Sécurité d’abord !
jeudi 20 décembre 2018

La correspondance estampillée "Hôtel de ville" est tombée hier comme un couperet pour les uns et un ouf de soulagement pour les autres. C’est selon. Trêve de meeting à Kinshasa pour les candidats Président de la république, sécurité oblige. Depuis, la polémique enfle au pays du consensus rarissime. Même, hélas, sur l’essentiel.
Mais, que valent les sempiternelles querelles de chapelles, que représentent les non moins sempiternelles guerres d’agendas…cachés par rapport à l’impératif sécuritaire ? Si tant est que les raisons évoquées par l’autorité urbaine procèdent de renseignements sûrs !
Sans chercher à faire de credo un poncif, on peut, pour le coup, affirmer que la sécurité est la première des libertés. Pour exercer n’importe quelle liberté, il faut que les conditions sécuritaires soient réunies.
Si une manifestation publique, comme un meeting, débouche sur une bataille rangée entre casseurs "infiltrés" et forces de l’ordre, c’est la liberté elle-même qui est, au mieux, remise en question et, au pire, menacée. Si rassemblement populaire rime avec mort d’homme, il n’y a point de liberté d’expression qui vaille. Et si, comble de tout, un meeting donne le "la" à la chienlit -façon insurrection- là, c’est la liberté qui en sera la première victime.
Dans un pays à la fois fragile, complexe et tentaculaire comme la RDC, une mèche allumée quelque part peut consumer tout l’édifice et bien au-delà. Cette perspective funeste ne serait évidemment pas dans l’intérêt du peuple congolais que tous les acteurs politiques invoquent pas toujours pour des raisons nobles.
A contrario, une confusion généralisée ferait les affaires de ceux qui, à l’intérieur comme à l’extérieur, parient sur le chaos. On ne le dira jamais assez, vu de prédateurs et autres sponsors des rébellions business, la guerre en RDC est plus rentable que la paix. Un Congolais averti en vaut… 80 millions. José NAWEJ

L’implacable logique institutionnelle
lundi 21 janvier 2019

La Cour constitutionnelle a tranché. C’est FATSHI. Arrêt sans appel. Opposable à tous. Par conséquent, plus de recours possible. La messe est dite. (...)
lire la suite
Un scrutin synonyme d’auto-prise en charge
lundi 31 décembre 2018

Les Congolais ont bel et bien voté hier dimanche 30 décembre. La tenue du scrutin constitue en elle-même un exploit. Car, ces élections ont été (...)
lire la suite
A Tshibala ce qui lui revient
vendredi 28 décembre 2018

Dans deux jours, les élections. Enfin ! Un épilogue qui fut long à se dessiner. Que de pesanteurs ! Que d’hypothèques ! Que de paris non tenus ! (...)
lire la suite
Conjurer le spectre du chaos
jeudi 27 décembre 2018

Entre la CENI et certaines parties prenantes- directes et indirectes- au processus électoral, ça vole bas .Très bas même. De mauvais augure à (...)
lire la suite
D’Etsou à Ambongo en passant par Monsengwo
mercredi 26 décembre 2018

Lâché par le Cardinal Frédéric Etsou à l’occasion des élections de 2006, le concept " vérité des urnes" n’a pas pris la moindre ride depuis. Lors de la (...)
lire la suite
Entre anxiété et…espérance
lundi 24 décembre 2018

Des fêtes de fin d’année pas comme les autres que celles que s’apprête à passer les Congolais. Et pour cause, la séquence festive est comme parasitée (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting