Une quadragénaire assassinée hier par un inconnu à Matonge
vendredi 15 février 2019

Une femme dont l'âge oscille entre 40 et 45 ans a été retrouvée morte, hier jeudi 14 février aux environs de 4 heures du matin au quartier Matonge à Kalamu. Son cadavre est resté jusque dans l'après-midi dans un centre hospitalier de cette municipalité, en attendant l'autorisation du Procureur de la République avant d'être transféré à la morgue. Tout au long de la journée d'hier, des gouttes de sang de la victime étaient encore visibles à l'entrée d'une terrasse située sur avenue Bolia n°4, au quartier Matonge. Même si il nous est difficile de vérifier les témoignages des uns et des autres sur ce qui s'est réellement passé dans ce quartier réputé parmi les plus chauds. Tout porte à croire que, la femme victime, serait une professionnelle de sexe, qui se serait retrouvée dans pareille situation à la suite d'une rencontre malheureuse avec un homme qu'elle prenait pour un "client". Au vu de la scène du crime, précisent les premiers agents de la Police descendus sur le lieu, " l'assassin et la victime ont eu des rapports sexuels au même lieu. Après le coup, l'homme aurait tenté de ravir le sac que détenait la victime alors qu'il n'avait pas payé le montant négocié avant de passer à l'acte sexuel. Et la dame, tenant à récupérer son sac et la somme convenue avec le gars, ce dernier aurait recouru à un objet contondant pour s'acharner sur le corps de la victime ". MORTE D'HEMORRAGIE Au poste de Police situé à côté de la maison communale de Kalamu et où la victime aurait cherché à se réfugier après avoir subi des blessures graves notamment au niveau des seins, des gardes affirment l'avoir aperçue avec des habits ensanglantés. " La police, qui l'a reçue vers 4 heures du matin, a pris l'option de l'emmener d'abord dans un centre hospitalier le plus proche pour des soins avant d'enquêter sur les raisons des blessures", rapporte un agent de l'ordre témoin de l'événement. C'est ce qu'atteste d'ailleurs les médecins du centre hospitalier. D'après un infirmier interrogé sur place, " la victime est morte suite à l'hémorragie. On devrait vite procéder à une transfusion rapide, mais hélas, nous n'avions pas le sang de son groupe sanguin dans notre banque de sang. Ce qui nous a un peu mis en difficulté ". " Elle est arrivée dans un état très critique. La victime saignait un peu partout sur le corps surtout au niveau des seins", affirme l'infirmier qui n'a pas hésité à montrer à la presse le corps enseveli de la victime dans la cour de ce centre de santé. CORPS NON IDENTIFIE Dans un cas pareil, les médecins du centre hospitalier la Grâce n'ont pas le droit de déplacer le cadavre de leur propre gré. " Nous n'avons pas droit de déplacer le corps pour un hôpital disposant d'une morgue. Nous sommes en pourparlers avec le Procureur de la République qui devra nous donner la permission de transférer la dépouille pour une autre institution ", expliquent les médecins de ce centre. De l'avis de certains proches du bourgmestre de Kalamu arrivés sur le lieu du drame, " le Procureur de la République doit prendre tout son temps avant d'ordonner le transfert du corps ". Celui-ci aura comme première démarche d'identifier la victime. Or, selon toute vraisemblance, la pauvre dame n'avait aucune carte d'identité sur elle. Son bourreau, qui aurait emporté son sac, pourrait détenir sa carte d'électeur ou autre pièce pouvant aider les enquêteurs à disposer des éléments susceptibles de l'identifier afin d'en informer la famille ou les proches. Cependant, sur l'ex-Couloir Madiakoko, des langues se délient sur cette affaire macabre. Des habitués de cette avenue rebaptisée il y a peu " Papa Wemba " disent reconnaître la victime. " Elle serait une femme de joie qui avait l'habitude de prendre de la bouillie au coin de l'avenue Bokuma ", avancent certains. " Elle habite N'Djili ", rétorquent d'autres. C'est peut-être à partir de ces approximations que le Procureur de la République du Parquet de Kalamu pourrait trouver la bonne information susceptible d'identifier l'infortunée. Rachidi MABANDU
Sahara : Bourita ne veut plus de "débats stériles et inutiles"
mercredi 20 mars 2019

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a appelé, mardi à Rabat, à "dépolluer l'Union africaine des (...)
lire la suite
La Chine espère que l’Algérie fera avancer son calendrier politique sans heurt
mercredi 20 mars 2019

BEIJING, 19 mars (Xinhua) -- La Chine a annoncé mardi qu'elle espérait voir l'Algérie faire avancer sans heurt son calendrier politique. Le (...)
lire la suite
"Nous avons une sensation de gain de plus en plus forte", disent les Chinois
mercredi 20 mars 2019

Le " Bulletin statistique sur le développement économique et social national 2018 " publié par le Bureau national des statistiques de Chine a (...)
lire la suite
Le nombre d’utilisateurs quotidiens des voitures avec chauffeur et des vélos en libre-service dépasse 10 millions par jour
mardi 19 mars 2019

En tant que nouveaux modes de transport, la réservation de voitures avec chauffeur en ligne et les vélos en libre-service constituent une (...)
lire la suite
L’interdiction du tourisme dans la région centrale du mont Everest favorisera la protection de l’environnement
mardi 19 mars 2019

En décembre dernier, afin de mettre en œuvre les exigences liées à l'opération " Bouclier Vert " et de protéger efficacement l'environnement écologique (...)
lire la suite
Casablanca : Recueillement en hommage aux victimes de Christchurch
mardi 19 mars 2019

Un moment de recueillement a été observé, dimanche à Casablanca, en hommage aux victimes de l'attaque terroriste ayant ciblé deux mosquées dans la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting