Dernière minute :

Une chienlit prévisible
lundi 18 mars 2019

Ca sentait une forte odeur de corruption à mille lieues. On s'est bouché volontairement le nez. Les prémices d'une contestation à vaste échelle -voire violente- s'amoncelaient sur les têtes des Congolais, on a préféré la politique de l'autruche. Des sonnettes, mieux des cloches d'alarme ont retenti, on a feint de ne pas les écouter. Un peu sur le mode "circulez, il n'y a rien à voir". Ou encore, pour emprunter à l'imagination fertile d'un artiste musicien de chez nous, "il n'y a rien, c'est l'homme qui a peur".

Voilà qu'au lendemain des élections sénatoriales, les dégâts sont là. Pas seulement, en termes de manifestations aussi meurtrières que destructrices à Kinshasa et à Mbuji-Mayi. Mais aussi, en termes de bronca qui émane de toutes les chapelles politiques.

Au cœur de ce capharnaüm, les députés provinciaux. Electeurs des sénateurs, ces derniers ont plus que récidivé leurs "exploits" de 2007. A savoir que si il y a 12 ans, ces "grands électeurs" faisaient du dérapage contrôlé, cette fois-ci ils ont fait sauter toutes les digues ! Ou presque.

Dans nombre de provinces, les élus ont pris totalement des libertés avec la volonté de leurs mandants pour privilégier les espèces sonnantes et trébuchantes.

L'on comprend que dans certaines circonscriptions les électeurs des députés provinciaux ne se reconnaissent pas dans le choix de leurs élus. Nombre de partis et regroupements politiques en font les frais. Le vote au second degré n'en sort pas ragaillardi. Un argument de plus pour les adversaires de ce mode d'élection sous les tropiques rd congolaises.

Après la séquence "passation civilisée de pouvoir", la Rd Congo méritait sans doute mieux que charivari électoral. Ca sentait une forte odeur de corruption à mille lieues. On s'est bouché volontairement le nez. Les prémices d'une contestation à vaste échelle -voire violente- s'amoncelaient sur les têtes des Congolais, on a préféré la politique de l'autruche. Des sonnettes, mieux des cloches d'alarme ont retenti, on a feint de ne pas les écouter. Un peu sur le mode "circulez, il n'y a rien à voir". Ou encore, pour emprunter à l'imagination fertile d'un artiste musicien de chez nous, "il n'y a rien, c'est l'homme qui a peur".

Voilà qu'au lendemain des élections sénatoriales, les dégâts sont là. Pas seulement, en termes de manifestations aussi meurtrières que destructrices à Kinshasa et à Mbuji-Mayi. Mais aussi, en termes de bronca qui émane de toutes les chapelles politiques.

Au cœur de ce capharnaüm, les députés provinciaux. Electeurs des sénateurs, ces derniers ont plus que récidivé leurs "exploits" de 2007. A savoir que si il y a 12 ans, ces "grands électeurs" faisaient du dérapage contrôlé, cette fois-ci ils ont fait sauter toutes les digues ! Ou presque.

Dans nombre de provinces, les élus ont pris totalement des libertés avec la volonté de leurs mandants pour privilégier les espèces sonnantes et trébuchantes.

L'on comprend que dans certaines circonscriptions les électeurs des députés provinciaux ne se reconnaissent pas dans le choix de leurs élus. Nombre de partis et regroupements politiques en font les frais. Le vote au second degré n'en sort pas ragaillardi. Un argument de plus pour les adversaires de ce mode d'élection sous les tropiques rd congolaises.

Après la séquence "passation civilisée de pouvoir", la Rd Congo méritait sans doute mieux que charivari électoral. José NAWEJ
Compassion à géométrie variable
vendredi 19 avril 2019

Vu de RDC, comment ne pas mettre en parallèle le drame survenu à Paris et la tragédie sur le lac Kivu. Sans investir dans la hiérarchie (...)
lire la suite
Et le pays, l’Etat et le peuple dans tout ça ?
jeudi 18 avril 2019

C'est un secret de Polichinelle. Le FCC et le CACH jouent au "je t'aime, non plus". Ces bisbilles de ménage retardent -c'est un euphémisme- (...)
lire la suite
Avec ou sans Gouvernement
mercredi 17 avril 2019

Près de trois mois après son investiture, Félix-Antoine Tshisekedi n'a rien de deux personnages de Samuel Beckett dans " En attendant Godot ". Pour (...)
lire la suite
Un sermon coupe-gorge
mardi 16 avril 2019

Alors, quid de la classe politique rd congolaise ? Sentence de l'Archevêque de Kinshasa : un produit au mieux périmé et au pire indigeste. Dans les (...)
lire la suite
Une leçon d’exemplarité depuis les airs
lundi 15 avril 2019

Mille et une manières de lire la présence de FATSHI dans un avion de ligne pour sa toute première virée dans le Congo profond en tant que chef de (...)
lire la suite
Une énième " victime " de l’usure du pouvoir
vendredi 12 avril 2019

Le cas " El-Béchir " a un tout de même mérite. Celui de constituer une énième alerte sans frais à ses désormais ex-homologues chefs d'Etat friands de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting