Dernière minute :
A UN PEU PLUS DE TROIS MOIS DES ELECTIONS
Rentrée scolaire : gare à l’instrumentalisation des écoles à des fins politiciennes !
lundi 3 septembre 2018

{ {{* Dès lors que l'avenir du pays se construit sur les enfants d'aujourd'hui, ces derniers doivent être tenus à l'écart de différentes intrigues politiques. }} } {{Après deux mois de vacances, les élèves et écoliers en RD Congo, reprennent le chemin de l'école dès aujourd'hui, lundi 3 septembre. Quelques jours auparavant, le ministre de l'Enseignement primaire et secondaire (EPS), Gaston Musemena, avait rassuré que la rentrée allait être effective à travers tout le territoire national. Comme pour dire, la date du 3 septembre fixée pour la reprise des cours, concerne toutes les écoles. Y compris celles des provinces du pays où existent encore quelques poches d'insécurité. A l'instar du Nord-Kivu. }} Sur le plan socioéconomique, la rentrée scolaire 2018-2019 ressemble à celles des années antérieures. La plus grande caractéristique reste les plaintes des parents qui, pour la plupart, déclarent ne pas être prêts pour envoyer leurs enfants dès ce lundi à l'école. Si certains évoquent des difficultés à faire face à la très longue liste de fournitures scolaires exigées, certains brandissent le manque de moyens financiers pour payer les premiers acomptes des frais scolaires, demandés plusieurs semaines avant même la rentrée scolaire. Et dire que chaque année, il en a toujours été ainsi. Mêmes réalités socioéconomiques, mêmes plaintes des parents. Mêmes revendications des enseignants. Cependant, sur le plan purement politique, l'année scolaire 2018-2019 démarre ses activités dans un environnement particulier. Un contexte politique hyper-sensible, essentiellement dominé par les préparatifs des élections générales du 23 décembre prochain. Donc, dans un peu plus de trois mois. D'ores et déjà, certains mouvements associatifs acquis à la cause de l'Opposition, semblent n'avoir attendu que cette reprise des enseignements dans le secteur de l'EPSP, pour dérouler leurs agendas. Le tout, dans le dessein de perturber le bon déroulement des activités scolaires. A ce sujet, l'on apprend déjà qu'un mouvement citoyen serait en passe d'organiser, aujourd'hui lundi, une manifestation de rue de nature à perturber la rentrée scolaire ! {{SANCTUARISER LES MILIEUX SCOLAIRES}} De même pour le processus électoral en cours que tous souhaitent apaisé, les partenaires du système éducatif en RD Congo plaident pour une année scolaire 2018-2018 dépouillée de toutes manipulations politiques et politiciennes. "A l'instar des Forces armées de la RD Congo (FARDC), de la Police nationale congolaise (PNC), nos écoles doivent être apolitiques. Entant que creuset du savoir, nos milieux scolaires doivent rester dans les limites de leur mission première, celle de former, d'éduquer et d'instruire l'enfant. Pas plus",conseille un spécialiste. Plus qu'une simple exhortation, la dépolitisation des écoles, et donc des élèves, doit être considérée comme un impératif sur lequel nul acteur politique ne saurait transiger. Ici, l'expression "sanctuarisation" des milieux scolaires ne serait sans doute pas excessive. A juste titre, les écoles doivent être considérées comme des lieux "saints" et non pas comme des cibles de toute manip politicienne. Sinon, comment peut-on prétendre rêver d'une RD Congo plus forte dans les années à venir, si ceux qui sont censés prendre la relève demain, n'ont pas été suffisamment outillés ? Comment peut-on dire que la jeunesse d'aujourd'hui est l'avenir du pays ou l'espoir de demain, si on ne laisse pas à cette même jeunesse le temps d'étudier normalement ? Ne serait-on pas là, devant deux situations antinomiques ? Le souhait de plus d'un parent est que l'année scolaire qui commence, soit épargnée de tous les avatars du genre de ceux observés durant les années antérieures. Ces années-là où on a vu les élèves et les écoles, associés malgré eux, à un mot d'ordre politique. Pendant les deux mois de vacances, en tout cas, il n'y a eu ni journée ville morte ni appel à une quelconque manifestation de rue. Comme qui dirait, ce démon a été lui aussi en vacances et pourrait reprendre du travail dès ce mois de septembre, au même moment que les professionnels de la craie. {{ DES PERTURBATIONS QUI IMPACTENT LA QUALITE DE L'ENSEIGNEMENT}} Perturber une année scolaire entraine inévitablement la perturbation du calendrier scolaire. Les 222 jours prévus pour le déroulé de l'ensemble du programme, en reçoivent un grand coup. Ce qui impacte négativement la qualité même de l'enseignement. Tout le problème, cependant, c'est que les principales victimes de ces agitations à l'effet des intrigues politiciennes, sont les mêmes parents qui qui peinent à scolariser leurs enfants admis dans les différents établissements scolaires du pays. L'expérience atteste que la plupart des auteurs de ces manipulations qui prennent pour cible les milieux scolaires, envoient leurs enfants étudier normalement en Afrique du Sud, en Europe ou encore aux USA. Compte tenu de cette réalité qui n'échappe à personne, les acteurs politiques, toutes tendances confondues, ont le devoir de laisser les enfants des parents " pauvres " restés au pays, apprendre les enseignements en toute quiétude. Tout bien considéré, une conscience républicaine s'impose à toute la classe politique. {{Laurel KANKOLE}}
Mabunda-Thambwe, boycott confirmé !
mercredi 21 octobre 2020

* Dans une correspondance adressée hier au Chef de l’Etat, les présidents des deux chambres du Parlement ont signifié à ce denier qu’ils ne (...)
lire la suite
Des sénateurs saisissent la Haute Cour
mardi 20 octobre 2020

* En voulant que la Cour Constitutionnelle éclaire leur religion sur la portée de l'article 158, les élus des élus restent dans une logique (...)
lire la suite
Kamerhe, magistrats promus : deux épines dans le pied de Fatshi
lundi 19 octobre 2020

Les trois nouveaux juges récemment nommés à la Cour constitutionnelle par le Président de la République prêtent serment dans les jours qui viennent. (...)
lire la suite
La levée des immunités de poursuites des parlementaires et ministres !
vendredi 16 octobre 2020

* Dans son exposé à la rentrée judiciaire hier jeudi, le président de la Cour de Cassation, David Christophe Mukendi a suggéré qu'à part le (...)
lire la suite
Les pouvoirs législatif et judiciaire aux antipodes
jeudi 15 octobre 2020

* L'ombre des ordonnances présidentielles querellées de juillet va planer sur cette cérémonie. C’est aujourd’hui jeudi 15 octobre qu’a lieu au Palais (...)
lire la suite
Face à Fatshi, Mabunda et Thambwe opposent les textes
mercredi 14 octobre 2020

* "Nous avons simplement dit au Président que nous sommes attachés à la Constitution et aux lois du pays". Revoici la controverse sur les (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting