AU TERME DELA REUNION DU COMITE DE PILOTAGE D’HIER
Parrsa : un budget de plus de 63 millions de dollars adopté pour l’exercice 2019
vendredi 28 décembre 2018

{{Le Comité de pilotage du Projet d'Appui à la Réhabilitation et à la Relance du Secteur Agricole (PARRSA) s'est réuni hier jeudi 27 décembre à la Maison de France, dans la commune de la Gombe. L'occasion a été propice pour évaluer le travail accompli durant toute l'année jusqu'au 30 novembre 2018. Date marquant le délai de la première année d'exercice du projet aménagé, qui bénéficie d'un fonds additionnel de la Banque mondiale pour une durée de trois ans, à dater du 30 novembre 2017. Au terme de la journée, le budget 2019 a été adopté, moyennant amendement.}} Tenues sous la présidence d'Evariste Bushabu Bompem'ing, Secrétaire général à l'Agriculture, ces assises ont réuni autour du Coordonnateur du PARRSA les ministres de l'Agriculture, Pêche et Élevage des provinces impliquées dans le projet. Il s'agit précisément des provinces de Kinshasa, de la Mongala, ainsi que du Nord et du Sud-Ubangi. Ont également participé aux travaux les secrétaires généraux de l'Administration publique, membres du Comité de pilotage. Particulièrement ceux en charge de l'Agriculture, du Développement rural, de la Pêche et Elevage, de l'Industrie, de la Recherche scientifique, des Finances, des Transports et Communications, des Infrastructures et Travaux publics, ainsi que ceux du Genre, Enfant et Famille... Les membres du Comité de pilotage ont consacré la majeure partie de la journée à examiner l'exécution du fonds additionnel de ce projet. Lors de son exposé portant sur l'exécution annuelle du Plan de Travail et Budget Annuel (PTBA), le Coordonnateur du PARRSA, Alfred Kibangula Assoyo, a souligné de prime abord que plus de 44 % de fonds du budget ont été consommés au cours de l'exercice 2018. {{OBJECTIFS VISES AU DEPART}} "Approuvé le 30 mars 2010, mis en vigueur le 31 décembre de la même année, le PARRSA a officiellement démarré ses activités en janvier 2011 pour un premier délai de quatre ans. A la date de clôture initiale, le 15 décembre 2015, il a obtenu un premier fonds additionnel qui lui a permis d'étendre ses activités jusqu'au 30 novembre 2017", a rappelé le Coordonnateur National du projet, Alfred Kibangula Asoyo. Se référant au bilan du projet pour l'exercice 2011 - 2016, Alfred Kibangula a indiqué que "l'objectif global initial de PARRSA était d'augmenter la productivité agricole et d'améliorer la commercialisation de la production agricole et animale de petits producteurs à la base dans les zones ciblées. Les objectifs spécifiques visaient à atteindre 103.000 ménages de petits producteurs, agriculteurs et éleveurs. Et à accroître le rendement des cultures vivrières essentielles, notamment le maïs, le riz, le manioc, l'arachide… Il fallait aussi augmenter le nombre de volailles produits annuellement par les petits éleveurs ciblés, et la commercialisation annuelle des produits spécifiques ciblés. Il fallait, en outre, réhabiliter 2.500 km de routes de desserte agricole et construire 4 marchés et 16 grands entrepôts". {{DES REALISATIONS PALPABLES}} A travers des diapositives projetées devant l'assistance, le Coordonnateur du PARRSA a révélé les résultats des semences de base (maïs, manioc, riz, arachides, niebe) et des variétés améliorées. Il a également fait part de l'introduction des coqs améliorateurs et des boucs géniteurs au sein de trois provinces de l'ex-Equateur. Une innovation qui, d'après l'intervenant, a sensiblement amélioré la production animale dans cette zone. Sur un autre chapitre, le Coordonnateur du PARRSA a montré, chiffres à l'appui, comment son projet s'est investi dans l'amélioration des routes de desserte agricole et dans la construction des ponts et dalots, pour faciliter l'évacuation des produits agricoles dans la contrée. {{ L'EXECUTION DES FONDS ADDITIONNELS}} "A ce jour, dit-il, le PARRSA s'est engagé dans l'exécution du fonds additionnel de la Banque mondiale de l'ordre de 75 millions de dollars, pour une durée de trois ans. Un appui qui aidera les gestionnaires du projet à continuer à consolider les acquis, en poursuivant les efforts amorcés jusqu'à la nouvelle échéance, le 16 mars 2020", a précisé Alfred Kibangula. "Au-delà de ce prêt, a-t-il précisé, l'Unité Nationale de Coordination du PARRSA gère déjà, jusqu'à la même échéance, un don de CAFI (Initiative pour les Forêts d'Afrique Centrale) de l'ordre de 3.640.000 $ USD dans le cadre de REDD+. L'objectif visé est notamment d'orienter le développement agricole de la province du Sud-Ubangi dans l'optique d'une gestion durable des terroirs et d'une limitation de la réduction des émissions, liées à la déforestation et à la dégradation de la forêt". {{L'apport du PIREDD}} Le Programme Intégré REDD (PIREDD) a pris pour zone pilote la province du Sud-Ubangi. "Il vise, d'après Alfred Kibangula, le renforcement de la gestion durable des terroirs pour encourager un développement planifié qui réduise la dégradation des forêts ; le soutien à des projets agricoles à faible impact sur la forêt (agroforesterie, reconquête des savanes, améliorations des itinéraires agricoles…) via la mise en place de critères REDD+ pour l'évaluation des demandes de subventions ; et le renforcement des capacités des acteurs pour intégrer REDD+ dans le développement local". Après examen du PTBA 2018, les participants aux travaux ont passé sous examen le PTBA 2019, après l'exposé du Coordonnateur de PARRSA. Ils ont aussi formulé leurs préoccupations, notamment en ce qui concerne l'intégration du Genre dans les zones d'exécution. Selon la programmation retenue, l'objectif est d'arriver à consommer plus de 63 millions de dollars américains à l'issue de l'année prochaine. C'est après ces échanges que ce PTBA a été adopté, moyennant amendements. {{Yves KALIKAT}}
CNSS : la réforme de Mwad met fin à la mendicité des veuves et orphelins
jeudi 21 mars 2019

Un vent de renouveau souffle sur la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Avec la réforme de Mme Agnès Mwad, les veuves et orphelins ont de (...)
lire la suite
La BCC vulgarise la nouvelle réglementation prudentielle qualitative
jeudi 21 mars 2019

La révision de la réglementation prudentielle qualitative des établissements de crédit est une urgence et une nécessité pour la Banque centrale du (...)
lire la suite
DGI : Les innovations majeures contenues dans la loi des finances n°18/025 du 31 Décembre 2018 présentées aux opérateurs économiques membres de la FEC
lundi 4 mars 2019

Le directeur général adjoint, Yav, a d'abord présenté aux opérateurs économiques rassemblés dans la salle des conférences de la FEC, les objectifs de la (...)
lire la suite
Des voix s’élèvent pour la poursuite du Projet d’appui à la modernisation des finances publiques
mardi 26 février 2019

Les résultats du Projet d'Appui à la Modernisation des Finances Publiques (PAMFIP) sont satisfaisants. C'est la conclusion à laquelle ont abouti les (...)
lire la suite
Modernisation des Finances publiques : les Congolais appelés à s’approprier les acquis du PAMFIP
vendredi 22 février 2019

Les premiers résultats du Projet d'Appui à la Modernisation des Finances Publiques (PAMFIP), mis en œuvre par le ministère des Finances depuis 2011, (...)
lire la suite
Le Conseil des gouverneurs lance un fonds d’impact pour attirer des capitaux
lundi 18 février 2019

La 42ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole(FIDA) tenue, les 14 et 15 février 2019 à Rome, s'est (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting