Du respect pour le patriarche Gizenga !
mercredi 5 septembre 2018

Sans la moindre surprise, Antoine Gizenga-le même- a été invalidé par la Cour constitutionnelle. Pour le coup, la Haute cour n’a fait que confirmer et donc légitimer le verdict de la CENI. Mais, pour le cas Gizenga, la Centrale électorale d’abord et la Cour constitutionnelle ensuite auraient bien pu se passer des heures de délibération
Car, pas besoin d’une expertise médicale particulière pour conclure que le vénérable Antoine Gizenga n’est plus en capacité d’assumer les charges de l’Etat à quelque niveau que ce soit. Lui-même, il y a dix ans, avait eu l’honnêteté intellectuelle de le confesser dans un message urbi et orbi. Un coming out qui avait forcé autant l’estime que l’admiration pour cette icône du nationalisme lumumbiste.
D’où alors est venu qu’une décennie plus tard, le même Gizenga réaliserait le grand écart en postulant pour la magistrature suprême ? C’est-à-dire pour la plus haute fonction de l’Etat ? Et ce, dans un pays où - régime semi-présidentiel ou semi-parlementaire oblige - le Président de la république n’est pas là pour inaugurer les chrysanthèmes.
Dans le cas d’espèce, s’interroger équivaut à mettre le doigt dans la plaie. Et donc, poser la question c’est y répondre. Pour les valeurs qu’il incarne, Antoine Gizenga méritait tout, sauf le spectacle dans lequel l’on implique sa forte personnalité visiblement bien malgré lui.
Au lieu que le cursus crépusculaire du patriarche ne charrie que des actes, des faits susceptibles d’achever sa " canonisation ", voilà que on l’associe à des jeux politiciens qui font de lui un homme politique congolais comme un autre. Donc, un acteur politique tel que cela est ressenti par les Congolais.
Du haut de ses neuf décennies de vie dont plus d’un quart de siècle consacré à la lutte de libération, Antoine Gizenga ne mérite évidemment pas pareil épilogue. " La vieillesse est un naufrage ", disait De Gaulle, mais en Afrique elle est une grâce.
D’avoir encore l’un des héros du Congo unitaire dans un moment où les velléités de balkanisation planent encore sur le pays a valeur d’antidote symbolique. C’est ce que la RDC peut tirer d’utile du grand personnage qu’est Antoine Gizenga. José NAWEJ

Foire agricole, et après ?
vendredi 21 septembre 2018

Une foire agricole dans la capitale rd congolaise ! Pourquoi pas ? La RDC n’étant pas qu’une merveille -et non un scandale- géologique. Ce pays situé (...)
lire la suite
La caravane CENI…avance
jeudi 20 septembre 2018

A trois mois des élections, on peut tout reprocher à la CENI. Sauf sa conformité au calendrier électoral. Hier, comme prévu, la Centrale électorale a (...)
lire la suite
Le lointain exemple coréen …
mercredi 19 septembre 2018

Autant nous abriter tout de go derrière ce vieux proverbe : "Comparaison n’est pas raison ". Certaines similitudes peuvent, cependant, donner (...)
lire la suite
La pilule CPI
mardi 18 septembre 2018

Le verdict de la CPI est enfin tombé hier lundi 17 septembre. Ce que tout le monde attendait pour être définitivement fixé sur le sort de Jean-Pierre (...)
lire la suite
Bruxelles contre Kinshasa
lundi 17 septembre 2018

Dès le seuil de l’indépendance, les relations entre la Belgique et le Congo évoluent sous la forme d’un feuilleton que l’on peut intituler à juste (...)
lire la suite
Surenchère d’avant négociations ?
vendredi 14 septembre 2018

On peut lire autant de fois que l’on veut la déclaration de six majors de l’Opposition, on aboutira à une seule conclusion. Les signataires de « (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Eternel questionnement

Il n’y a pas mieux que le secteur minier pour illustrer le paradoxe zaïro-congolais. Un pays immensément riche avec des populations terriblement pauvres. Paradis en termes de ressources naturelles, (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting