats de la défense, eux, promettent de relever à l'audience prochaine les irrégularités qui ont émaillé cette procédure d'audition."Nous allons démontré que cette méthode n'existe pas en Droit. Ces vidéos n'ont aucune valeur juridique", a réagi Me Richard Ngoy, conseil du prévenu Mpoy. Les images projetées à l'audience d'hier font suite à une réquisition adressée aux services de la Police après une requête du Ministère public. Il s'agit des vidéos arrachées, à l'insu des prévenus, lors de leurs différentes auditions réalisées avant que l'affaire soit portée au niveau du tribunal militaire de Garnison Kinshasa Gombe. {{Orly-Darel NGIAMBUKULU}}
Le Prof Roland Pourtier pour la réhabilitation du réseau fluvial congolais
jeudi 8 août 2019

"Les méandres du Fleuve Congo", tel est le thème la conférence-débat organisée hier jeudi à la Halle de la Gombe lors de la quatrième édition de la (...)
lire la suite
Le parc national des Virunga de nouveau ouvert au public
lundi 18 février 2019

Fermé depuis plus de neuf mois, le parc national des Virunga, l'une des plus anciennes aires protégées d'Afrique, est de nouveau ouvert aux (...)
lire la suite
L’épidémie de Chikungunya déclarée à Kinshasa et au Kongo central
vendredi 15 février 2019

Directeur général de l'Institut national de recherche biomédicale (INRB), le Prof Jean-Jacques Muyembe a déclaré l'existence de l'épidémie de (...)
lire la suite
Plus de 15.000 bonobos recensés à la Salonga
vendredi 15 février 2019

Le monde célèbre, depuis 2 ans la journée mondiale des bonobos le 14 février. A cette occasion, le Fonds mondiale pour la nature (WWF) a publié une (...)
lire la suite
L’Unesco, la Monusco et l’Unpc disposés à accompagner la RDC sur le chemin de la paix
jeudi 14 février 2019

* Pour sa part, Marie-Madeleine Kalala invite l'Etat congolais à s'investir dans l'éducation, la sensibilisation de ses citoyens à la culture de la (...)
lire la suite
Eric Kamalandua appelle les autorités à la relance des travaux d’embellissement du Boulevard Lumumba
mardi 12 février 2019

Architecte de formation, diplômé de l'Ecole Supérieure d'Architecture et d'Urbanisme (ESAU), Eric Kamalandua Ngoma œuvre au sein de l'Agence (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting