Arménie : Ouverture à Tsaghkadzor des XVIIème Assises internationales de la Presse Francophone
mercredi 10 octobre 2018

Les 47èmes assises de l’Union de la Presse Francophone (UPF) se sont ouvertes hier mardi 9 octobre 2018 à Tsaghkadzor, ville située à une cinquantaine de kilomètres de Erevan, la capitale arménienne. Plus de 270 participants, journalistes et professionnels des médias de l’espace francophone prennent part à cette rencontresur le thème : "médias et migrations ".

Le représentant du premier ministre arménien a dans son mot que son pays est un fervent défenseur des droits de l’homme et des libertés fondamentales de l’homme. De ce fait, il accorde une grande importance aux médias, en tant qu’acteur libre et responsable pour un fonctionnement démocratique durable, à la défense du développement de la liberté de la presse. " La presse, si elle est libre et indépendante, peut jouer un rôle déterminant dans la consolidation de la démocratie, la lutte contre la corruption, la moralisation de la vie politique, la mobilisation et la participation de la société à la bonne gouvernance. En outre, la presse et les médias ont le pouvoir de faciliter les échanges et la transmission des idées innovatrices".
La présidente de la section locale et Trésorière Internationale de l’UPF, Zara Nazarian, qui a œuvré pour la réussite de cette réunion, a remercié les participants à ces assises.
Selon Zara Nazarian, " un vent de renouveau marque les 47e assises de l’UPF. Tout d’abord, parce qu’elles ont lieu dans un pays qui vient de vivre une étape cruciale de son histoire, une véritable révolution, communément appelée " la Révolution de velours ".Celaveut dire, que l’Arménie a tourné la page de près de 30 ans d’un système politique devenu obsolète et, de ce fait, freinant le développement du pays. Le peuple arménien a eu le courage et l’intelligence d’effectuer ce changement de manière pacifique ".
Pour le Président International de l’UPF, le sénégalais Madiambal Diagne, beaucoup d’efforts ont été consentis pour se rendre au pied du Mont Ararat, en Arménie.
Revenant sur la question des migrations, Diagne considère qu’il faille nourrir la réflexion en regardant de plus près comment les médias approchent et traitent la question.
" Il s’avère important que les médias se saisissent de cette question d’autant que les hommes et femmes de médias sont, par la force des choses, des acteurs de premier plan dans le traitement des informations liées aux migrations mais aussi sont, dans de nombreuses régions du monde, confrontés à la nécessité de quitter leur pays pour assurer leur sécurité pour ne pas dire leur survie".
Pour cette première journée, les participants ont eu droit à une conférence inaugurale sur l’expérience libanaise en matière de migration. Le Liban accueille près de 2 millions des réfugiés dont la plupart viennent d’Afghanistan et la Syrie. Ce pays héberge sur sin territoire plus de 400 mille refugiés palestiniens depuis de longues années.
Les journalistes et les professionnels des médias ont épilogué sur la différence entre migrants-réfugiés-demandeurs d’asile,lors de la première table ronde consacrée à : " la place et à la représentation des migrants dans les médias termes ".
Un journaliste, ancien refugié afghan, a démontré que la pressese montre attentionnée envers les migrants et leurs dures conditions à leur arrivée. Dépassé cette étape, on leur colle plusieurs autres noms notamment " voleurs de notre emploi, vecteurs des maladies, ceux qui apportent la surpopulation… ".
Un autre intervenant a fait savoir que la presse ne parle que des migrants qui sont des victimes des guerres de Syrie et de Lybie, mais pas des instigateurs de ces guerres.
Il y en a qui croient que ce phénomène peut changer par la force des écrits mais pour d’autres, ce sont les politiques qui ont la clé de cette énigme. Les journalistes ont été invités à faire un effort de traitement, d’analyser des questions liées aux migrations. Ils doivent mettre en valeur la contribution des migrants au lieu de les dénigrer.
Le Gouvernement arménien, et les Emirats Arabes Unis, de même que l’Organisation internationale de la Francophonie (IOF) et l’Organisation des Nations Unis pour la Science et la Culture (Unesco), ont rendu possible l’organisation de ces assises en terre arménienne.
Rappelons que l’Arménie est un pays de trois millions d’habitant situé entre l’Europe et l’Asie.
Dina BUHAKE
De Tsaghkadzor, en Arménie

L’Union européenne mobilise plus de 8 millions de dollars pour la lutte contre Ebola
mardi 23 octobre 2018

L’Union Européenne est déterminée à intensifier la lutte contre la fièvre hémorragique d’Ebola en République démocratique du Congo. C’est dans cette (...)
lire la suite
Des émissions pour enfants, une source sûre de revenus pour la télévision chinoise Hunan TV
mardi 23 octobre 2018

La production des émissions pour enfants est un secteur non négligeable dans la télévision chinoise. En témoigne, Hunan TV, une chaîne provinciale (...)
lire la suite
Le lac Baofeng, un autre site magnifique exploré par des journalistes de la RDC
lundi 22 octobre 2018

Des journalistes congolais ont humé l’air frais du lac pittoresque Baofeng, appartenant à la vaste aire picturale de Wulingyuan, une zone classée (...)
lire la suite
Des journalistes congolais découvrent le mont Tianmen
lundi 22 octobre 2018

La délégation des journalistes congolais en formation en Chine, a exploré le samedi 20 octobre dernier, la beauté incommensurable des montagnes (...)
lire la suite
Les journalistes engagés dans la politique sommés de quitter les médias
lundi 22 octobre 2018

A l’approche des élections du 23 décembre prochain, les journalistes congolais sont de plus en plus nombreux à afficher leurs ambitions politiques. (...)
lire la suite
Près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 5,5 dollars par jour
vendredi 19 octobre 2018

* Si l’extrême pauvreté a reculé, des milliards de pauvres peinent encore à satisfaire leurs besoins élémentaires. WASHINGTON, le 17 octobre 2018 - (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting