La part du droit et celle de la politique
mardi 4 septembre 2018

La Cour constitutionnelle a tranché. Définitivement. Du point de vue du droit, il n’y a plus de débat susceptible d’infléchir les données. Et même la donne.
A moins que de jouer les prolongations pour la forme dans les conversations de salon. A moins aussi d’alimenter la polémique bien de chez nous, en mettant à contribution tous nos juristes-politiciens.
Sinon, juridiquement, alea jacta est. Les arrêts de la Haute cour étant irrévocables et opposables à tous. En s’en remettant à la Cour constitutionnelle, les candidats à la présidentielle recalés par la CENI savaient parfaitement ce à quoi ils s’engageaient.
Pour Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito…la pilule est évidemment amère. Dans le palais de l’un comme de l’autre, elle pourrait même avoir un arrière-goût d’injustice, ou même de règlement des comptes.
Il n’en demeure moins que c’est bien cela la loi. Elle peut paraître dure ou même mauvaise, mais elle est la loi. Dura lex, sed lex, renseigne un vieux dicton latin qui n’a pourtant pas pris la moindre ride.
Voilà pour la part du droit. Reste le versant politique de l’exercice. Il n’aura échappé à personne qu’avec Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito ce sont deux grandes figures de l’opposition qui sont sevrées d’éligibilité à la magistrature suprême.
Deux compétiteurs majeurs qui auraient contribué notablement au nécessaire caractère inclusif des élections. D’autant que le leader du MLC et le premier ministre honoraire sont issus de deux de grands ensembles sociologiques du pays dans l’Ouest rd congolais. Si on ajoute Moïse Katumbi sur la liste des absents -qui lui n’a même pas pu déposer sa candidature-, cela fait quand même beaucoup du côté de l’Opposition. Cela pose un problème politique.
Le hic, c’est que le droit et la politique ne font pas toujours bon ménage. Celle-ci est l’expression des rapports de force, celui-là se limite à la rigueur des textes en vigueur.
C’est pourquoi, il est des circonstances qui requièrent le juste milieu, voire des accommodements raisonnables. D’où l’expression " nécessité fait loi ". Nous n’avons rien dit. José NAWEJ

Au nom de la base
vendredi 16 novembre 2018

Tiens ! hier jeudi, le candidat Emmanuel Ramazani devait présenter son programme. Silence radio. Sans doute que la base a demandé à "Coup sur coup" (...)
lire la suite
Le -triste- mérite de Genève
jeudi 15 novembre 2018

Tragi-comédie dans la tragi-comédie de Genève. Cette lettre d’engagement montre jusqu’où peuvent aller les politiciens congolais pour leurs intérêts (...)
lire la suite
De l’Union sacrée de l’Opposition à … Lamuka
mercredi 14 novembre 2018

Genève aura à jamais un goût d’oxymore pour les opposants rd congolais. D’une ville -espoir, réceptacle d’entente, de réconciliation, le siège -second (...)
lire la suite
L’infidélité à sa signature contre la fidélité à sa base
mardi 13 novembre 2018

Entre sa signature et la soumission à sa base ? Qu’est ce qui prévaut ? Félix-Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe viennent de trancher en faveur du (...)
lire la suite
Une machine à diviser nous est- elle née ?
lundi 12 novembre 2018

Elle est vraiment blanche la fumée qui s’est échappée de Genève hier ? Oui. Mais pas pour tout le monde .Dans ce " tout le monde ", il y a surtout (...)
lire la suite
A chaque loge son candidat commun
vendredi 9 novembre 2018

Si le froid genevois porte chance aux "7 patrons", l’opposition aura enfin son candidat commun à la présidentielle du mois prochain. FATSHI, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Une dose de contrepouvoir pour Trump

L’Amérique post-élections de mi- mandat est généralement celle qui correspond le mieux à la nature même du régime politique américain. Un pays où le système de pouvoir et de contre-pouvoir s’érige en (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting