Goma : L’Ong "Heal Africa" remet des kits de réinsertion socio-économique à 64 femmes
lundi 4 février 2019

L'Ong de droit congolais, Heal Africa, a remis, samedi 2 février, des kits de réinsertion socio-économique à une soixantaine de femmes au terme de 6 mois de formation. Celle-ci, axée sur l'entrepreneuriat, entre dans le cadre du projet d'urgence relatif aux violences sexuelles et basées sur le genre et la santé des femmes(PVSBG). Cet atelier, appuyé par la Banque Mondiale via le Fonds social de la République (FSRDC), vise l'autonomisation des femmes pour qu'elles se prennent en charge grâce aux fruits de leur travail. Pour Isaïe Kitunda, délégué du Directeur Exécutif de "Heal Africa, " l'action de cette Ongen faveur des couches vulnérables étant holistique, les lauréates, renforcées en capacités,devront servir d'ambassadrices, par leurs activités, auprès de leurs semblables pour qu'ils voient en eux un changement tant sur le planprofessionnel que spirituel". Ce projet exécuté par Heal Africa avec l'appui du Fonds Social de la République bénéficie du financement de la Banque Mondiale. Il s'agit d'offrir une prise en charge globale aux survivantes des violences sexuelles et basées sur le genre sur le plan médical, psychosocial, juridique, socio-économique et la réintégration communautaire.Six mois durant, les apprenantes ont bénéficié d'une formation en coupe et couture, art culinaire et pâtisserie ainsi qu'en art dit de bananes/poterie et confection des paniers. Les kits de réinsertion permettent de commencer une activité génératrice de revenus. La finalité est non seulement d'assurer une insertion réussie au sein de la communauté mais également de renforcer leur autonomie financière. Le chef de projet PVSBG/Heal Africa, Emmanuel Baabo a salué " le Fonds social de la République pour le financement consenti par le biais de la Banque Mondiale. Il a émis le vœu de voir des interventions analogues se multiplier compte tenu du degré de vulnérabilité multiforme encore préoccupant dans de nombreuses contrées du Nord-Kivu". Des kits pour démarrer une activité génératrice des revenus "C'est maintenant que commence votre travail en recevant ces kits", a martelé M. Emmanuel Baabo, chef du projet PVSBG, pour inciter les femmes à la productivité. Une équipe sera mise en place pour un programme de suivi de chacune des lauréates dans la production et la gestion de l'activité. Ces kits pour lancer des activités génératrices des revenus étaient composés de farine de froment, l'huile de table et de levure (pour la pâtisserie) ; des ciments, carcasses des braseros, de la couleur antirouille (pour la poterie). Celles qui ont appris la confection de paniers ont reçu des fils plastiques appropriés, des paires de ciseaux et d'autres matériels de travail. Pour Mme Nicole Kasongo, chef de bureau en charge de l'Education non formelle à la division provinciale des Affaires sociales au Nord-Kivu,les efforts consentis et par les encadreurs et par les apprenantes sont à valoriser surtout que la formation acquise sera bénéfique aussi bien pour les lauréates que pour le pays tout entier. La joie était immense et lisible sur les visages des bénéficiaires qui voient par cette formation leurs vies changer surtout qu'elles sont désormais à même de se prendre en charge. Des femmes autonomes et épanouies Mme Julienne Ekanga Mwanza, la cinquantaine révolue, formée en 2017 en hôtellerie et arts culinaires, a affirmé que les connaissances acquise lui ont procuré une indépendance financière. Car jadis vulnérable, elleest désormais capable de contribuer aux petites charges de son ménage en plus de répondre à ses besoins personnels. A partir du revenu de la vente de mes arachides et des beignets, j'assure désormais mes besoins primaires", a-t-elle fait savoir. De son coté, Mme Agua Jeanne, lauréate 2018,grâceà sa formation aux métiers, dit être devenue pratiquement utile à la communauté toute entière car elle assure désormais le service traiteur de plusieurs organismes et soirées.Le Pasteur Sophonie,l'Aumônier de Heal Africaa invité les femmes au travail car cela est même une recommandation biblique. " Le désir du paresseux le tue parce que ses mains refusent de travailler ", a-t-ilrappelé. Pépé MIKWA/CP.
Le Prof Roland Pourtier pour la réhabilitation du réseau fluvial congolais
jeudi 8 août 2019

"Les méandres du Fleuve Congo", tel est le thème la conférence-débat organisée hier jeudi à la Halle de la Gombe lors de la quatrième édition de la (...)
lire la suite
Le parc national des Virunga de nouveau ouvert au public
lundi 18 février 2019

Fermé depuis plus de neuf mois, le parc national des Virunga, l'une des plus anciennes aires protégées d'Afrique, est de nouveau ouvert aux (...)
lire la suite
L’épidémie de Chikungunya déclarée à Kinshasa et au Kongo central
vendredi 15 février 2019

Directeur général de l'Institut national de recherche biomédicale (INRB), le Prof Jean-Jacques Muyembe a déclaré l'existence de l'épidémie de (...)
lire la suite
Plus de 15.000 bonobos recensés à la Salonga
vendredi 15 février 2019

Le monde célèbre, depuis 2 ans la journée mondiale des bonobos le 14 février. A cette occasion, le Fonds mondiale pour la nature (WWF) a publié une (...)
lire la suite
L’Unesco, la Monusco et l’Unpc disposés à accompagner la RDC sur le chemin de la paix
jeudi 14 février 2019

* Pour sa part, Marie-Madeleine Kalala invite l'Etat congolais à s'investir dans l'éducation, la sensibilisation de ses citoyens à la culture de la (...)
lire la suite
Eric Kamalandua appelle les autorités à la relance des travaux d’embellissement du Boulevard Lumumba
mardi 12 février 2019

Architecte de formation, diplômé de l'Ecole Supérieure d'Architecture et d'Urbanisme (ESAU), Eric Kamalandua Ngoma œuvre au sein de l'Agence (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting