Surenchère d’avant négociations ?
vendredi 14 septembre 2018

On peut lire autant de fois que l’on veut la déclaration de six majors de l’Opposition, on aboutira à une seule conclusion. Les signataires de « l’Appel de Bruxelles » y sont allés fort. Très fort même. Ils auraient voulu renverser la table -à défaut de faire tabula rasa- qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

A un peu plus de trois mois des élections, aligner neuf préalables dont le rejet sans nuance de la machine à voter et la "réhabilitation" des candidats à la présidentielle invalidés et/ou exclus pour des "raisons politiques" équivaudrait à faire l’impasse sur décembre 2018. Pas moins.
Car, quelle que soit la pertinence de l’argumentaire développé par ces ténors de l’Opposition, se délester à ce stade de la machine à voter serait synonyme de prendre le risque de ne pas respecter le calendrier. Quitte à souscrire en pleine connaissance de cause à un énième "glissement".
Et là, retour à la Constitution et son imparable article 70. Pas sûr que dans ce cas de figure l’alternance tant souhaitée soit pour début 2019.
En plus, revenir sur les arrêts de la Cour constitutionnelle en rapport avec les invalidations de certains candidats reviendrait techniquement à disqualifier cette institution judiciaire. Un précédent lourd de conséquences. Qui s’inclinerait encore devant le verdict pourtant irrévocable et opposable à tous de la Haute cour ?
Pour avoir géré l’Etat au niveau le plus élevé pour la plupart d’entre eux, les auteurs de la déclaration de Bruxelles n’ignorent pas le possible effet boomerang de leur prise de position. Tout comme, ils sont en capacité d’imaginer tout le mal fou qu’éprouverait la CENI à tenir l’échéance sans machine à voter.
Alors, quoi ? A moins d’un agenda caché qui serait le fameux plan B, la dialectique des majors de l’opposition a tout d’une position d’avant discussions. Monter les enchères pour espérer négocier en position est une pratique vieille comme les négociations elles même.
Serait-on dans ce cas de figure, c’est-à-dire à la lisière des pourparlers politiques ? C’est sans doute la question du week-end. José NAWEJ

Le -triste- mérite de Genève
jeudi 15 novembre 2018

Tragi-comédie dans la tragi-comédie de Genève. Cette lettre d’engagement montre jusqu’où peuvent aller les politiciens congolais pour leurs intérêts (...)
lire la suite
De l’Union sacrée de l’Opposition à … Lamuka
mercredi 14 novembre 2018

Genève aura à jamais un goût d’oxymore pour les opposants rd congolais. D’une ville -espoir, réceptacle d’entente, de réconciliation, le siège -second (...)
lire la suite
L’infidélité à sa signature contre la fidélité à sa base
mardi 13 novembre 2018

Entre sa signature et la soumission à sa base ? Qu’est ce qui prévaut ? Félix-Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe viennent de trancher en faveur du (...)
lire la suite
Une machine à diviser nous est- elle née ?
lundi 12 novembre 2018

Elle est vraiment blanche la fumée qui s’est échappée de Genève hier ? Oui. Mais pas pour tout le monde .Dans ce " tout le monde ", il y a surtout (...)
lire la suite
A chaque loge son candidat commun
vendredi 9 novembre 2018

Si le froid genevois porte chance aux "7 patrons", l’opposition aura enfin son candidat commun à la présidentielle du mois prochain. FATSHI, (...)
lire la suite
Une dose de contrepouvoir pour Trump
jeudi 8 novembre 2018

L’Amérique post-élections de mi- mandat est généralement celle qui correspond le mieux à la nature même du régime politique américain. Un pays où le (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Et de sept pour Paul Biya ! Le Président...

Et de sept pour Paul Biya ! Le Président camerounais a entamé hier son septième mandat de…sept ans à la tête de son pays. Impossible d’évoquer "le cas Biya" sans le mettre en parallèle avec le sort (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting