Un trio comme en 2011
mercredi 19 décembre 2018

Ils auront beau être, sur le papier, 17 prétendants au fauteuil présidentiel. Mais, sur le terrain, pas besoin de porter de lunettes pour constater que seuls trois candidats émergent de la cohue. Emmanuel Ramazani Shadary, Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi et Martin Fayulu Madidi.
Comme en 2011, les Congolais vont, au fond, départager trois concurrents. Comme il y a sept ans, le trio est composé d’un représentant de la Majorité sortante et deux candidats battant pavillon Opposition radicale. En 2011, ce tiercé comprenait Joseph Kabila, les opposants Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe. Avec le scrutin à un tour, la nécessité, mieux l’impératif d’un candidat commun ou unique de l’opposition se posait dans les mêmes termes qu’aujourd’hui.
Du haut de ses presque 80 ans et surtout de ses trois décennies de lutte pour la démocratie, le leader de l’UDPS se voyait tout "naturellement" le candidat commun de l’Opposition. Conception qui n’était pas du goût du Président de l’UNC , alors auréolé de son statut d’opposant à son mentor d’hier Joseph Kabila.
Le Raïs se retrouva alors en face de deux adversaires. A son grand bonheur. Les voix de l’opposition devant être partagées entre Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe. On connaît la suite.
Bis repetita en 2018. Affectant d’avoir tiré les leçons de 2011, les opposants récitaient en chœur le credo unitaire. Patatras au lendemain de Genève. Deux de barons de l’opposition remettent en cause la désignation de Martin Fayulu comme candidat commun.
Depuis, comme pour accréditer l’affirmation attribuée à l’historien grec Thucydide, selon laquelle "l’histoire est un perpétuel recommencement", nos opposants abordent la présidentielle 2018 en ordre dispersé. Il y aura Tshisekedi-fils et Fayulu face à un seul candidat du Pouvoir sortant.
Alors, les mêmes causes vont-elles produire les mêmes effets ? Pour les inconditionnels du déterminisme, poser pareille question, c’est y répondre.
José NAWEJ

L’implacable logique institutionnelle
lundi 21 janvier 2019

La Cour constitutionnelle a tranché. C’est FATSHI. Arrêt sans appel. Opposable à tous. Par conséquent, plus de recours possible. La messe est dite. (...)
lire la suite
Un scrutin synonyme d’auto-prise en charge
lundi 31 décembre 2018

Les Congolais ont bel et bien voté hier dimanche 30 décembre. La tenue du scrutin constitue en elle-même un exploit. Car, ces élections ont été (...)
lire la suite
A Tshibala ce qui lui revient
vendredi 28 décembre 2018

Dans deux jours, les élections. Enfin ! Un épilogue qui fut long à se dessiner. Que de pesanteurs ! Que d’hypothèques ! Que de paris non tenus ! (...)
lire la suite
Conjurer le spectre du chaos
jeudi 27 décembre 2018

Entre la CENI et certaines parties prenantes- directes et indirectes- au processus électoral, ça vole bas .Très bas même. De mauvais augure à (...)
lire la suite
D’Etsou à Ambongo en passant par Monsengwo
mercredi 26 décembre 2018

Lâché par le Cardinal Frédéric Etsou à l’occasion des élections de 2006, le concept " vérité des urnes" n’a pas pris la moindre ride depuis. Lors de la (...)
lire la suite
Entre anxiété et…espérance
lundi 24 décembre 2018

Des fêtes de fin d’année pas comme les autres que celles que s’apprête à passer les Congolais. Et pour cause, la séquence festive est comme parasitée (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting