En sapeur-pompier, Lumeya plaide pour une cohabitation pacifique entre Lamuka, CACH et FCC
lundi 11 février 2019

Notable du Grand Bandundu, Lumeya Dhu Maleghi dénonce le tribalisme qui mine dangereusement les relations entre les populations du Grand Bandundu et le Grand Kasaï à la suite de l'élection de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 30 décembre. Le vice-président de la Dynamique pour la Démocratie au Congo (DDC), plaide pour une cohabitation pacifique entre les bases de LAMUKA, CACH et FCC. Le ministre Lumeya a fait ce plaidoyer hier dimanche 10 février à Kinshasa devant les notables et représentants kongo, luba et autres. Lumeya ne s'explique pas que le Grand Bandundu, cette terre où régnait jadis une cohabitation pacifique entre filles et fils de toutes les tribus du Congo ait basculé depuis quelques temps, "dans des querelles et violences tribalo-ethniques ". D'où vient que " tantôt, c'est le Bandundu qui s'en prend au Kasaï et vice-versa, tantôt le Kongo Central qui s'en prend au Kasaï et vice-versa? Et même la ville province de Kinshasa, siège des institutions, connaitrait également ces violences tribalo-ethniques. Analysant froidement ces séquences de violences tribalo-ethniques de ces derniers temps, Lumeya conclut à " l'intérêt égoïste de quelques hommes politiques et notabilités de nos provinces respectives, en quête du pouvoir, en vue de leur repositionnement au sein de la scène politique, au détriment des règles démocratiques préétablies ". Pour ce notable du Grand Bandundu, " il faut terroriser les tribalistes. Les nationalistes doivent être debout. Plus question de tolérer ce genre de discours qui se développent à la Tshangu. Nous voulons que la base de Lamuka, CACH et FCC soit ensemble pour sceller cette unité. Arrêtons le discours haineux et tribaliste. Soyons le sapeur-pompier. Nous devons appuyer le président Félix Tshisekedi et pérenniser les acquis d'uniténationale laissés par le président Joseph Kabila. Nous, leaders du Bandundu, devons faire barrage aux fauteurs des troubles ". Lumeya plaide pour l'arrêt de ces violences interethniques, rappelant que " l'alternance à la magistrature suprême du pays est devenue irréversible et cela s'observe et s'observera, suivant les ères linguistiques du pays. Les présidents Kasa-Vubu, Mobutu, Kabila père et fils, aujourd'hui, Félix Tshisekedi, et demain le prochain chef de l'Etat proviendra, de telle ou telle autre ère linguistique du pays ", a insisté l'élu de Kikwit. " Nous condamnons tous les leaders qui laissent passer ces messages xénophobes. Notre position en tant que notabilité du Grand Bandundu, est celle de privilégier la paix, l'unité et la cohésion nationale, aux fins de bâtir au cœur de l'Afrique, Un Congo Grand, fort et prospère ". A la suite de Lumeya, le leader du Mouvement du Peuple pour le Progrès Social, Freddy Kita, a mis en garde ceux qui se plaisent à agresser les membres de telle ou telle autre tribu. " Nous refusons le tribalisme. Nous condamnons toutes tendances à s'en prendre à une communauté tribale ". Le vice-ministre de la Coopération internationale a demandé à tous les "mpangi " du Kongo Central et du Grand Bandundu de dénoncer et surtout de se désolidariser de ceux qui appellent au tribalisme. Le Sga de l'UDPS, Jean Kia Nsi, a répondu à l'appel de Lumeya. Le représentant personnel du président de l'Udps, Jean Marc Kabund, a insisté sur la cohabitation pacifique entre communautés. Il a démontré noir sur blanc que le président Félix Tshisekedi n'était pas tribaliste parce qu'il travaille avec toutes les tribus. Même appel patriotique lancé par un autre cadre et notable du Grand Kasaï, Nicolas Tshitenge. Pour sa part, Grégoire Ngandu, membre de la famille biologique du président Félix Tshisekedi a martelé que l'entente des populations de toutes les communautés ne doit pas être sacrifiée pour des ambitions politiciennes. Selon lui, l'unité entre tribus de ce pays est un grand motif de fierté nationale qu'il faut pérenniser à jamais. " Il faut militer pour la paix et la réconciliation nationale car le mandat du président de la république ne peut réussir que sur base de l'unité et de la fraternité ". A cette même occasion, les chefs coutumiers du Grand Bandundu, du Grand Kasaï et du Kongo CentraI ont demandé aux congolais de reconnaître que Félix Tshisekedi est désormais le président de tous les congolais. Didier KEBONGO
Avenue de l’Université : la population salue l’évolution des travaux
jeudi 21 mars 2019

Les populations des communes de Ngaba, Makala, Kalamu et Limete saluent la vitesse avec laquelle évoluent les travaux de réhabilitation de (...)
lire la suite
Louise Mushikiwabo pour un fort rayonnement du français dans le monde
mercredi 20 mars 2019

Le monde entier célèbre ce mercredi 20 marsla Journée internationale de la Francophonie. Dans son message à la communauté francophone,la Secrétaire (...)
lire la suite
Kikwit : les transporteurs tirent la sonnette d’alarme
mercredi 20 mars 2019

Route coupée sur la RN1, ravin « Mumene » par-ci, ravin Kaggwa par-là, voilà le tableau sombre qu’offre actuellement la Nationale n°1 dans son tronçon (...)
lire la suite
L’ancien journaliste sportif Papy Ali Kumbakisaka inhumé hier à Kinshasa
mardi 19 mars 2019

La presse sportive congolaise vient de perdre une fois de plus un journaliste chevronné. Après Papy Basakisa, c’est au tour Papy Kumbakisaka de (...)
lire la suite
necrologie
mardi 19 mars 2019

En attendant le programme de ses obsèques, le deuil se tient à son domicile sis Av. Mobutu 8 bis, Q. Don Bosco, Binza Pompage. (Famille (...)
lire la suite
L’Institut de sécurité maritime interrégional (ISMI) organise une formation sur la gestion de l’érosion du littoral du 19 au 22 mars 2019
mardi 19 mars 2019

Les pays côtiers du golfe de Guinée subissent, à des degrés divers, une érosion de leur littoral : recul du trait de côte, disparition des zones (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting