CRAIGNANT LA DISPARITION DE LEUR ENTREPRISE A LA SUITE DE L’EFFONDREMENT D’UN SILO DE FROMENT
Les travailleurs de FAB Congo sollicitent l’intervention du Gouvernement
vendredi 14 septembre 2018

Une effervescence a été observée hier jeudi 13 septembre dans l’enceinte de la société FAB Congo Sarl, spécialisée dans la fabrication de la farine de froment, à la 4ème rue Limete/Industriel. Et pour cause, des travailleurs de cette usine craignent une éventuelle fermeture de leur entreprise, ouverte récemment pour contribuer à l’essor économique et industriel de la RDC. Ils en appellent donc à l’intervention du Gouvernement en vue de la préservation de leurs emplois.

Un accident malheureux est survenu au mois d’août dernier dans les installations de cette firme, entraînant l’écroulement d’un silo de froment. Le bilan faisait état de 4 décès dont trois hommes du côté de FAB Congo et une dame du côté de l’hôpital "Moyi mua Tongo", voisin de cette société. Il y a eu également 11 blessés ont 4 grièvement, 2 du côté de la Société voisine "Congo Prospère" et deux autres du coté de l’hôpital "Moyi mua Tongo". Les sept autres blessés sont sortis le même jour de l’hôpital où ils étaient pris en charge par la société FAB Congo Sarl. Plusieurs dégâts matériels ont été également enregistrés.
A la suite de cet incident, les travailleurs de cette société estiment qu’une autre entreprise concurrente est sortie des sentiers battus afin d’emprunter des voies détournées pour porter devant des autorités judiciaires, administratives et politiques, des dénonciations calomnieuses contre FAB Congo Sari. Sachant l’émotion que cet accident allait provoquer dans le milieu judiciaire, poursuivent-ils, " le responsable de cette entreprise concurrente aurait juré de voir FAB Congo Sari mettre la clé sous portillon et ses agents renvoyés au chômage ". Ils craignent que de milliers de familles se retrouvent au chômage et à la merci de la misère.
Trouvés sur place à Limete, ces agents soutiennent que le Gouvernement est appelé à sauvegarder ce patrimoine qui leur permet aujourd’hui de subsister et cela, le plus urgemment car il y a péril en la demeure. Et pour porter leurs voix plus haut, ce groupe de travailleurs est allé déposer un mémorandum, ce même jeudi 13 septembre, auprès du député Toussaint Alonga qui, espèrent-ils, "pourra défendre leurs intérêts ", à l’hémicycle.

PHOBIE DU RETOUR AU MONOPOLE

A en croire les mêmes agents qui ont manifesté, hier, leur mécontentement au siège social de FAB Congo Sari, la démarche machiavélique du bourreau de leur employeur est en passe de réussir à cause, accusent-ils, de l’instrumentalisation de certaines autorités judicaires et politico-administratives, pour obtenir l’anéantissement pur et simple de cette société, sans mesurer l’impact négatif sur le plan socio-économique de la fermeture de cette usine. L’occasion a été donc offerte au troisième larron de s’inviter, à travers des manœuvres sournoises, font-ils remarquer.
Pourtant, dès le jour de cet accident, FAB Congo n’a pas tenu compte de son assurance internationale pour prendre en charge tous les blessés, organiser les obsèques des morts et payer les frais des soins de santé. A ce jour, les pourparlers sont très avancés entre les parties pour régulariser la question d’indemnisation de toutes les familles des victimes, dont certaines sont déjà dédommagées.
Alors que le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete a déjà ouvert une information judiciaire en bonne et due forme et que les enquêtes sont menées pour élucider les vrais causes de cet incidence, apprend-on, cinq cadres de FAB Congo ont été incarcérés au Centre de rééducation pénitentiaire de Kinshasa (ex. Makala). Des sources locales font état de l’expulsion d’une dizaine d’agents expatriés. Leur seul tort serait leur appartenance à la famille du gérant statutaire, M. Zacharie, a été expulsé depuis quelques jours pour empêcher la reprise des activités de FAB Congo, fait savoir notre source.

LE GOUVERNEMENT APPELE A AGIR
Selon ces travailleurs désespérés, ces scenarii, inventés par des tireurs de ficelle qui cherchent à instrumentaliser la justice congolaise, visent en réalité, la fermeture de cette société avec comme corolaire le gâchis de cet investissement de plusieurs dizaines de millions de dollars, la perte d’emplois, ainsi que l’accentuation de la misère de 1.200 familles dont la situation sociale est déjà précaire.
Réduits au chômage forcé, ces derniers ne savent où aller. Ils lancent, à cet effet, , un cri du cœur en direction du Gouvernement. "Nous ne comprenons que le Gouvernement sacrifie plus de 1.200 familles pour faire plaisir à un étranger, un libanais soit-il, réputé maffiosi, condamnent-ils. Nous exigeons donc le retour immédiat du gérant statutaire Zacharie et à la reprise des activités de note société. Nous demandons aussi la libération de tous ceux qui ont été faussement incarcérés à Makala." MOLINA

Les billets de banque de 100 $ avec étoile ont cours légal
vendredi 19 octobre 2018

Tous les billets de 100 USD en circulation conservent leur cours légal. Même ceux avec étoile à la fin du numéro de série. Cette assurance sous forme (...)
lire la suite
Une centaine des jeunes en formation sur l’entrepreneuriat et l’inclusion financière
jeudi 18 octobre 2018

Une centaine des jeunes de Kinshasa participent depuis hier mercredi 17 octobre à un séminaire de coaching sur l’entrepreneuriat, le leadership et (...)
lire la suite
Les jeunes encouragés à recourir au numérique pour créer des emplois
jeudi 18 octobre 2018

Le bureau de la Banque mondiale en République démocratique du Congo a célébré hier mercredi 17 octobre la Journée mondiale pour la fin de la pauvreté. (...)
lire la suite
Parrsa : le comité de pilotage déterminé à atteindre le maximum des résultats en 2019
mercredi 17 octobre 2018

* Le Gouvernement appelé à s’acquitter rapidement des arriérés pour permettre le décaissement des fonds de la Banque mondiale. Le Comité de (...)
lire la suite
Des emballages plastiques saisis par les inspecteurs judicaires incinérés hier à Maluku
mardi 16 octobre 2018

Des emballages plastiques non biodégradables saisis par les inspecteurs judicaires ont été incinérés hier lundi 15 octobre à Maluku. L’opération est (...)
lire la suite
Erdogan : la voix forte de la Turquie et pas seulement
lundi 15 octobre 2018

Dans deux semaines exactement, la Turquie va célébrer sa fête nationale. En clair, le 95ème anniversaire de la proclamation de la République. Une (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting