Et si on écoutait Samy ?
jeudi 25 octobre 2018

Le sujet n’est pas d’encenser un homme. En l’occurrence, l’ancien Premier ministre et candidat Président de la république Samy Badibanga Ntita. L’important est de reconnaître qu’il n’a de cesse d’appeler la classe politique au consensus sur toutes les questions qui fâchent.
Consensus ? Forcément. Car, sans un minimum d’accord sur les principaux points de friction, on peut entonner anticipativement le requiem sur un processus électoral inclusif. Pis, on pourra même jeter la dernière pelletée de terre sur le cercueil avec épitaphe "ci-gît les élections apaisées".
Conséquence : les chamailleries qui empêchent ce pays de mettre le cap sur l’essentiel, à savoir le travail productif, vont continuer. Au bonheur des jouisseurs, des boutefeux et autres tireurs des ficelles tapis dans l’ombre. Mais, au grand dam des populations congolaises qui sont d’éternels dindons de la farce dans la tragi-comédie dont la RDC est le théâtre depuis plusieurs décennies.
Si l’on veut conjurer au mieux le blocage et au pire la catastrophe, il est impérieux de regarder la réalité en face. Ce faisant, une chose sautera aux yeux, mieux s’imposera à tous. A savoir l’impératif de trouver un consensus, via le dialogue, entre toutes les parties prenantes aux élections. Qu’adviendrait-il, en l’absence du consensus, si pour des raisons logistiques les élections venaient à être décalées de quelques jours ou même de quelques mois ? A quoi servirait d’organiser -même dans le délai - des élections qui diviseraient les Congolais bien plus qu’elles ne les rassembleraient ?Des interrogations façon " poser la question c’est y répondre "qui plaident pour un consensus en amont.
Se démarquant de matamores et refusant de souscrire à la politique de l’autruche, le candidat Samy Badibanga prêche le consensus. Comment ne pas lui donner raison.
José NAWEJ

L’implacable logique institutionnelle
lundi 21 janvier 2019

La Cour constitutionnelle a tranché. C’est FATSHI. Arrêt sans appel. Opposable à tous. Par conséquent, plus de recours possible. La messe est dite. (...)
lire la suite
Un scrutin synonyme d’auto-prise en charge
lundi 31 décembre 2018

Les Congolais ont bel et bien voté hier dimanche 30 décembre. La tenue du scrutin constitue en elle-même un exploit. Car, ces élections ont été (...)
lire la suite
A Tshibala ce qui lui revient
vendredi 28 décembre 2018

Dans deux jours, les élections. Enfin ! Un épilogue qui fut long à se dessiner. Que de pesanteurs ! Que d’hypothèques ! Que de paris non tenus ! (...)
lire la suite
Conjurer le spectre du chaos
jeudi 27 décembre 2018

Entre la CENI et certaines parties prenantes- directes et indirectes- au processus électoral, ça vole bas .Très bas même. De mauvais augure à (...)
lire la suite
D’Etsou à Ambongo en passant par Monsengwo
mercredi 26 décembre 2018

Lâché par le Cardinal Frédéric Etsou à l’occasion des élections de 2006, le concept " vérité des urnes" n’a pas pris la moindre ride depuis. Lors de la (...)
lire la suite
Entre anxiété et…espérance
lundi 24 décembre 2018

Des fêtes de fin d’année pas comme les autres que celles que s’apprête à passer les Congolais. Et pour cause, la séquence festive est comme parasitée (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting