Et de sept pour Paul Biya ! Le Président...
mercredi 7 novembre 2018

Et de sept pour Paul Biya ! Le Président camerounais a entamé hier son septième mandat de…sept ans à la tête de son pays.
Impossible d’évoquer "le cas Biya" sans le mettre en parallèle avec le sort d’autres chefs d’Etat africains. Et plus particulièrement de l’Afrique centrale étendue aux Grands lacs.
Voilà, un Président âgé en poste depuis 1983 qui rempile, mandat après mandat, sans que les censeurs des régimes africains ne puissent s’en formaliser. Heureux qui comme Biya, 85 ans dont 38 passés au sommet de l’Etat, est abonné à la rubrique " Rien à signaler " !
Même si comparaison n’est pas raison, d’autres chefs d’Etat de la région peuvent s’estimer tout aussi heureux de rester au pouvoir moyennant modification de la Constitution. Le Brazza-congolais Sassou, le Rwandais Kagame, le Tchadien Deby …
Le propos ici n’est pas tant de dénoncer le maintien au pouvoir de ces dirigeants, l’Afrique faisant face au difficile équilibre entre stabilité et démocratie. Le hic, c’est cette position à géométrie variable des Occidentaux et leurs technostructures tentaculaires.
Dans le cas de la RDC, ils étaient vent debout contre toute perspective de changement de Constitution. En clair, contre toute possibilité de voir le Président Kabila se représenter.
Que d’émissaires ! Que de conciliabules ! Que de déclarations ! Voire des mises en garde ! Pour le triomphe de la démocratie ou pour les beaux yeux des Congolais ? Ni l’un, ni l’autre.
La vérité est la même. Hier comme aujourd’hui, il est des puissances qui restent attachées à la "vocation" définie à Berlin en 1885 d’un Congo comme un vaste comptoir où tout le monde viendrait puiser des ressources. Depuis, l’un des corollaires de cette conception est cette tentative maintes fois mise à jour de la balkanisation du pays.
Ainsi, une OPA sera lancée à moindre coût sur les fabuleuses richesses naturelles. A un peu plus d’un mois des élections, pas sûr que nos "chers candidats" à la magistrature suprême se préoccupent de cette question existentielle pour la RDC.
José NAWEJ

Un scrutin synonyme d’auto-prise en charge
lundi 31 décembre 2018

Les Congolais ont bel et bien voté hier dimanche 30 décembre. La tenue du scrutin constitue en elle-même un exploit. Car, ces élections ont été (...)
lire la suite
A Tshibala ce qui lui revient
vendredi 28 décembre 2018

Dans deux jours, les élections. Enfin ! Un épilogue qui fut long à se dessiner. Que de pesanteurs ! Que d’hypothèques ! Que de paris non tenus ! (...)
lire la suite
Conjurer le spectre du chaos
jeudi 27 décembre 2018

Entre la CENI et certaines parties prenantes- directes et indirectes- au processus électoral, ça vole bas .Très bas même. De mauvais augure à (...)
lire la suite
D’Etsou à Ambongo en passant par Monsengwo
mercredi 26 décembre 2018

Lâché par le Cardinal Frédéric Etsou à l’occasion des élections de 2006, le concept " vérité des urnes" n’a pas pris la moindre ride depuis. Lors de la (...)
lire la suite
Entre anxiété et…espérance
lundi 24 décembre 2018

Des fêtes de fin d’année pas comme les autres que celles que s’apprête à passer les Congolais. Et pour cause, la séquence festive est comme parasitée (...)
lire la suite
Raisons techniques contre motivations politiques
vendredi 21 décembre 2018

Un report d’une semaine. C’est à la fois peu et beaucoup. Peu, si l’on considère cet ajournement d’Un strict point de vue technique. De fait, le Très (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Sécurité d’abord !

La correspondance estampillée "Hôtel de ville" est tombée hier comme un couperet pour les uns et un ouf de soulagement pour les autres. C’est selon. Trêve de meeting à Kinshasa pour les candidats (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting