HUIT ANS APRES SA MISE EN PLACE
La bancarisation couvre actuellement 88% d’agents et fonctionnaires de l’Etat
jeudi 7 février 2019

Plus de 88% d'agents et fonctionnaires de l'Etat sont bancarisés. Tel est le résultat de la bancarisation de la paie initiée par le Gouvernement. Pour évaluer, huit ans après, la mise en œuvre de cette réforme, dont l'objectif est de maîtriser l'effectif et la masse salariale des agents et fonctionnaires de l 'Etat, un atelier annuel de trois jours s'est ouvert hier 6 février à Kinshasa. A l'ouverture des travaux hier mercredi 6 février, le ministre d'Etat, ministre du Budget, Pierre Kangudia, a exprimé le vœu de voir cet atelier consolider les acquis de la bancarisation. Une opération qui est non seulement bénéfique pour les banques commerciales, mais aussi pour le trésor public, les bénéficiaires et le gouvernement de la République. Selon le numéro un du Budget, au terme de cet atelier, il sera question de consolider la poursuite de la bancarisation ainsi que la synchronisation et le partage en temps réels des fichiers des effectifs. Plus de 80% d'effectifs de l'Etat bancarisés à fin décembre 2018 La bancarisation de la paie des agents de l'Etat a été réalisée à 88,8% à fin décembre 2018, a fait savoir le président du Comité de suivi de la paie des agents et fonctionnaires de l'Etat (CSP). Un résultat obtenu, malgré la résistance de certains services, restés longtemps en dehors de la reforme, en prétextant la complexité et la sensibilité de leurs secteurs respectifs, a poursuivi Jean-Louis Kayembe wa Kayembe qui évaluait les huit années de la mise en place de cette réforme. A l'entendre, une autre prouesse de cette reforme est d'accorder au personnel l'information exacte sur la hauteur de sa rémunération et la latitude d'y accéder en intégralité et à fréquence régulière. "Aussi, la bancarisation a réduit le nombre d'intervenants entre la Banque centrale et le bénéficiaire. Effectif passé d'environ 4 à un seul, pour ne prendre que le cas des enseignants. L'avantage le plus intéressant, c'est l'accès au crédit sans exigence", a précisé Jean-Louis Kayembe wa Kayembe. A ce jour, a-t-il mentionné, on ne compte plus les agents qui ont obtenu et remboursé leurs crédits auprès de leurs banquiers, sans qu'ils ne soient obligés de placer en garantie tel ou tel autre bien, la domiciliation de leurs rémunérations étant largement suffisante. Ainsi, a-t-il fait remarquer, l'impact de cet accès au crédit a contribué à l'amélioration des conditions de vie des agents et fonctionnaires de l'Etat bancarisés. C'est dire combien la réforme a participé à l'accroissement de l'inclusion financière en RDC, sans compter l'augmentation fulgurante du nombre de comptes bancaires actifs et l'accélération de l'ouverture des agences des établissements bancaires sur toute l'étendue du territoire national, a soutenu Jean-Louis Kayembe wa Kayembe. Attentes et Perspectives Pour le Président du CSP, les attentes de ces assises sont entre autres l'appréciation objective de la mise en œuvre des recommandations de l'atelier d'évaluation tenu en juin 2017, ainsi que l'identification des défis à relever, en vue d'atteindre pleinement la réalisation des objectifs de la réforme, notamment la maitrise des effectifs et de la masse salariale. A en croire Jean-Louis Kayembe, cette réforme a atteint des résultats tels que le cumul de CDF 125,2 milliards logés dans le compte reliquats paie de salaires, près de 90,0% des effectifs totaux payés par voie bancaire, 8,3% des effectifs dont le Trésor supporte encore les frais de tenue de compte contre 18,0% à fin 2016. Pendant ces trois jours de travaux, il sera question de passer en revue les progrès enregistrés dans la mise en œuvre de la réforme. Occasion également de s'appesantir sur les difficultés rencontrées, à chaque étape de la chaîne de la paie par les services concernés. Occasion, enfin, de tabler sur les pistes de solutions les mieux adaptées pour une heureuse poursuite d'une des grandes réformes pilotées par le Gouvernement congolais. Mathy MUSAU
Le Conseil des gouverneurs lance un fonds d’impact pour attirer des capitaux
lundi 18 février 2019

La 42ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole(FIDA) tenue, les 14 et 15 février 2019 à Rome, s'est (...)
lire la suite
Le rapport de la Revue conjointe du secteur agricole validé hier
mercredi 13 février 2019

La Revue conjointe du secteur agricole en République démocratique du Congo est enfin viable. Le rapport final de ce document, élaboré pour (...)
lire la suite
BCC : Déogratias Mutombo pour une fiscalité à même d’accroître le budget de l’Etat
mardi 12 février 2019

Le gouverneur de la Banque centrale du Congo a dressé le bilan de la situation économique et financière ainsi que de la stabilité financière de son (...)
lire la suite
La bancarisation couvre actuellement 88% d’agents et fonctionnaires de l’Etat
jeudi 7 février 2019

Plus de 88% d'agents et fonctionnaires de l'Etat sont bancarisés. Tel est le résultat de la bancarisation de la paie initiée par le Gouvernement. (...)
lire la suite
Le plan Kimbembe Mazunga pour remettre la SCTP sur les rails
jeudi 7 février 2019

L'ancien patron de la Société commerciale des transports et de ports (SCTP), Kimbembe Mazunga n'est pas homme à se donner en spectacle. Il ne parle (...)
lire la suite
Les agents de l’ex. Onatra exigent la suspension du DG Mukoko Samba
vendredi 1er février 2019

{{ {* Le personnel de cette entreprise publique se plaint d'accuser de 19 mois d'arriérés de salaires} }} {{Un mouvement spontané de grève a (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting