VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL
Les femmes des entreprises appelées à briser le silence
mercredi 12 décembre 2018

{{Le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), en partenariat avec CAFCO et le BIT a organisé le week-end dernier une journée de sensibilisation et de plaidoyer auprès de chefs d'entreprises sur les violences en milieu de travail. Ce, dans le cadre de la campagne des 16 jours d'activisme de lutte contre les violences faites aux femmes. Le thème retenu cette année est : "Orangez le monde, écoutez moi aussi" }} La représentante de la ministre du Genre, enfant et famille (GEF), a invité les femmes congolaises à rejoindre le mouvement de libération de la parole. Car à travers le thème " Ecoutez moi aussi ", elles sont appelées et obligées à briser le silence, parce que le silence les a trop brisées et rendu malades. Les points focaux genres de différentes institutions, entreprises publiques et privéesont été établis à titre des mécanismes pour accompagner les femmes afin que le milieu du travail ne soit pas transformé impunément en un lieu d'aliénation et dangereux pour les femmes. Le droit de la femme doit être respecté par tous. Le ministère du GEF appelle ainsi les femmes à la solidarité pour sécuriser le milieu du travail, écouter la parole des victimes en permettant, à travers ces paroles, de poser les limites de ce qui doit être fait dans le milieu du travail. "Engageons nous pour que les conditions de vie et de travail plus sécurisantes pour les femmes soient émises. Les bourreaux au travail ne seront plus heureux, il faut les contraindre à trouver d'autres exécutoires de leurs frustrations que la violence sur les femmes", a lâché la ministre Chantal Safou par le biais de sa représentante. {{QUE LES LANGUES SE DELIENT}} Pour sa part, la présidente nationale de CAFCO a estimé qu'il est temps que les langues se délient. Aux dires de Rose Mutombo, elles sont nombreuses les femmes qui subissent le harcèlement en milieu de travail, mais qui gardent le silence par peur de compromettre leur carrière et de peur de ne pas être écoutées. Elle a saisi cette opportunité pour mener le plaidoyer des femmes de la Société civile à l'endroit des employeurs et des décideurs. Pour faire face à ce fléau, Rose Mutombo suggère la mise en place des cellules attachées aux ressources humaines pour recevoir tout cas de harcèlement porté à leur connaissance. "Après, les cas enregistrés feront l'objet des enquêtes au niveau de la cellule. Ce, en toute discrétion, confidentialité et avec le plus de célérité. Ensuite, les résultats de l'enquête seront portés à la connaissance de la hiérarchie de l'entreprise, si les faits sont avérés, afin de prendre des mesures contraignantes", a souligné Rose Mutombo. Pour pérenniser la campagne, la présidente nationale de CAFCO a souhaité la sensibilisation soit menée d'une manière permanente à travers les affiches dans les endroits stratégiques des entreprises et des sociétés privées, comme c'est le cas avec la campagne de dépistage du VIH/Sida. {{TOLERANCE ZERO}} Le Représentant Résident de l'UNFPA en RDC a mis l'accent sur la tolérance zéro vis-à-vis du harcèlement en milieu de travail. Il a souligné "la nécessité d'appliquer le programme de lutte contre les violences basées sur le genre mais aussi de mettre en place une politique de protection contre les abus et l'exploitation sexuelle des victimes ". Dr Sennen Hounton s'est exprimé ainsi en partageant son expérience sur la lutte contre les violences en milieu du travail et au sein de la communauté humanitaire en RDC. En outre, le patron de l'UNFPA a fait savoir que son institution reste ouverte à tous ceux qui veulent s'impliquer afin de faire passer les messages de sensibilisation pour mettre fin à ce fléau. S'adressant aux chefs d'entreprises, il leur a proposé de désigner un point focal pour les questions de lutte contre les abus et exploitations sexuelles au sein de leur structure. Au terme de son intervention, Dr Sennen Hounton n'a pas manqué d'indiquer que la prise en charge des incidents des violences basées sur le genre est passé de 38,705 cas de Janvier à décembre 2017 à 26,267 cas de janvier à septembre 2018. {{Mathy MUSAU}}
St Joseph à l’assaut d’Abbé Loya, Alingba se frotte à Bonsomi ce samedi
vendredi 22 mars 2019

Les demi-finales de la 19ème édition du tournoi de Génies en herbes Léopold Sedar Senghor affichent désormais complet. Le Collège Saint Joseph de la (...)
lire la suite
Académie des Beaux Arts : Les œuvres des finalistes de la Master class dévoilées au public
vendredi 22 mars 2019

Le pole EUNIC-RDC, le GOETHE-Institut de Kinshasa, l'Union Européenne en collaboration avec l'Académie des Beaux-arts (ABA) ont organisé, ce jeudi (...)
lire la suite
Des finalistes en communication visuelle de l’ABA exposent leurs photographies ce jeudi
mercredi 20 mars 2019

Le pole EUNIC-RDC, cluster des centres culturels européens, en partenariat avec le Goethe-Institut, a organisé, hier mardi 19 mars, à l'Institut (...)
lire la suite
Les opérateurs culturels plaident pour la reconnaissance de la Rumba congolaise comme patrimoine mondial de l’Unesco
mardi 19 mars 2019

Les opérateurs  culturels congolais se sont réunis le week-end dernier pour lancer officiellement ce qu’ils appellent "une année d’intense plaidoyer  (...)
lire la suite
Koffi Olomide condamné à une peine de deux ans de prison avec sursis
mardi 19 mars 2019

L'artiste musicien congolais Koffi Olomide est condamné à une peine de deux ans de prison avec sursis, annonce ouragan.com, un média en ligne. La (...)
lire la suite
Gospel Day, Trois femmes en colère…activités phares pour le mois de la femme
mardi 12 mars 2019

L'équipe de l'Institut français de Kinshasa (IFK) a révélé à la presse, le jeudi 7 mars, sa programmation culturelle mars-avril. Un agenda extrêmement (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting