PROCES KAMWINA NSAPU
Des prévenus dos au mur face à leurs vidéos d’audition
mercredi 15 août 2018

Le procès Kamwina Nsapu branche Kinshasa a atteint une étape décisive. Après plusieurs audiences consacrées à l’analyse des relevés d’appels, l’heure est à présent à la projection des vidéos d’audition, enregistrées lors de l’instruction prejuridictionnnelle. A l’audience d’hier mardi 14 août, des prévenus ont pratiqué la langue de bois face à des déclarations troublantes que le tribunal leur a arrachées au moyen des caméras cachées.

Les premières images projetées par le tribunal ont été celles de la comparution du prévenu Kabamba Kalewu Francky. Ce dernier a ouvertement décrit la scène au cours de laquelle lui et ses 14 autres copains avaient donné la mort à l’administrateur du marché central de Kinshasa, l’après midi du vendredi 14 juillet 2017.
A regarder cette vidéo avec peu d’attention, il est facile de constater que le prévenu s’exprimait en toute quiétude en fournissant à l’OPJ les moindres détails quant à son enrôlement au mouvement terroriste Kamwina Nsapu, à sa scarification par le prévenu Ben Tshimanga, ainsi qu’à son degré de participation aux différentes attaques qui ont endeuillé la ville de Kinshasa au milieu de l’année passée.

AUDITIONNÉS DANS LA DÉTENTE

Dégustant son pain au lait avec une bouteille de jus, Kalewu Francky a affirmé être celui qui aurait achevé la défunte administrateur du marché central, après qu’elle a été poignardée en pleine poitrine par Ben Tshimanga qu’il considère comme le chef de la bande qui a succédé au nommé Prince Kalebe.
"Contrairement à ce que l’on nous a laissé entendre lors des audiences antérieures, les déclarations de ces prévenus actées sur PV n’ont pas été obtenues sur fond de torture. Nous venons de nous rendre compte qu’ils ont été auditionnés dans un climat de détente, de quiétude et de sérénité. Ils sont librement passés aux aveux", a indiqué le bâtonnier Frédéric Djamano.
La même scène a été observée dans la vidéo du prévenu Christian Mukadi. Celui-ci a donné une description quasiment identique de différentes réunions préparatoires et attaques qu’a connues Kinshasa en 2017. Il a cité Gecko Bea, vice-président de la jeunesse de l’UDPS, comme celui qui l’aurait conduit auprès des dirigeants de ce parti politique, après avoir été touché balle.

DES PREVENUS S’OBSTINENT À CRIER AU MONTAGE

Le prévenu MpoyMukendi Placide a largement été diseur dans sa vidéo d’audition. Entre deux gorgées de sa boisson sucrée, il a décrit son activisme manifesté lors de l’attaque de la prison de Makala. Il a expliqué avec précision les circonstances au cours desquelles il a été touché par balle pendant cet assaut. Ce, avant de demander pardon aux autorités du pays.
Interrogés par le tribunal sur ces vidéos, les trois prévenus ont crié au montage du ministère public. Une réaction qui leur a valu des critiques acerbes dans l’assistance qui n’en revenait pas de voir des individus nier leurs propres images. Christian Mukadi et Mpoy Placide n’ont eu de cesse de soutenir que tous les propos tenus pendant ces instants leur ont été communiqués à l’avance.
"La vérité est têtue. Elle ne fait qu’éclater au grand jour. Ces prévenus peuvent bien crier au montage, mais cela ne suffit pas pour les tirer d’affaire. Ils sont à ce stade dos au mur et à court d’arguments. Ils doivent faire face à leurs propres vidéos que l’on a enregistrés à leur insu", a déclaré le bâtonnier Djamano.
Les avocats de la défense, eux, promettent de relever à l’audience prochaine les irrégularités qui ont émaillé cette procédure d’audition."Nous allons démontré que cette méthode n’existe pas en Droit. Ces vidéos n’ont aucune valeur juridique", a réagi Me Richard Ngoy, conseil du prévenu Mpoy.
Les images projetées à l’audience d’hier font suite à une réquisition adressée aux services de la Police après une requête du Ministère public. Il s’agit des vidéos arrachées, à l’insu des prévenus, lors de leurs différentes auditions réalisées avant que l’affaire soit portée au niveau du tribunal militaire de Garnison Kinshasa Gombe.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Des femmes des Grands Lacs planifient des actions concrètes pour la restauration de la paix
vendredi 16 novembre 2018

Le Fonds pour les Femmes Congolaises (FFC) en partenariat avec Global Fund for woman organise du 15 au 16 novembre la réunion régionale de la (...)
lire la suite
Les participants plaident pour la poursuite du projet ARTECAO
mercredi 14 novembre 2018

L’Ecole Nationale de Police d’Abidjan (ENP), en Côte d’Ivoire, a accueilli, les 6 et 7 novembre derniers, un séminaire des décideurs sur le (...)
lire la suite
Michel Kirumba réhabilité au poste de Directeur général
mardi 13 novembre 2018

Suspendu depuis trois mois, Michel Kirumba Kimuha vient d’être réhabilité au poste de Directeur général de Transco. La cérémonie de remise et reprise a (...)
lire la suite
"Les survivants d’Ebola seront désormais suivis"
mardi 13 novembre 2018

Il ne suffira plus d’être déclaré "guéri" de la fièvre hémorragique d’Ebola pour échapper à la vigilance du personnel médical. Désormais, tous les (...)
lire la suite
Le ministre de l’ESU attribue le calme dans son secteur à l’instauration du dialogue avec les étudiants
lundi 12 novembre 2018

Mbuji-Mayi, 11 nov. 2018 (ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve MbikayiMabuluki en séjour dans la ville de (...)
lire la suite
La défense dénonce l’absence de preuves d’imputabilité de leurs clients
lundi 12 novembre 2018

L’étape de la plaidoirie au procès des présumés miliciens du mouvement terroriste Kamwina Nsapu, branche de Kinshasa, touche progressivement à sa fin. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting