Pour lutter contre les méfaits du changement climatique
Albert Kabasele :"L’Etat congolais doit inculquer à la population les notions de protection de l’environnement"
vendredi 15 mars 2019

Les effets dus au changement climatique se font de plus en plus sentir à travers le monde. A Kinshasa, la population est confrontée à des inondations, des érosions, des canicules… "Forum des As" a rencontré à ce sujet le Professeur Albert Kabasele, enseignant à l'UPN. Docteur à thèse en physique spatiale de télédétection du climat et détenteur d'un DA en météo climatologie à l'Université de Rabat au Maroc, il porte également la casquette de Directeur scientifique à l'Institut géographique du Congo et d'Expert physicien aux Nations Unis à Bonn (Allemagne) dans le comité du climat, comité chargé d'évaluation de GES (Gaz à Effet de Serre, MDLR).

Pour parer aux multiples effets du réchauffement climatique, l'expert préconise, de prime abord, la mise sur pied d'un plan clair de lutte contre le réchauffement climatique. Il suggère de poser des actions concrètes d'atténuation et d'adaptation. Ce qui implique, une réelle volonté de l'Etat. Mais aussi, le respect de l'engagement de la RDC vis-à-vis de l'Accord de Paris, qui est de réduire de 17% les émissions de gaz à effet de serre,recouvré par des moyens internes (budget national) et externes (Fonds Vert, Fonds REDD).

Il réclame 21 milliards USD d'ici 2030 pour financer les projets de climats, des énergies propres renouvelables, des projets d'agroforesterie et de reboisement. Mais aussi, des projets de financement des produits forestiers non lignés (miel, champignon, chenille…)

Dans ses propos, le Prof. Kabasele a souligné l'importance du reboisement, qui, selon lui, devrait être compté parmi les projets urgents du gouvernement. Et ce, à travers toutes les grandes villes de la RDC.

"Pas un 5m2 sans arbres dans les grandes villes de la RDC", tempête-t-il. "Aujourd'hui la plupart des grandes villes du monde ont tendance à reverdir les rues, les cités... Le reboisement est parmi les projets les plus urgents auquel le gouvernement devrait s'atteler pour éviter les inondations, canicules et autres méfaits que rencontre la population. L'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) prévoit l'année 2019 comme la plus pluvieuse dans le monde. Aussi, le reboisement s'avère essentielle pour plusieurs raisons".

LA VEGETATION LUTTE CONTRE L'EROSION

DU SOL "Les arbres contribuent à la lutte contre les inondations par la rétention des matériaux de ruissellement qui remontent les lits des cours d'eau. Ils luttent aussi contre l'érosion du sol en sédentarisant les sols et servent aussi de filtre végétal le long des cours d'eau, pour protéger les lits des fleuves et des rivières contre les déchets et la pollution du ruissellement des pluies", note l'expert cogolais. "La végétation séquestre davantage les gaz à effet de serre, libérés par les villes et les cités. Ils recyclent la qualité de l'air chaud carbonique en libérant l'air frais, oxygéné...", explique l'enseignant de l'UPN.

Aux dires de notre interlocuteur, "l'arbre régule le cycle de l'eau en protégeant les calendriers saisonniers sur le plan microclimatique. Ceci protège les villes contre les canicules, les rayonnements et les effets d'albédo… .Le gouvernement devrait opter pour la réhabilitation des jardins verts au détriment de l'urbanisme non écologique. La fonte des glaces aux pôles Nord et Sud, les érosions côtières…sont des signes inquiétants".

A ce propos, l'expert tire également la sonnette d'alarme sur le reboisement de la mangrove,dans la ville de Moanda, pour atténuer l'érosion côtière. "Selon des études effectuées, l'océan Atlantique avance de 5 millimètres par jour vers la population, mettant ainsi en danger de disparition la base militaire fluviale de Banana, la route Banana kilomètre 5 et la cité de Nsiafumu qui a déjà perdu 200 mètres de terre sur moins de 40 ans", fait-il remarquer.

"Pour pouvoir vivre écologie et produire durable, les Congolais doivent changer de mentalité. Ce qui revient à dire que l'Etat, par des sensibilisations à travers des médias bien fondés, doit inculquer à la population les notions de protection de l'environnement, à travers le ramassage des déchets et le traitement des eaux usées. Refuser, abolir la plastification dans nos milieux pour un urbanisme responsable, pas de construction anarchique "a conclut Albert Kabasele.

Fyfy Solange TANGAMU
La Ligue des femmes de l’UDS s’insurge contre les célébrations frivoles de la journée du 8 mars
mardi 19 mars 2019

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des droits de la femme 2019 en RDC, les dames de l'Union des Démocrates Socialistes se (...)
lire la suite
Avenue de l’Université : la population salue l’évolution des travaux
mardi 19 mars 2019

Les populations des communes de Ngaba, Makala, Kalamu et Limete saluent la vitesse avec laquelle évoluent les travaux de réhabilitation de (...)
lire la suite
FAB Congo sauvée par les autorités congolaises
mardi 19 mars 2019

La minoterie FAB Congo, 4ème rue Limete à Kinshasa, a échappé à la fermeture. Ses employés peuvent remercier les autorités congolaises dont (...)
lire la suite
Albert Kabasele :"L’Etat congolais doit inculquer à la population les notions de protection de l’environnement"
lundi 18 mars 2019

Pour parer aux multiples effets du réchauffement climatique, l'expert préconise, de prime abord, la mise sur pied d'un plan clair de lutte contre (...)
lire la suite
Albert Kabasele :"L’Etat congolais doit inculquer à la population les notions de protection de l’environnement"
vendredi 15 mars 2019

Les effets dus au changement climatique se font de plus en plus sentir à travers le monde. A Kinshasa, la population est confrontée à des (...)
lire la suite
La Vice-présidente de la JICA en séjour de travail à Kinshasa du 20 au 23 mars
vendredi 15 mars 2019

L'Agence Japonaise de Coopération Internationale annonce l'arrivée de la Vice-Présidente de la JICA, Mme Nobuko Kayashima, en charge de la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting