AVEC LE CONCOURS DE LA BANQUE MONDIALE
Les jeunes encouragés à recourir au numérique pour créer des emplois
jeudi 18 octobre 2018

Le bureau de la Banque mondiale en République démocratique du Congo a célébré hier mercredi 17 octobre la Journée mondiale pour la fin de la pauvreté. Organisée dans les locaux de cette institution de Bretton Woods à Kinshasa, cette manifestation a mobilisé une quarantaine de participants, dont nombre d’experts de la Banque mondiale et plusieurs représentants des ’’Start up’’ locaux, actifs dans le domaine du numérique.

Cinq intervenants ont défilé devant l’assistance au courant de cette journée. Tous jeunes, ils avaient comme point commun des projets innovateurs qui ont fait boule de neige grâce au numérique. Unique femme de l’équipe, Noushka Lusett Teixera a présenté au public son association ’’Matumaini Asbl’’. "Constituée essentiellement de femmes, cette organisation est conçue exclusivement pour les femmes, bien qu’on y retrouve quelques hommes", a précisé Noushka Teixera.
Dans son intervention axée sur ’’l’alphabétisation et le digital’’, la présidente de ’’Matumaïni Asbl’’ a éclairé la lanterne des participants sur la Coopérative des femmes que son association a créée en 2016. Dénommée ’’Uzazi’’ (contraction de l’expression swahili ’’Uzuri wa Asili’’ : la beauté de la tradition, NDLR), cette coopérative a été mise sur pied pour assurer l’autonomisation de la femme en milieu défavorisé, a fait remarquer Noushka Teixera.
Préparées à l’emploi, les femmes admises dans son centre de formation apprennent à fabriquer des produits 100 % naturel. Elles sont en mesure de fabriquer notamment des lotions pour la peau ou des pommades pour les cheveux, voire du savon à base de miel, d’avocat, de carotte, d’ail, de karité, de cacao… ou de gingembre.
"Utilisant à fond des supports numériques, ’’Matumaini Asbl’’ s’attèle à générer une chaîne de valeur, constituée par des femmes qui, au cours du processus d’initiation à la fabrication artisanale des produits manufacturés, bénéficient d’un accès gratuit à l’alphabétisation. Avec certaines femmes provenant de milieux défavorisés, nous commençons nos séances de formation à zéro, en enseignant des notions élémentaires d’alphabétisation et d’arithmétique. Pour celles qui ont déjà un niveau élémentaire, nous tâchons d’améliorer leurs connaissances", explique Noushka Teixera à ’’Forum des As’’.
"Tâchant ainsi de diffuser des contenus pédagogiques dans les langues locales à travers les tablettes et les ordinateurs qu’elle met à la disposition des apprenantes, ’’Matumaïni Asbl’’ tient à promouvoir le développement professionnel des femmes pour améliorer leurs conditions de vie et contribuer ainsi à la réduction de la pauvreté. Une manière pour nous d’assurer la durabilité du développement socio-économique", précise Noushka Teixera.

DES LEÇONS POUR ENFANTS PAR TELEPHONE

Nathan Muteba Tshimankinda a, pour sa part, captivé l’attention du public en présentant le programme développé par l’entreprise ’’Africa Kids’’. Les jeunes entrepreneurs de cette start up ont mis sur pied une application qui permet en une minute de diffuser un contenu pédagogique spécifique, destiné à faciliter aux enfants l’apprentissage sans beaucoup d’efforts.
Séance tenante, Nathan Muteba a projeté une vidéo qui apprend, sur fond musical, les 26 provinces de la République démocratique du Congo. ’’Cette application, qui facilite l’apprentissage des jeunes par le numérique, est déjà disponible et téléchargeable sur téléphone pour le bien de nos enfants’’, a indiqué à ce propos l’intervenant.
D’autres exposés aussi captivants ont été présentés par Zoé Laby de Labes Key, Idriss Mangaya de Foundation Lumumba Lab et Dr Serge Mbay Kabway d’Elongo Elonga.

DES EXPERIENCES FASCINANTES
Saluées par Raïssa Malu, la modératrice de la journée et promotrice de la Semaine de la science et de la technologie, ces innovations ont fasciné l’auditoire, d’autant que nombre de participants au forum ne s’attendaient pas à voir de jeunes Congolais aussi inventifs dans la création de l’emploi et dans l’univers digital.
Présents dans la salle, les représentants des banques, de l’Office national de l’Emploi (ONEM) et d’autres organisations ont jugé l’occasion propice pour encourager ces initiatives et stimuler d’autres jeunes à se lancer aussi dans le numérique, pour résorber le chômage et contribuer au développement du pays.

LES FREINS AU DECOLLAGE DE LA RDC
Un bémol toutefois a été soulevé par Chadi Bou Habib, le Représentant ad intérim de la Banque mondiale en République démocratique du Congo : "Vous avez tous parlé des avantages des technologies développées, mais vous n’avez pas fait allusion aux difficultés rencontrées. Comment, par exemple, développer le numérique sans électricité ni route viable ? A vrai dire, toutes ces technologies se soutiennent mutuellement : l’électricité soutient le numérique qui soutient l’agriculture...".
Prenant en exemple le Rwanda qui a connu un bond spectaculaire en matière du numérique, Chadi Bou Habib révèle que la desserte en électricité dans ce petit pays est de 40% sur l’échiquier national contre 15% en RDC, et de 70% en milieu urbain contre 33 % au Congo.
Aux dires du Représentant résident a.i de la Banque mondiale, la RDC, un pays de la taille de l’Europe occidentale, qui regorge à peine 15.000 kms de routes, aurait du mal à décoller si ces préalables ne sont pas remplis.
Révélant que la Banque mondiale débourse chaque année entre 400 et 500 millions de dollars pour la RDC, Chadi Bou Habib constate que, malgré tous ces fonds, l’amélioration des conditions de vie n’est toujours pas perceptible. Il en serait de même, selon lui, si ces sommes seraient doublées. D’où, suggère-t-il la mobilisation sine qua non des ressources domestiques pour assurer un développement pérenne et mettre réellement un terme à la pauvreté. Yves KALIKAT

Kinshasa : seules 20.000 tonnes d’immondices dégagées sur les 90.000 produites par jour
vendredi 16 novembre 2018

*« Dans ces conditions, il est difficile de rendre la ville propre", note le directeur général de la Régie d’assainissement de la capitale » qui avoue (...)
lire la suite
La construction du Pont Kinshasa-Brazzaville au menu de la réunion entre la BAD et Africa 50
jeudi 15 novembre 2018

Le projet de construction du pont devant relier Kinshasa et Brazzaville se trouve à l’ordre du jour de la réunion qui se tient depuis le 8 novembre (...)
lire la suite
Le DG Patience Saiba satisfait de son bilan à l’Ogefrem
mardi 13 novembre 2018

12 novembre 1980-12 novembre 2018, l’Office de Gestion du Fret Multimodal (OGEFREM) a totalisé 38 ans d’existence. Au cours de la cérémonie (...)
lire la suite
La BCC invite le public à la vigilance
lundi 12 novembre 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE La Banque Centrale du Congo informe le public que certaines structures, non agréées par elle, se livrent directement ou par (...)
lire la suite
BCC note un relèvement de l’activité économique à 4,1% en 2018
vendredi 2 novembre 2018

Les estimations de la croissance économique, sur base des réalisations de la production à fin juin 2018, renseignent un relèvement de l’activité (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Au nom de la base

Tiens ! hier jeudi, le candidat Emmanuel Ramazani devait présenter son programme. Silence radio. Sans doute que la base a demandé à "Coup sur coup" d’ajourner la manif. Le même Shadary fait face à (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting