POUR APPUYER L’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE EN RDC
PICAGEL : Le Comité de pilotage balise la voie pour le décollage
mardi 20 novembre 2018

{{Financé par la Banque mondiale et le Gouvernement japonais pour cinq années d'affilée (2016 - 2021), le Projet Intégré de Croissance Agricole dans les Grands Lacs (PICAGL) peine encore à décoller en République démocratique du Congo. A moins de trois ans du délai buttoir de ce projet régional, le Comité de pilotage a jugé le moment propice pour appuyer sur l'accélérateur, en organisant sa toute première réunion au niveau national hier lundi 19 novembre à la Maison de France de Kinshasa.}} Pour une première, cette rencontre a mobilisé une équipe multisectorielle, composée essentiellement des Secrétaires généraux et des ministres provinciaux en charge de l'Agriculture, du Développement rural, de la Pêche et Elevage, provenant aussi bien de Kinshasa, que du Sud-Kivu et de Tanganyika, les deux provinces constituant la zone d'intervention du Projet. Aux dires d'Evariste Bushabu, le Secrétaire général à l'Agriculture et président du Comité de pilotage, cette réunion a été convoquée pour aider les différentes parties à examiner et validerle Plan de Travail et du Budget Annuel (PTBA) de PICAGL pour l'exercice 2018. Elle devrait donc, selon lui, permettre aux participants d'apporter ''les éléments d'orientation essentiels dont le projet a besoin pour sa bonne exécution''. {{ UN PROJET A COUVERTURE REGIONALE}} Lors de son allocution à l'ouverture des travaux, Evariste Bushabua tenu à recadrer le contexte de cette rencontre. "Le PICAGL, dit-il, est un projet régional, exécuté en RDC par notre Gouvernement. Son objectif de développement est d'accroître la productivité agricole et la commercialisation dans les zones ciblées. Il vise aussi à améliorer l'intégration régionale dans le secteur agricole, et fournit une réponse immédiate et efficace en cas de crise ou d'urgence déclarée". "Sa mise en vigueur étant effective depuis le 16 mars 2017, le PICAGL bénéficie d'un crédit IDA du groupe de la Banque mondiale, évalué à 150 millions USD et d'un don japonais de 2,7 millions USD, dédié principalement aux activités nutritionnelles",a précisé Evariste Bushabu. {{UN DEMARRAGE RETARDE}} Pour plus d'éclairage, le président du Comité de pilotage a été aussitôt relayé par Alfred Kibangula Assoyo, le Coordonnateur national de PICAGL qui s'occupe au quotidien de la mise en œuvre de ce projet. Au cours de son exposé, l'intervenant s'est appesanti notamment sur les objectifs spécifiques, les zones d'intervention, la situation du personnel du projet, le Plan de trésorerie trimestriel du PTBA 2018, les défis à relever... Selon Alfred Kibangula, le PICAGL a été approuvé le 21 juin 2016. La signature de l'accord de financement est intervenue le 7 septembre de la même année. Mais, le projet n'est entré en vigueur que deux ans plus tard, en l'occurrence le 16 mars 2018, alors que la date de clôture du projet est prévue pour le 31 décembre 2021. {{200.000 MENAGES VISES}} Si au niveau national, le PICAGL a été lancé officiellement du 7 au 8 mai 2018, à Bukavu et à Kalemie, les deux villes des provinces choisies comme zones d'intervention, ce lancement a été opéré du 27 au 29 juin dernier, a signalé le Coordonnateur national. Selon ses initiateurs, ce projet est destiné à être exécuté dans les provinces du Sud Kivu et du Tanganyika, particulièrement dans le corridor Bukavu-Uvira-Kalemie. Au Sud-Kivu, six territoires sont ciblés, à savoir : Kabare, Kalehe, Walungu, Uvira, Fizi et l'hinterland de Bukavu. Dans la province du Tanganyika cependant, un seul est visé, celui de Kalemie, précise Alfred Kibangula. Au regard des objectifs spécifiques assignés au PICAGL, les différentes parties prenantes auront notamment à ''augmenter la productivité des chaînes de valeur sélectionnées (manioc, riz et élevage laitier)'', à assurer l'accès au crédit à 200 micros petites et moyennes entreprises (MPME), à ''réhabiliter 540 km des routes de desserte agricole''… Ce sera aussi l'occasion de ''réhabiliter les systèmes d'irrigation existant dans la plaine de la Ruzizi et autres vallées'', fait remarquer le Coordonnateur national de PICAGL. Ce, au bénéfice de 200.000 ménages. {{ LES PREOCCUPATIONS DES INTERVENANTS}} Au terme de cet exposé, une pluie de questions est tombée sur la table des dirigeants du comité de pilotage. Ces questions sont venues essentiellement des ministres provinciaux et d'autres délégués des provinces du Sud-Kivu et de Tanganyika. Ils tenaient tous à savoir pourquoi ce projet tant attendu par la population a autant tardé pour être mis en œuvre. D'autres intervenants ont manifesté leur souci de voir enfin les autorités des provinces gérer elles-mêmes la part du projet qui leur revient, sans nécessairement attendre le quitus de Kinshasa, s'étant rendu compte que ''nombre de contrats signés à partir de la capitale n'ont jamais abouti''. {{LES APAISEMENTS DU COORDONNATEUR DU PICAGL}} Répondant à ces interrogations, le Coordonnateur national de PICAGL s'est voulu clair et précis. Alfred Kibangulaa indiqué que des efforts intenses ont été déployés pour baliser d'abord le chemin, en tâchant de convaincre les différents partenaires censés adhérer au projet. Un préalable de taille pour les impliquer dans la mise en œuvre de cette initiative. "D'ici décembre, tous ces partenaires techniques pourront enfin signer ces contrats de collaboration dont ils semblaient encore ne rien comprendre. C'est seulement après cette phase qu'on va amorcer la vitesse de croisière. Assurément en 2019", a lâché le Coordonnateur national de PICAGL, bien avant l'adoption du Plan de Travail et du Budget Annuel. {{Yves KALIKAT }}
Le Conseil des gouverneurs lance un fonds d’impact pour attirer des capitaux
lundi 18 février 2019

La 42ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole(FIDA) tenue, les 14 et 15 février 2019 à Rome, s'est (...)
lire la suite
Le rapport de la Revue conjointe du secteur agricole validé hier
mercredi 13 février 2019

La Revue conjointe du secteur agricole en République démocratique du Congo est enfin viable. Le rapport final de ce document, élaboré pour (...)
lire la suite
BCC : Déogratias Mutombo pour une fiscalité à même d’accroître le budget de l’Etat
mardi 12 février 2019

Le gouverneur de la Banque centrale du Congo a dressé le bilan de la situation économique et financière ainsi que de la stabilité financière de son (...)
lire la suite
La bancarisation couvre actuellement 88% d’agents et fonctionnaires de l’Etat
jeudi 7 février 2019

Plus de 88% d'agents et fonctionnaires de l'Etat sont bancarisés. Tel est le résultat de la bancarisation de la paie initiée par le Gouvernement. (...)
lire la suite
Le plan Kimbembe Mazunga pour remettre la SCTP sur les rails
jeudi 7 février 2019

L'ancien patron de la Société commerciale des transports et de ports (SCTP), Kimbembe Mazunga n'est pas homme à se donner en spectacle. Il ne parle (...)
lire la suite
Les agents de l’ex. Onatra exigent la suspension du DG Mukoko Samba
vendredi 1er février 2019

{{ {* Le personnel de cette entreprise publique se plaint d'accuser de 19 mois d'arriérés de salaires} }} {{Un mouvement spontané de grève a (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting