Dernière minute :

De l’Union sacrée de l’Opposition à … Lamuka
mercredi 14 novembre 2018

Genève aura à jamais un goût d'oxymore pour les opposants rd congolais. D'une ville -espoir, réceptacle d'entente, de réconciliation, le siège -second de l'ONU est devenu la cité de la division. Genève aura donné le "la" de la désintégration de l'opposition congolaise. Désormais, ils ne sont plus sept, mais cinq. Dans cette arithmétique d'où sont absentes l'addition et la multiplication, d'autres divisions et d'autres soustractions ne sont pas à exclure. Car, ce qui est arrivé à Genève n'a, au fond, rien de surprenant. Si coup de théâtre il y a eu, c'est dans la forme et surtout aux yeux des analystes et autres commentateurs de la scène politique congolaise de fraîche date. Tant l'attelage Katumbi-Bemba-Fatshi-Kamerhe…n'avait rien d'organiquement solide. Seul l'anti-kabilisme primaire pour les uns, passager pour d'autres, tenait lieu de dénominateur commun. Or, la seule opposition à Joseph Kabila ne pouvait suffire pour cimenter des opposants aux égos surdimensionnés. Personne n'étant disposé à s'effacer au profit de l'autre. Chacun caressant une ambition présidentielle sans nécessairement avoir ni le profil, ni les moyens. Les secrets du vote, mieux de la votation-pour faire suisse- survenue à Genève ont montré à quel point les sept entretenaient individuellement et collectivement un véritable marché des dupes. Rien pourtant de bien nouveau sous les tropiques rd congolaises. Dans les années 90, des associations momentanées comme l'Union sacrée de l'Opposition se révélaient, après coup, de vrais paniers à crabes. Des plateformes estampillées Union, mais qui n'avaient d'union que l'appellation. A la moindre perspective de partage du pouvoir, tout le monde "trahissait" tout le monde. La coalition Lamuka -qui n'a finalement réveillé personne - rentrait dans cette longue lignée de ces regroupements disparates où seul l'opportunisme nombriliste dicte les postures des uns et des autres. Au vu de ce spectacle, le Sénégalais Abdoulaye Wade n'hésita pas à parler "d'une classe politique sans culture politique". 27 ans après, le jugement de Me Wade n'a pas pris beaucoup de rides. {{José NAWEJ }}
Coucou revoici nos amis occidentaux !
jeudi 16 mai 2019

L'heure est au rabibochage entre la RDC et ses partenaires dits " traditionnels ". Alléluia ! Qui s'en plaindrait, qui trouverait matière à s'en (...)
lire la suite
Seuls Fatshi et JKK ...
mercredi 15 mai 2019

Quoi dire d'autre? Qui croire encore? Tout a été prédit, dit et «sur dit» sur la Primature. Le stock d'annonces est épuisé. Les réserves de (...)
lire la suite
La pilule " Le peuple d’abord " aux Gouv
mardi 14 mai 2019

Au seuil de leur mandat, les Gouverneurs de provinces savent à quoi s'en tenir. Sous Félix-Antoine Tshisekedi, ce sera " Le peuple d'abord " ou la (...)
lire la suite
" Le panier à Judas "
vendredi 10 mai 2019

Combien et qui sont-ils les "Judas" que Kalev Mutondo a dénoncés dans son communiqué de presse aux allures d'un coming out politique ? Mystère. (...)
lire la suite
Trop d’attente tue l’attente
jeudi 9 mai 2019

Toujours pas de Premier ministre deux semaines après le désormais célèbre "dans les prochains jours". Le comble c'est que personne-à part les deux (...)
lire la suite
Revisiter les "crimes", une vraie boîte de Pandore
mercredi 8 mai 2019

Des voix s'élèvent au sein de l'opposition et apparentés Réécrire l'histoire des "crimes" commis ces vingt dernières années en terre rd congolaise. En (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

A l’épreuve des "effets secondaires" de la présidentialisation

A-t-il fini d'enfiler le costume de Président de la république ? De 80 millions estimatifs que sont les Congolais, seul un d'entre eux justifie de l'expérience de la fonction pour donner une réponse (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting