Turquie : les élections locales qui ont une histoire de 180 ans
vendredi 15 mars 2019

Les premières élections municipales ont été organisées en Turquie en 1840, soit un an après le Hatti-Sharif qui est une Ordonnance du Sultan sur les réformes. Selon le Prof. Mehmet Alkan, ces élections étaient les premières pour élire les membres de Conseils municipaux. Ces élections étaient en même temps l'un des premiers exemples de démocratie directe. Elles ont permis aux sujets ottomans musulmans et non-musulmans de découvrir les élections. La municipalité d'Istanbul et la 6e municipalité de Beyoglu ont été créées en 1855. Dès 1860, les Conseils municipaux se sont multipliés dans les villes ottomanes. Le premier aménagement sur les élections municipales s'appelle " Le règlement des administrations municipales d'Istanbul ".

A l'époque républicaine, les premières élections municipales datent de 1930. Les élections de 2019 seront les 19e depuis 1930. Elles sont les 14e depuis le passage au système démocratique à plusieurs partis.

Après l'adoption du système présidentiel, ce sont les premières élections municipales et les premières alliances municipales Comme nous pouvons le constater, l'histoire des élections municipales en Turquie remonte à 180 ans auparavant et elle beaucoup plus vieille que dans plusieurs pays.

En outre, chaque élection a ses propres circonstances, ses différences authentiques et ses nouveautés.

Les élections locales qui vont bientôt avoir lieu sont les premières depuis le passage au système présidentiel à l'issue du référendum de 2017. A cet égard, elles ont une importance particulière.

Une autre caractéristique des élections municipales est que les alliances soient désormais autorisées. Dans ce contexte, les parties s'unissent dans deux alliances à savoir l'Alliance du Peuple (Cumhur) et l'Alliance de la Nation (Millet). Les partis qui font alliance ont comme procédé de soutenir un candidat dans des zones où ils sont d'accord et ne présentent aucun autre candidat.

Le fait que les partis puissent faire alliance est un développement positif car ainsi un choix démocratique n'est désormais plus une interdiction. En revanche c'est un défaut que les partis ne puissent pas réaliser cette alliance par leur identité et emblème et qu'ils ne puissent pas ainsi figurer sur les bulletins de vote.

Cette situation peut impacter sur l'efficacité des travaux des partis et faire chuter la participation. Pendant les travaux sur une législation autorisant les alliances aux élections générales, j'avais la suivante idée : la législation doit aussi comprendre les élections locales. Les partis qui le désirent peuvent s'unir sous le toit d'une alliance avec leur emblème et leur candidat. Leurs voix pouvaient être comptées comme celles d'un seul parti. Si une alliance obtient le plus grand nombre de voix dans une circonscription, le candidat ayant obtenu le plus de voix au sein de l'alliance doit être déclaré vainqueur. Cette méthode ou des autres méthodes semblables où les partis participeront aux élections avec leurs emblèmes et candidats permettront une participation plus active des partis et des électeurs.

LA SIGNIFICATION QUE PORTENT LES ELECTIONS

Une atmosphère plutôt douce en amont des élections, la poursuite de la normalisation : Bien qu'il ne reste que très peu de temps aux élections, on remarque moins l'atmosphère électorale par rapport aux précédentes élections. Il est possible de voir l'impact réconciliateur du système présidentiel sur cette situation. D'autre part, la campagne électorale digitale lancée par l'AK Parti est une autre raison qui fait que les élections soient moins visibles.

Autrefois, même les personnes les moins intéressées étaient au courant des élections à cause des convois de véhicules, des klaxons et des affiches qui recouvraient toutes les rues. Mais aujourd'hui, les élections ne sont pas aussi visibles.

Le fait que le ton soit moins dur aux élections, que les campagnes soient menées avec plus de sensibilités vis-à-vis de l'environnement et que les travaux soient transférés des rues aux espaces numériques, montrent que la normalisation continue en Turquie.

Le système présidentiel/ le maintien de la stabilité : La Turquie est un pays qui vient nouvellement de passer au système présidentiel. Tous les grands changements peuvent entrainer une certaine incertitude et un certain mécontentement. Les changements radicaux sont possibles si ces incertitudes et mécontentements sont surmontés et non pas si l'on fait marche arrière. Si les élections de 2019 n'étaient pas les premières élections après le passage au système présidentiel mais des élections tenues après l'instauration du système, elles n'auraient peut-être pas pu être liées au système présidentiel. Mais aujourd'hui il peut se solder par une hausse des voix de l'opposition et conduire les partis d'opposition à remettre en cause le système présidentiel. Ces élections sont donc importantes pour le système présidentiel et la stabilité.

Les attentes des éléments extérieurs : Le 28 février, le 27 avril, les tentatives de coup d'Etat Ergenekon, les incidents de Gezi, les 17/25 décembre et le 15 juillet sont les principales tentatives de coup d'Etat connues au cours des deux dernières décennies. Aucune de ces tentatives ne peut s'expliquer par des développements intérieurs. Les luttes livrées dès l'an 2000 pour la démocratisation et l'élimination des milieux de tutelle ont en grande partie abouti à leur objectif. Les milieux de tutelle intérieurs ont été dispersés et les obstacles qui se dressaient devant la volonté du peuple ont, en grande partie, été éliminés. Mais malgré tous ces développements à l'intérieur, il n'est pas possible de dire que les groupes de tutelle extérieurs qui font des calculs sur la Turquie, ont renoncé à leurs calculs. Pour que les acteurs de tutelle extérieurs n'essaient pas de faire apparaitre de nouveaux milieux de tutelle pour leur intérêt et travaillent uniquement avec les représentants de la volonté du peuple, le renforcement du système présidentiel et la poursuite de la stabilité sont extrêmement importants. Une atmosphère d'incertitude et de chaos va redonner de l'espoir aux milieux de tutelle intérieurs et extérieurs.

Quel que soit le sens que portent les élections, chaque élection est une nouvelle élection. Les partis politiques travaillent dans cet objectif. Comparé aux partis de l'opposition, le parti au pouvoir travaille beaucoup plus activement. Après tant d'années au pouvoir, en tenant compte aussi de la part d'usure, le parti au pouvoir doit toujours viser plus haut. Le leader de l'AK Parti et Président de la République RecepTayyip Erdogan reste aujourd'hui encore, le leader qui se déplace le plus dans les villes, qui organise le plus de meetings et qui produit le plus de projets.

En tant que leader dont le parti a toujours gagné les élections depuis sa fondation, il sait très bien qu'aucune élection ne peut être remportée sans travailler et sans contacter les citoyens et obtenir leur amitié.

Sahara : Bourita ne veut plus de "débats stériles et inutiles"
mercredi 20 mars 2019

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a appelé, mardi à Rabat, à "dépolluer l'Union africaine des (...)
lire la suite
La Chine espère que l’Algérie fera avancer son calendrier politique sans heurt
mercredi 20 mars 2019

BEIJING, 19 mars (Xinhua) -- La Chine a annoncé mardi qu'elle espérait voir l'Algérie faire avancer sans heurt son calendrier politique. Le (...)
lire la suite
"Nous avons une sensation de gain de plus en plus forte", disent les Chinois
mercredi 20 mars 2019

Le " Bulletin statistique sur le développement économique et social national 2018 " publié par le Bureau national des statistiques de Chine a (...)
lire la suite
Le nombre d’utilisateurs quotidiens des voitures avec chauffeur et des vélos en libre-service dépasse 10 millions par jour
mardi 19 mars 2019

En tant que nouveaux modes de transport, la réservation de voitures avec chauffeur en ligne et les vélos en libre-service constituent une (...)
lire la suite
L’interdiction du tourisme dans la région centrale du mont Everest favorisera la protection de l’environnement
mardi 19 mars 2019

En décembre dernier, afin de mettre en œuvre les exigences liées à l'opération " Bouclier Vert " et de protéger efficacement l'environnement écologique (...)
lire la suite
Casablanca : Recueillement en hommage aux victimes de Christchurch
mardi 19 mars 2019

Un moment de recueillement a été observé, dimanche à Casablanca, en hommage aux victimes de l'attaque terroriste ayant ciblé deux mosquées dans la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting