Dernière minute :
AU TERME D’UN ATELIER APPUYE PAR PICAGL
Le rapport de la Revue conjointe du secteur agricole validé hier
mercredi 13 février 2019

La Revue conjointe du secteur agricole en République démocratique du Congo est enfin viable. Le rapport final de ce document, élaboré pour l'exercice 2007, a été approuvé hier mardi 12 février au cours d'un atelier organisé à Kinshasa, avec le concours du Projet Intégré de Croissance Agricole dans les Grands Lacs (PICAGL). Au cours de ces assises tenues au Fleuve Congo Hôtel, les participants, venus de plusieurs domaines du secteur agricole, ont validé ce travail d'équipe, moyennant amendements. Cinq heures durant, les délégués aux travaux ont eu l'occasion de suivre la présentation du rapport final de la Revue conjointe du secteur agricole, avant de passer à l'examen de ce document qui sert désormais de référence à tous les opérateurs actifs dans ce domaine en RDC. "Le processus de la Revue conjointe du secteur agricole est un exercice de réel apprentissage collectif, si bien que la participation et la forte implication de tous les acteurs en sont le gage de réussite. Pour l'exercice en cours, il est beaucoup plus question d'évaluer les résultats atteints et les performances enregistrées dans le secteur agricole. Occasion également de les comparer aux prévisions et cibles arrêtées", a tenu à faire remarquer le représentant du Secrétaire général à l'Agriculture au seuil des travaux. Présent durant toute la durée de l'atelier qu'il a présidé, le Directeur de cabinet du ministre congolais de l'Agriculture a circonscrit les travaux dans le cadre de planification stratégique, aussi bien sur le plan national, régional que continental. Pour Cherif Alimasi, à travers cette revue, le défi à relever par la RDC en matière de financement du secteur agricole réside en la mobilisation des moyens nationaux propres pour atteindre les objectifs assignés. C'est seulement après avoir relevé ce défi qu'il serait opportun de penser aux interventions des partenaires techniques et financiers. Le contenu de la Revue conjointe Cheville ouvrière de ce travail scientifique, l'expert congolais Thomas Kebola a décortiqué, devant l'assistance, le contenu de la Revue conjointe du secteur agricole pour l'exercice 2017. Avec son équipe technique, il relève avoir sillonné le pays pour récolter des données sur le terrain, en recourant à ''l'approche participative et itérative''. En passant en revue ce document, Thomas Kebola dresse le tableau du secteur agricole en RDC. Un tableau qui s'avère globalement sombre. Se référant particulièrement aux engagements financiers pris par le Gouvernement congolais sur l'échiquier continental, notamment lors des assises de Maputo (Mozambique), il constate que le pays est encore loin d'atteindre les objectifs assignés. Alors que les pays africains se sont engagés à mobiliser désormais 10% de leur budget national pour l'agriculture, la RDC n'a pu qu'affecter 2,2% à ce secteur vital de 2012 à 2016, relève l'expert congolais. Faible productivité agricole Pas donc étonnant que la productivité agricole soit si basse, au point de mettre à mal la sécurité alimentaire au pays, fait remarquer Thomas Kebola. Ainsi donc, poursuit-il, par rapport à la période coloniale, la RDC enregistre une chute vertigineuse de la production des céréales (maïs, riz…), des tubercules (manioc…), des bétails (bovins, caprins…), des poissons, des fruits… alors que l'environnement s'avère propice. Le café, le cacao et l'huile de palme, qui pouvaient booster l'économie, vu l'étendue du pays et le milieu climatique favorable, sont sous exploités, assurent les rédacteurs de la revue conjointe. Cette situation est même exacerbée par ''l'indiscipline dans la gestion des fonds publics dans le secteur agricole, caractérisée par des dépenses hors circuit budgétaires'', précise Thomas Kebola. Pire, l'Etat congolais consacre moins de ressources pour la recherche agricole, les rares appuis enregistrés dans le domaine étant l'émanation des partenaires extérieurs. Difficile dès lors de lutter contre les maladies récurrentes qui menacent les plantes et les bétails, exposant la population à la sous-alimentation et à l'importation à outrance. Suggestions Les rédacteurs de la revue suggèrent un certain nombre de recommandations pour remédier à la situation. Ils prônent notamment la création d'un Fonds National de Développement Agricole (FONADA), destiné essentiellement à pallier le déficit de financement dans ce secteur vital qui contribue jusque-là à moins de 22% du PIB. Au cours des échanges qui ont suivi cet exposé, les participants ont fourni tas d'autres propositions que la plénière a accepté d'intégrer dans le document final, avec le concours d'Augustin Baharanyi, le Directeur de la Direction d'Etude de Planification (DEP). La Revue conjointe a bénéficié de l'appui de l'USAID et de la Banque mondiale. Yves KALIKAT
APK : Le DG de la DGRK sollicite 72h pour répondre aux préoccupations des élus provinciaux
mardi 14 mai 2019

Devant répondre à la question orale avec débat sur l’évasion des recettes de Kinshasa, le diriecteur général de la DGRK (Direction Générale des Recettes (...)
lire la suite
Affaire Licence 2G Vodacom : Quand l’incertitude politique invente des mécanismes pour assurer la survie des sortants après les institutions
mardi 14 mai 2019

La nomination du nouveau gouvernement et des nouveaux mandataires des régies financières est en train de prendre du temps. Et pendant ce temps de (...)
lire la suite
Les étudiants de l’IFASIC édifiés sur les méthodes contraceptives
vendredi 10 mai 2019

Qui commence bien, finit bien. Les rideaux sont tombés le mercredi 8 mai, sur les trois jours de campagne sur les services intégrés de la (...)
lire la suite
L’Anapi organise trois journées portes ouvertes sur les réformes Doing business
jeudi 9 mai 2019

L'Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), organise dès aujourd'hui Jeudi 9 au samedi 11 mai, la deuxième édition de ses (...)
lire la suite
Vodacom Congo réfute les allégations d’obtention frauduleuse de la Licence 2G
mardi 7 mai 2019

Vodacom Congo tient à éclairer l'opinion publique sur la régularité et la transparence ayant entouré la transaction portant sur sa Licence de (...)
lire la suite
BCC : Le taux directeur ramené de 14 à 9 %
jeudi 2 mai 2019

La Banque centrale du Congo (BCC) a décidé d’assouplir les dispositifs de sa politique monétaire en ramenant le taux directeur de 14 à 9%. C’est (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Coucou revoici nos amis occidentaux !

L'heure est au rabibochage entre la RDC et ses partenaires dits " traditionnels ". Alléluia ! Qui s'en plaindrait, qui trouverait matière à s'en formaliser. Tant à l'internationale, un pays vaut par (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting