Dernière minute :
HUIT ANS APRES SA MISE EN PLACE
La bancarisation couvre actuellement 88% d’agents et fonctionnaires de l’Etat
jeudi 7 février 2019

Plus de 88% d'agents et fonctionnaires de l'Etat sont bancarisés. Tel est le résultat de la bancarisation de la paie initiée par le Gouvernement. Pour évaluer, huit ans après, la mise en œuvre de cette réforme, dont l'objectif est de maîtriser l'effectif et la masse salariale des agents et fonctionnaires de l 'Etat, un atelier annuel de trois jours s'est ouvert hier 6 février à Kinshasa. A l'ouverture des travaux hier mercredi 6 février, le ministre d'Etat, ministre du Budget, Pierre Kangudia, a exprimé le vœu de voir cet atelier consolider les acquis de la bancarisation. Une opération qui est non seulement bénéfique pour les banques commerciales, mais aussi pour le trésor public, les bénéficiaires et le gouvernement de la République. Selon le numéro un du Budget, au terme de cet atelier, il sera question de consolider la poursuite de la bancarisation ainsi que la synchronisation et le partage en temps réels des fichiers des effectifs. Plus de 80% d'effectifs de l'Etat bancarisés à fin décembre 2018 La bancarisation de la paie des agents de l'Etat a été réalisée à 88,8% à fin décembre 2018, a fait savoir le président du Comité de suivi de la paie des agents et fonctionnaires de l'Etat (CSP). Un résultat obtenu, malgré la résistance de certains services, restés longtemps en dehors de la reforme, en prétextant la complexité et la sensibilité de leurs secteurs respectifs, a poursuivi Jean-Louis Kayembe wa Kayembe qui évaluait les huit années de la mise en place de cette réforme. A l'entendre, une autre prouesse de cette reforme est d'accorder au personnel l'information exacte sur la hauteur de sa rémunération et la latitude d'y accéder en intégralité et à fréquence régulière. "Aussi, la bancarisation a réduit le nombre d'intervenants entre la Banque centrale et le bénéficiaire. Effectif passé d'environ 4 à un seul, pour ne prendre que le cas des enseignants. L'avantage le plus intéressant, c'est l'accès au crédit sans exigence", a précisé Jean-Louis Kayembe wa Kayembe. A ce jour, a-t-il mentionné, on ne compte plus les agents qui ont obtenu et remboursé leurs crédits auprès de leurs banquiers, sans qu'ils ne soient obligés de placer en garantie tel ou tel autre bien, la domiciliation de leurs rémunérations étant largement suffisante. Ainsi, a-t-il fait remarquer, l'impact de cet accès au crédit a contribué à l'amélioration des conditions de vie des agents et fonctionnaires de l'Etat bancarisés. C'est dire combien la réforme a participé à l'accroissement de l'inclusion financière en RDC, sans compter l'augmentation fulgurante du nombre de comptes bancaires actifs et l'accélération de l'ouverture des agences des établissements bancaires sur toute l'étendue du territoire national, a soutenu Jean-Louis Kayembe wa Kayembe. Attentes et Perspectives Pour le Président du CSP, les attentes de ces assises sont entre autres l'appréciation objective de la mise en œuvre des recommandations de l'atelier d'évaluation tenu en juin 2017, ainsi que l'identification des défis à relever, en vue d'atteindre pleinement la réalisation des objectifs de la réforme, notamment la maitrise des effectifs et de la masse salariale. A en croire Jean-Louis Kayembe, cette réforme a atteint des résultats tels que le cumul de CDF 125,2 milliards logés dans le compte reliquats paie de salaires, près de 90,0% des effectifs totaux payés par voie bancaire, 8,3% des effectifs dont le Trésor supporte encore les frais de tenue de compte contre 18,0% à fin 2016. Pendant ces trois jours de travaux, il sera question de passer en revue les progrès enregistrés dans la mise en œuvre de la réforme. Occasion également de s'appesantir sur les difficultés rencontrées, à chaque étape de la chaîne de la paie par les services concernés. Occasion, enfin, de tabler sur les pistes de solutions les mieux adaptées pour une heureuse poursuite d'une des grandes réformes pilotées par le Gouvernement congolais. Mathy MUSAU
CNSS : le Vice-ministre de l’ETPS salue les avancées en termes de paiement des prestations
lundi 22 juillet 2019

Une année seulement après l'entrée en vigueur de la loi n°16/009 du 15 juillet 2016, relative au régime général de la sécurité sociale, la Caisse (...)
lire la suite
Goma : le Coordonnateur du Projet PFCGL présente sa feuille de route 2019 au Gouverneur Carly Nzanzu
mardi 9 juillet 2019

Le Coordonnateur Provincial du Projet de facilitation du Commerce dans la Région des Grands Lacs (PFCGL) a présenté, le 4 juillet courant, au (...)
lire la suite
L’ATC demande à Félix Tshisekedi de sanctionner les destructeurs du Centre de négoce des minérais de Mulungwishi
mardi 9 juillet 2019

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi est appelé à s'impliquer personnellement dans les sanctions à infliger aux vrais auteurs du (...)
lire la suite
La société SECAD compte fournir 340 MW d’électricité
mercredi 3 juillet 2019

Assurer le bien-être des Congolais, leur donner les meilleures conditions de vie et protéger l'environnement font partie des priorités du Président (...)
lire la suite
" Esprit de vie " : plusieurs acquéreurs tardent encore à apurer leurs créances
mardi 2 juillet 2019

Plusieurs acquéreurs de bus " Esprit de vie " tardent encore à apurer leurs créances. Le délai de quatre ans étant arrivé à échéance, le Gouvernement (...)
lire la suite
"Médias pour la Transparence" invite le chef de l’Etat au respect des règles de commande publique
mardi 2 juillet 2019

Organisation des professionnels des médias engagés dans la promotion de la bonne gouvernance et dans la lutte contre la corruption, "Médias Pour (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Démission : posologie

Un ministre qui démissionne sans être démissionné ! Rarissime en RDC. Même, plus généralement, en Afrique. C'est pourquoi, l'acte de Oly Ilunga en lui-même a valeur d'événement. Il parle à l'ADN du (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting