Dernière minute :
PRETENDUES VIOLATIONS DU CODE FORESTIER PAR LA SOCIETE MANIEMA UNION 2
"Des approximations volontairement organisées pour nuire au Général Gabriel Amisi", réplique son avocat
vendredi 19 avril 2019

Qui cherche la tête du Général Gabriel Amisi Kumba dit Tango Four ?Dans son récent rapport daté du 15 avril courant, l'Ong Global Witness accuse le chef d'Etat-major général adjoint des FARDC en charge de la Force terrestre,d'avoir usé de son influence (en tant que proche de l'ex-chef de l'Etat, Joseph Kabila) pour acquérir illégalement et céder de permis d'exploitation du bois l'an dernier. Au cours d'une conférence de presse hier jeudi 18 avril, Me Liévin Ngondji Ongombe, avocat conseil de la famille du Général Amisi, qualifie ces allégations d'"approximations volontairement organisées pour nuire au Général Amisi ".Selon l'avocat, serait également visé à travers cet acharnement sur la personne du chef d'Etat-major général adjoint des FARDC, l'ancien président Joseph Kabila.

Me Liévin Ngondji considère ces accusations sur les violations du Code forestier comme graves et gratuites. " Global Witness s'est distingué par un assemblage léger des contrevérités savamment articulées dans l'objectif inavoué de nuire à la réputation d'un homme, le Général Amisi et sa famille ", soutient-il.

Par ailleurs, l'avocat ne comprend pas que l'on dise qu'attribuer des permis à des sociétés congolaises est normal, et ne devient illégal que quand il s'agit d'une société dans laquelle se trouvent des membres de la famille du général Amisi Kumba.

Me Liévin Ngondji s'interroge également sur la prétendue illégalité dans le fait pour l'administration d'octroyer à la société Maniema Union2 des concessions qui étaient déjà en pleine exploitation, donc non concernées par le moratoire de 2002. L'avocat explique que ces permis ne faisaient pas partie des concessions nouvelles.Ce sont des sociétés existantes qui exploitaient, et qu'on récupère pour les attribuer à d'autres personnes,parmi lesquelles la famille du général Amisi.

Autre contradiction que relève Me Ngondji : " Des permis ont été attribués à plusieurs autres sociétés (20 au total, Ndlr). Quid des autres sociétés ? Pourquoi on n'en parle pas ? On parle uniquement du Général, c'est cela l'acharnement dont je parle. Comment expliquer que Global Witness se soit tue du temps où les précédentes concessionnaires exploitaient les mêmes forêts ? ", s'interroge l'avocat conseil du Général Tango Four. Des questions continuent de se bousculer dans la tête de Me Ngondji. " Pourquoi, tant que ces sociétés étaient exploitées par les premiers propriétaires, la biodiversité n'était-elle pas en danger ? Quelle est la loi qui dit que quand on est proche d'une personne qui a des responsabilités, on ne peut pas entreprendre des activités commerciales ou lucratives "?, se demande-t-il.

L'Ong ne s'est pas arrêtée au Général Amisi. L'avocat rappelle que dans ce communiqué de Global Witness, le nom de l'ancien président Joseph Kabila revient pas moins de 5 fois. " Pour rien ", s'exclame-t-il.IL ne s'explique pas non plus le fait que l'Ong lie l'obtention de ces permis à l'élection présidentielle. Pour Me Liévin Ngondji, " tous ces éléments montrent qu'il y a un objectif visé, c'est la tête du général Amisi. Puisqu'il n'est pas politicien, pourquoi on l'associe à la politique ? Et quel est le rôle de Joseph Kabila parce qu'il n'est pas le ministre de l'Environnement. On ne cite pas ce dernier, on cite Kabila. Est-ce c'est Kabila qui attribue les concessions ?"

Cerise sur le gâteau, des médias internationaux interrogent uniquement les proches de Félix Tshisekedi dont André Claudel Lubaya qui a dit qu'il faille absolument que le Général Amisi soit illico presto suspendu…" Pour avoir fait quoi ?, se demande Me Ngondji. Pour ce dernier, la raison de tout cet acharnement est toute simple. " C'est en fait la tête sur le plateau qu'on offre au président Félix de frapper pour montrer qu'il se sépare de Joseph Kabila. C'est ça la toile de fond, Tango Four étant un des fidèles de l'ancien président ".

Autre preuve de cette obstination, l'Ong revient aussi dans son rapport sur des accusations antérieures à l'endroit du Général Amisi, sachant ces faits avaient été soumis à l'examen de la justice congolaise qui les a déclarés non fondés.

On rappelle que le Général Amisi avait déjà été accusé d'avoir vendu les armes à l'Est. Mais c'est pour ce dossier qu'on l'avait suspendu et mis à la disposition de la justice. Celle-ci a mené des enquêtes et il a été blanchi et réhabilité. Revenir sur cela revêt un amalgame qui vise un objectif, sanctionner l'homme, comme signe fort du nouveau pouvoir rd congolais. Didier KEBONGO
Il se passe toujours quelque chose à l’IFASIC...
lundi 15 juillet 2019

Le Général Léon Richard Kasonga Tshibangu (Promo 7) a défendu son mémoire de DEA, ce samedi 13 juillet, à l'Ecole doctorale de l'IFASIC. Titre du (...)
lire la suite
Delly Sesanga engage déjà le débat de la révision constitutionnelle !
lundi 15 juillet 2019

Envol, le parti cher à Delly Sesanga, a bouclé samedi 13 juillet au Centre catholique Nganda à Kinshasa, les travaux du Bureau politique élargi sur (...)
lire la suite
Kalamu : l’OVD entame les travaux d’entretien de l’avenue Oshwe
jeudi 11 juillet 2019

L'Office de voiries et drainage (OVD), a entamé depuis mardi dernier, les travaux d'entretien de l'avenue Oshwe, côté Matonge, dans la commune de (...)
lire la suite
La Guinée Bissau sera l’hôte de la 3ème édition du Forum régional de conservation de l’UICN
mardi 9 juillet 2019

La 3ème édition du Forum régional de conservation de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature et des ses ressources (UICN) pour (...)
lire la suite
Greenpeace Afrique appelle à l’annulation des concessions forestières illégales
mardi 9 juillet 2019

Les Organisations de la société civile environnementale (OSC) de la RDC signataires de la "Note de position sur l'attribution des nouvelles (...)
lire la suite
Le TGI Gombe condamne trois personnes à cinq mois de prison pour trafic de bonobos
mardi 9 juillet 2019

Le Tribunal de grande instance de la Gombe (TGI) a condamné, le week-end dernier, trois personnes à cinq ans de prison pour trafic de bonobos. Il (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting