Les défis d’une théologie réaliste et contextuelle dans la perspective de Walter Kasper
mercredi 12 septembre 2018

(Par Abbé Thaddée Kumakinga Kwakombe, Docteur en Théologie)

Docteur en Théologie, Abbé Thaddée Kumakinga Kwakombe publie, à travers les lignes qui suivent, un document intitulé : " les défis d’une théologie réaliste et contextuelle dans la perspective de Walter Kasper ". Cette publication est tirée de sa thèse de doctorat présentée en septembre 2017 à la faculté de théologie de l’Université catholique du Congo (UCC) à savoir " L’Eglise, Sacrement universel du salut à l’heure de la mondialisation. (Regard sur la Théologie de Walter Kasper) ". A travers cette thèse, le prêtre du diocèse de Mweka démontre que dans le contexte de mondialisation, l’Eglise ne doit pas simplement être un édifice ou encore avoir seulement pour mission l’évangélisation. L’Eglise doit développer des projets qui rentrent dans le cadre du développement individuel de l’homme et de l’amélioration de la qualité de la vie de toute la communauté en général.

L’avenir est principalement cette cohabitation, cette intimité entre Dieu et l’homme. Ce n’est pas pour rien que Walter Kasper affirme, en s’appuyant sur K. Rahner, que " dans tout acte catégoriel de connaissance et de liberté, l’homme se sent toujours dépassé et, au-delà de chaque objet catégoriel, renvoyé à un mystère insaisissable. C’est seulement par une anticipation de l’infini que le fini peut être reconnu comme fini, et la liberté n’est possible que là où elle a lieu. L’homme est ainsi selon sa nature l’impossibilité de se définir ramenée à elle-même, le renvoi de sa pauvreté à un mystère de plénitude " . Et ce mystère se donne à l’homme comme sa propre réalisation, dans le sens où l’homme serait la grammaire dont Dieu se sert pour se dire lui-même .
Cependant, cette cohabitation ne fait pas de l’homme un aliéné, un vagus. Mais bien quelqu’un qui prend en mains ses responsabilités et sa destinée, résolument déterminé à se réaliser pleinement dans l’histoire, celle-ci étant " l’horizon le plus vaste de toute compréhension et de tout comportement humain " . Ce qui postule un mariage entre responsabilité et liberté humaines .
Prendre en mains ses responsabilités et libertés, réaliser son destin, ce n’est pas question de théorie ; c’est aussi une combinaison réussie de la théorie avec la pratique. Et pour ce faire, il convient que la théologie, selon l’insistance propre à Walter Kasper, aie une finalité pratique et qu’elle ne reste pas dans la spéculation. C’est-à-dire, selon Walter Kasper, parvenir à une théologie " référée à ses conditions de détermination et à ses propres capacités de détermination " .
A ce niveau, une question se pose : comment, dans l’articulation entre responsabilité et liberté, peut-il encore y avoir de la place pour Dieu ; est-ce que la question du bien-être temporel ne remplace pas celle du salut ? Cette question, qui est le résultat d’un constat, a fait dire à Walter Kasper que " ’la transmission de la foi’ traverse actuellement une crise grave et pose presque partout problème. C’est la question existentielle à laquelle l’Eglise contemporaine se doit de trouver une réponse " . Heureusement que le thème de responsabilité, chez Walter Kasper, implique la notion de liberté .
La liberté pose le problème de l’ouverture à la transcendance de la personne finie. C’est tout en étant libre que la personne cherche à se réaliser pleinement. Ce qui postule des choix ou des options d’orientation. C’est justement dans le cadre de ces choix et options que la personne découvre qu’elle est appelée au dépassement, à aller toujours au-delà de soi.
Et pour Walter Kasper, dans le domaine fini, la personne est caractérisée par la tension entre le singulier toujours concret et incommunicable et son ouverture illimitée à l’ensemble de la réalité, en tant que esse subsistens intentionale .
Ainsi, poursuit Walter Kasper, " en vertu de sa dynamique vers la totalité de l’être, la personne ne trouve sa satisfaction dans rien de fini, ni dans les valeurs matérielles, ni dans les valeurs spirituelles, même pas dans les personnes finies. De là la quête et le dépassement perpétuel de soi, sans trêve ni repos de l’homme. Son accomplissement définitif, la personne ne peut le trouver que si elle rencontre une personne qui est infinie non seulement dans son existence intentionnelle, mais dans son être réel, quand elle rencontre une personnalité absolue " . Cette personnalité absolue est le Dieu de Jésus Christ.
Et puisqu’en allant à la rencontre de Dieu, l’homme y va avec ses problèmes et ses préoccupations, il est important que ces préoccupations de l’homme trouvent quelques propositions de sens et de solutions dans l’horizon divin. D’où, l’ouverture aux questions de l’heure constitue un atout majeur pour l’Eglise, afin qu’elle ne se sente pas dépassée par l’actualité ; en même temps, elle ne pourra pas non plus, sous prétexte d’être attentive aux questions de l’heure, sacrifier à toutes les modes de la civilisation contemporaine. Elle devra toujours garder une double fidélité : fidélité à Dieu, de qui elle puise les principes pour guider et conduire les hommes vers leur salut ; fidélité aussi à l’homme en situation qui cherche solution et dont la solution est proposée en interprétant, dans la vérité, les préceptes divins. A dire vrai, cette double fidélité nous amène à cette affirmation : si nous sommes fidèles à Dieu et à sa vérité, la transcendance divine elle-même, ainsi que sa vérité, constituent la voûte de protection pour la transcendance de la personne et de sa liberté .
Une telle théologie ouverte aux questions de l’heure, dans une double fidélité à Dieu et à l’homme, postule, pour sa survie, de s’émanciper de tout dogmatisme. Cette émancipation aura pour bénéfice d’offrir à l’intelligentsia une nouvelle manière d’aborder les questions théologiques en les mettant en dialogue avec plusieurs contextes et diverses ressources pouvant contribuer à donner plus de crédit et d’audience à la science théologique. Car, si on ne procédait pas de la sorte, on serait tenté de figer la théologie au domaine de l’indicible, de la renvoyer à la sacristie, de rétrécir la sphère de son sens au for privé ou d’en faire seulement un domaine réservé simplement aux candidats à la vie consacrée. Et pourtant, par ses multiples sources et connexions avec d’autres rationalités, la science théologique intéresse bien des personnes, même celles qui n’ont pas fait la théologie. Et c’est principalement le mérite de la théologie de Walter Kasper, mérite que nous voudrions placer à l’actif de tout théologien épris d’ecclésialité, de scientificité et d’ouverture aux questions de l’heure avec une orientation pratique.
En conclusion, il est important que la théologie, et par elle le théologien, s’arme de l’ecclésialité, de la scientificité et de l’ouverture aux questions de l’heure pour espérer apporter une contribution consistante au désenchantement du monde actuel. Pour y arriver, une exigence s’impose : " faire preuve d’une grande érudition, qui ne conduit ni au syncrétisme, ni au formalisme d’une lecture dialectique, mais au dialogue et au débat d’où émerge un projet original " : le projet d’une théologie qui soit véritablement au service de l’Eglise, sacrement universel du salut, lieu de l’unité dans la diversité .
Thaddée KUMAKINGA Kwakombe

Construire une communauté de destin Chine-Afrique, ouvrir une nouvelle époque de l’amitié sino-africaine
mardi 18 septembre 2018

(Par WANG Tongqing, Ambassadeur de la République Populaire de Chine en RDC) Le Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (...)
lire la suite
Les Jonas des temps modernes
mardi 18 septembre 2018

(Par l’Evangéliste Colin NZOLANTIMA) Evangéliste congolais, Colin Nzolantima est vivement préoccupé par l’ampleur que prend aujourd’hui la déchéance (...)
lire la suite
Sur le lit de l’hôpital, le journaliste sportif Papy Basakisa a besoin de poursuivre les soins à l’étranger
jeudi 13 septembre 2018

Papy BasakisaLuteteLubasa, journaliste sportif à la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC I), en sérieuse difficulté de santé malgré son (...)
lire la suite
Les défis d’une théologie réaliste et contextuelle dans la perspective de Walter Kasper
mercredi 12 septembre 2018

(Par Abbé Thaddée Kumakinga Kwakombe, Docteur en Théologie) Docteur en Théologie, Abbé Thaddée Kumakinga Kwakombe publie, à travers les lignes qui (...)
lire la suite
Les défis d’une théologie réaliste et contextuelle dans la perspective de Walter Kasper
mardi 11 septembre 2018

(Par Abbé Thaddée Kumakinga Kwakombe, Docteur en Théologie) Docteur en Théologie, Abbé Thaddée Kumakinga Kwakombe publie, à travers les lignes qui (...)
lire la suite
Face à Pyongyang, Moscou préfère la diplomatie aux sanctions "Le Forum sur la coopération sino-africaine salué comme un modèle d’interaction multilatérale
lundi 10 septembre 2018

La présidente du Sénat russe a qualifié de "draconiennes" les sanctions imposées à l’encontre de la Corée du Nord dont le dirigeant vient d’accepter (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Foire agricole, et après ?

Une foire agricole dans la capitale rd congolaise ! Pourquoi pas ? La RDC n’étant pas qu’une merveille -et non un scandale- géologique. Ce pays situé au cœur de l’Afrique a aussi vocation à être le (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting