Kinshasa : l’autorité urbaine appelée à éradiquer le phénomène "Ujana"
jeudi 13 septembre 2018

Phénomène "Ujana". Ce concept passe sur toutes les lèvres actuellement à Kinshasa. Il décrit les traits psychologiques, comportementaux, voire un style vestimentaire attrayant qui caractérisent actuellement la plupart d’adolescents et de jeunes filles dont l’âge varie entre 13 à 25 ans. Se passant de soutiens-gorge et de caleçons, ces jeunes filles attirent de plus en plus les regards des passants à travers leur habillement extrêmement sensuel.

Déterminées à barrer la route à ce qu’elles qualifient de "prostitution publique ", les organisations de défense de l’enfant et de la jeune fille appellent les autorités de la ville à prendre desmesures qui s’imposent.
Ces adolescentes et jeunes filles qui se font appeler actuellement "Ujana " à Kinshasa, sont à la base de beaucoup de conflits au sein des foyers. De par leur habillement exposant les parties intimes du corps, elles retiennent l’attention des hommes mariés, des instituteurs, voire des encadreurs des jeunes au sein des églises et d’autres structures.
Sans gêne aucune, ces "Ujanas" se nouent facilement des relations amoureuses avec des hommes dont l’âge s’apparente à celui de leurs propres parents. Elles sont souvent connues par leur latitude àsortir avec des hommes mariés. Ce qui est plus inquiétant, martèle Walker, B., un éducateur social, les manières vulgaires développées par ces jeunes filles commencent actuellement à avoir de l’influence sur l’éducation de plusieurs enfants au sein des foyers à Kinshasa.

UN PHENOMENE QUI CORROMPT LES MOEURS
Fort de ce constat, les organisations de défense de l’éducation et des droits des jeunes filles promettent de lancer, dans les prochains jours des campagnes de lutte contre ce phénomène qui corrompt considérablement les bonnes mœurs et la morale dans la ville de Kinshasa.
Elles invitent ainsi les parents, les autorités du secteurde l’éducation et de la sécurité à s’impliquer davantage pour l’éradication de ces antivaleurs.
Cet appel intervient après celui lancé, le lundi dernier, par l’ "Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ). Dans un communiqué publié dans les médias, cette structure a appelé les acteurs du secteur de la protection de la jeune fille et la Police à convoquer une réunion d’urgence autour de ce phénomène. Ce, afin de bien le cerner et d’y d’apporter sans tarder une réponse holistique, capable d’y mettre fin avant qu’il ne prenne de l’ampleur et ne s’étende à travers tout le pays.
Dans ce document, l’ACAJ s’est dit profondément préoccupée par ce phénomène caractérisé par le port des habits légers, sexy, faisant transparaître la poitrine et la partie inférieure du ventre.

INTERDIRE L’USAGE DU TERME « UJANA »
Cette ONG a fustigé, par ailleurs, la diffusion sur les réseaux sociaux des messages qui encouragent ce phénomène et incitent les jeunes filles à la débauche et à l’escroquerie. Ce qu’elle considère comme une de forme de promotion de la prostitution publique.
"Ce phénomène constitue une vraie menace pour l’éducation de nos enfants. Vu l’ampleur qu’il ne cesse de prendre, nous pensons qu’il est important que les autorités de la ville interdisent officiellement cette façon de s’habiller exposant les seins et l’usage du vocable Ujana", a proposé un père de famille.
« Ujana » est un mot swahili qui signifie jeunesse. Il est également relatif à un centre de formation de football qui encadre les jeunes de 6 à 17 ans. Ce centre est basé aux encablures du stade Tata Raphaël, dans la commune de Kalamu.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Des femmes des Grands Lacs planifient des actions concrètes pour la restauration de la paix
vendredi 16 novembre 2018

Le Fonds pour les Femmes Congolaises (FFC) en partenariat avec Global Fund for woman organise du 15 au 16 novembre la réunion régionale de la (...)
lire la suite
Les participants plaident pour la poursuite du projet ARTECAO
mercredi 14 novembre 2018

L’Ecole Nationale de Police d’Abidjan (ENP), en Côte d’Ivoire, a accueilli, les 6 et 7 novembre derniers, un séminaire des décideurs sur le (...)
lire la suite
Michel Kirumba réhabilité au poste de Directeur général
mardi 13 novembre 2018

Suspendu depuis trois mois, Michel Kirumba Kimuha vient d’être réhabilité au poste de Directeur général de Transco. La cérémonie de remise et reprise a (...)
lire la suite
"Les survivants d’Ebola seront désormais suivis"
mardi 13 novembre 2018

Il ne suffira plus d’être déclaré "guéri" de la fièvre hémorragique d’Ebola pour échapper à la vigilance du personnel médical. Désormais, tous les (...)
lire la suite
Le ministre de l’ESU attribue le calme dans son secteur à l’instauration du dialogue avec les étudiants
lundi 12 novembre 2018

Mbuji-Mayi, 11 nov. 2018 (ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve MbikayiMabuluki en séjour dans la ville de (...)
lire la suite
La défense dénonce l’absence de preuves d’imputabilité de leurs clients
lundi 12 novembre 2018

L’étape de la plaidoirie au procès des présumés miliciens du mouvement terroriste Kamwina Nsapu, branche de Kinshasa, touche progressivement à sa fin. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Au nom de la base

Tiens ! hier jeudi, le candidat Emmanuel Ramazani devait présenter son programme. Silence radio. Sans doute que la base a demandé à "Coup sur coup" d’ajourner la manif. Le même Shadary fait face à (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting