Dernière minute :
Pour lutter contre les méfaits du changement climatique
Albert Kabasele :"L’Etat congolais doit inculquer à la population les notions de protection de l’environnement"
vendredi 15 mars 2019

Les effets dus au changement climatique se font de plus en plus sentir à travers le monde. A Kinshasa, la population est confrontée à des inondations, des érosions, des canicules… "Forum des As" a rencontré à ce sujet le Professeur Albert Kabasele, enseignant à l'UPN. Docteur à thèse en physique spatiale de télédétection du climat et détenteur d'un DA en météo climatologie à l'Université de Rabat au Maroc, il porte également la casquette de Directeur scientifique à l'Institut géographique du Congo et d'Expert physicien aux Nations Unis à Bonn (Allemagne) dans le comité du climat, comité chargé d'évaluation de GES (Gaz à Effet de Serre, MDLR).

Pour parer aux multiples effets du réchauffement climatique, l'expert préconise, de prime abord, la mise sur pied d'un plan clair de lutte contre le réchauffement climatique. Il suggère de poser des actions concrètes d'atténuation et d'adaptation. Ce qui implique, une réelle volonté de l'Etat. Mais aussi, le respect de l'engagement de la RDC vis-à-vis de l'Accord de Paris, qui est de réduire de 17% les émissions de gaz à effet de serre,recouvré par des moyens internes (budget national) et externes (Fonds Vert, Fonds REDD).

Il réclame 21 milliards USD d'ici 2030 pour financer les projets de climats, des énergies propres renouvelables, des projets d'agroforesterie et de reboisement. Mais aussi, des projets de financement des produits forestiers non lignés (miel, champignon, chenille…)

Dans ses propos, le Prof. Kabasele a souligné l'importance du reboisement, qui, selon lui, devrait être compté parmi les projets urgents du gouvernement. Et ce, à travers toutes les grandes villes de la RDC.

"Pas un 5m2 sans arbres dans les grandes villes de la RDC", tempête-t-il. "Aujourd'hui la plupart des grandes villes du monde ont tendance à reverdir les rues, les cités... Le reboisement est parmi les projets les plus urgents auquel le gouvernement devrait s'atteler pour éviter les inondations, canicules et autres méfaits que rencontre la population. L'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) prévoit l'année 2019 comme la plus pluvieuse dans le monde. Aussi, le reboisement s'avère essentielle pour plusieurs raisons".

LA VEGETATION LUTTE CONTRE L'EROSION

DU SOL "Les arbres contribuent à la lutte contre les inondations par la rétention des matériaux de ruissellement qui remontent les lits des cours d'eau. Ils luttent aussi contre l'érosion du sol en sédentarisant les sols et servent aussi de filtre végétal le long des cours d'eau, pour protéger les lits des fleuves et des rivières contre les déchets et la pollution du ruissellement des pluies", note l'expert cogolais. "La végétation séquestre davantage les gaz à effet de serre, libérés par les villes et les cités. Ils recyclent la qualité de l'air chaud carbonique en libérant l'air frais, oxygéné...", explique l'enseignant de l'UPN.

Aux dires de notre interlocuteur, "l'arbre régule le cycle de l'eau en protégeant les calendriers saisonniers sur le plan microclimatique. Ceci protège les villes contre les canicules, les rayonnements et les effets d'albédo… .Le gouvernement devrait opter pour la réhabilitation des jardins verts au détriment de l'urbanisme non écologique. La fonte des glaces aux pôles Nord et Sud, les érosions côtières…sont des signes inquiétants".

A ce propos, l'expert tire également la sonnette d'alarme sur le reboisement de la mangrove,dans la ville de Moanda, pour atténuer l'érosion côtière. "Selon des études effectuées, l'océan Atlantique avance de 5 millimètres par jour vers la population, mettant ainsi en danger de disparition la base militaire fluviale de Banana, la route Banana kilomètre 5 et la cité de Nsiafumu qui a déjà perdu 200 mètres de terre sur moins de 40 ans", fait-il remarquer.

"Pour pouvoir vivre écologie et produire durable, les Congolais doivent changer de mentalité. Ce qui revient à dire que l'Etat, par des sensibilisations à travers des médias bien fondés, doit inculquer à la population les notions de protection de l'environnement, à travers le ramassage des déchets et le traitement des eaux usées. Refuser, abolir la plastification dans nos milieux pour un urbanisme responsable, pas de construction anarchique "a conclut Albert Kabasele.

Fyfy Solange TANGAMU
La Société civile s’oppose à la présence des "criminels économiques" au Gouvernement
jeudi 23 mai 2019

La société civile de la RDC s'oppose à la présence des criminels économiques au prochain Gouvernement. Elle appelle le nouveau chef de l'Exécutif " à (...)
lire la suite
Le "lac Victoire" : une mare du diable pour les transporteurs en commun !
jeudi 23 mai 2019

Entre l'avenue Kasa Vubu et le Rond-point Gambela, la conduite automobile n'est guère un exercice aisé. Bien au contraire. Les quelques rares (...)
lire la suite
Barbara Kanam s’engage à vulgariser le Protocole de Maputo
jeudi 23 mai 2019

" La promotion des droits de la femme à travers l'art et la culture ", était le thème retenu pour la cérémonie de parrainage de la diva congolaise (...)
lire la suite
20 mille hectares à reboiser à Bulungu
jeudi 23 mai 2019

Des organisations non gouvernementales unissent leurs efforts pour lutter contre le changement climatique dans le territoire de Bulungu, dans la (...)
lire la suite
Washington a proposé à Hanoï une feuille de route détaillée pour la dénucléarisation de la Corée du Nord
jeudi 23 mai 2019

WASHINGTON/SEOUL, 22 mai (Yonhap) -- Les Etats-Unis ont proposé à la Corée du Nord une feuille de route détaillée pour sa dénucléarisation lors du (...)
lire la suite
La mauvaise orientation scolaire après le secondaire est la cause de doublement de classe
jeudi 23 mai 2019

La réussite, mieux le bon rendement d'un élève après les deux ans post primaire, dans une filière, est fonction d'un bon choix ou d'une bonne (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting