Dernière minute :
METTANT EN ŒUVRE SON PROGRAMME 2019
L’ISMI organise un séminaire consacré à la gestion de l’érosion du littoral
jeudi 21 mars 2019

L'institut de sécurité maritime interrégional (ISMI) poursuit sans désemparer le programme de formation établi pour l'année 2019. Pour son 2ème rendez-vous de la série, un séminaire est organisé, du 19 au 22 mars à Abidjan, en Côte-d'Ivoire. Cette fois-ci, les organisateurs ont choisi de réfléchir sur un nouveau genre : "La gestion de l'érosion du littoral". Près de 30 auditeurs "de haut-niveau", décideurs, politiques, chercheurs..., issus de 12 pays du golfe de Guinée, participent à cette rencontre.

A l'ouverture des travaux le mardi dernier, le Coordonnateur du programme national de gestion de l'environnement côtier de Côte d'Ivoire, le Prof Eric Gjagoua a salué l'organisation de ce séminaire "qui permettra de jeter les bases d'une franche collaboration entre les experts en la matière et ceux qui ne le sont pas, même si la mission d'Observation du Littoral Ouest africain (MOLOA) joue déjà ce rôle".

Aux dires de ce représentant du ministre ivoirien de l'Environnement et du Développement Durable, au regard des rencontres qui se succèdent au pays de Houphouet Boigny pour parler de la gestion de l'environnement côtier, cela démontre que les zones côtières ouest africaines sont en souffrance.

TRAVAILER EN SYNERGIE

C'est pourquoi, Eric Djagoua appelle ces participants à l'unisson : "pour comprendre leur cri de cœur, il est important que nous, experts, chercheurs, décideurs, dans une synergie d'action, arrivons à créer des liens forts, qui nous permettront de partager nos connaissances en matière des stratégies de protection, afin de rendre résilientes les zones côtières et leurs populations face aux nombreux défis environnementaux et aux changements climatiques".

Il reconnait, par ailleurs, que des efforts sont actuellement fournis par les différents gouvernements avec l'accompagnement des bailleurs de fonds, notamment la Banque mondiale, à travers le programme de gestion du Littoral Ouest africain(WACA). Son souhait est que ces derniers soient accompagnés et orientés dans les prises des décisions.

Pour sa part, le Coordonnateur régional de l'Action de l'Etat de la Mer, Guillaume de Beauregard, a donné, statistiques à l'appui, les raisons qui ont poussé la Coopération française, à travers ISMI, d'opter pour le thème sur l'Erosion Littorale.

Il a confié qu'environ 1/3 d'habitants d'Afrique de l'Ouest vit sur le littoral. Et que, plus de la moitié du PIB de la région provient des zones côtières. Toujours dans cette partie de la sous-région, par endroit, l'érosion côtière atteint plus de 10 mètres par an, obligeant les populations riveraines à déserter leurs milieux de vie, parfois leurs emplois.

Ce qui, par ricochet, favorise le développement d'activités liées à l'insécurité maritime, notamment la pêche illégale, la piraterie et le brigandage.

" La vocation de l'ISMI étant de promouvoir un espace maritime sûr, sécurisé, propre et durable dans le Golfe de Guinée, il était donc urgent de se saisir de ce sujet, tant pour des raisons environnementales que pour celles liées à la sécurité maritime ", a précisé Guillaume de Beauregard.

L'OBJECTIF DU SEMINAIRE

"L'objectif du séminaire n'est pas uniquement académique, soutient-il. Il a pour ambition aussi de permettre des échanges fructueux entre participants afin de créer une plateforme de discussions et de coopération entre les différents Etats d'une part, et différents acteurs, d'autre part. L'autre but, c'est de permettre d'identifier parmi les solutions possibles, celles qui s'avèrent les plus adaptées au contexte de l'Afrique de l'Ouest".

De son côté, le DG de l'Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM), Karim Coulibaly, a attiré l'attention des participants sur le fait que " l'érosion est un grave problème mondial qui se développe continuellement depuis des décennies et constitue l'un des principaux obstacles à la gestion durables des richesses liées à la mer, qu'elles soient économiques, environnementales ou culturelles ".

Karim Coulibaly a déploré cependant " la tourmente dans laquelle se trouvent les Etas du Golfe de Guinée qui reste à la merci d'une avancée jusque-là non maitrisée de la mer ". Il a présenté le cas de la Côte-d'Ivoire, pays dans lequel on assiste à un recul continuel et régulier du trait de côte de certaines localités.

Parmi les localités concernées, figurent notamment Grand-Lahou, Grand-Bassam, Assouindé et Assine. Ce phénomène a comme conséquence, la disparition des villages et des infrastructures, autrefois implantés non loin du rivage, tels les bâtiments administratifs et les cimetières.

IMPACT NEFASTE

Les activités telles que la pêche, la navigation subissent aussi un impact néfaste. "Face à ces risques importants, il importe de percevoir le littoral comme un territoire à " gérer " durablement en allant au développement et urbanisation dans le respect des équilibres naturels", a-t-il martelé.

C'est dans cette optique que le Col Karim Coulibaly a aussi salué le choix porté sur ce thème, ainsi que la qualité des participants. "Ce séminaire arrive à point nommé pour traiter à fond cette problématique entre spécialistes d'horizons divers et de proposer des solutions qui s'inspirent des " best practices " expérimentées ici et là ", a souligné le DG de l'ARSTM.

Honoré par le soutien et la présence des participants de " haut-niveau ", le col Karim Coulibaly promet travailler encore davantage. " Votre soutien nous engage à continuer pour faire de l'ISMI un institut interrégional de référence en matière de formation, un institut dynamique et crédible qui permettra aux Etats du Golfe de Guinée de disposer d'un savoir-faire technique nécessaire à la promotion d'un espace maritime sûr, sécurisé, propre et durable au service de leur développement économique et humain ".

UNE PARTICIPATION ACTIVE

La formation est organisée au siège de l'Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM) à Abidjan, en Côte-d'Ivoire. Les délégués viennent de 12 pays du golfe de Guinée à savoir : Benin, Cameroun, Gabon, Guinée Conakry, Nigeria, République du Congo, Sénégal, Togo et Côte-d'Ivoire.

La formation est assurée par des experts du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, du Nigéria, de France, du Programme de gestion du littoral ouest-africain de la Banque Mondiale (WACA) et de l'Institut de recherche appliquée Deltares des Pays-Bas.

Organisé et financé par la coopération française, cette formation n'aurait pas pu se matérialiser, selon Guillaume de Beauregard, sans le soutien appuyé de l'Etat ivoirien, en particulier de l'ARSTM, pilotée par le Col Karim Coulibaly. Dina BUHAKE
La déconfiture du système économique international
mardi 22 septembre 2020

(Par l'Evangéliste Colin NZOLANTIMA) Le monde est confronté à plusieurs crises multisectorielles provenant de différentes gestions calamiteuses des (...)
lire la suite
"La démission de Sarraj n’affectera pas les accords conclus avec la Turquie"
mardi 22 septembre 2020

Le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a indiqué que la démission du Premier ministre du Gouvernement d'entente nationale libyen (...)
lire la suite
Un médicament anti-Covid mis en vente dans les pharmacies russes
mardi 22 septembre 2020

Les ventes du médicament contre le coronavirus Areplivir ont débuté lundi 21 septembre dans les pharmacies russes. Il est désormais autorisé de (...)
lire la suite
La Russie saura se protéger si le traité New Start n’est pas prolongé, selon son ambassadeur à l’Onu
mardi 22 septembre 2020

La Russie est intéressée par la prolongation du traité New Start de réduction des armes stratégiques, mais s'il n'est pas prorogé elle trouvera les (...)
lire la suite
L’OMS dit apprécier les efforts de la Russie pour développer le vaccin Spoutnik V
mardi 22 septembre 2020

L'Organisation mondiale de la santé est reconnaissante à la Russie pour le développement de son vaccin contre le coronavirus, a annoncé le directeur (...)
lire la suite
Hôpital militaire marocain à Beyrouth : affluence grandissante et prestations appréciées
mardi 22 septembre 2020

Beyrouth - L'hôpital militaire marocain à Beyrouth, déployé sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI pour offrir des services médicaux aux (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting