Dernière minute :
AGITATION SUSPECTE D’UN SYNDICAT A LA DGI
Faux procès contre le DG Sele Yalaghuli
vendredi 19 avril 2019

Onze, c’est le nombre des syndicats qui composent l’intersyndicale de la Direction Générale des Impôts (DGI). De ces onze, un seul syndicat a quitté la table de négociations avec le ministère des Finances au sujet de la plus-value des rétrocessions. En lieu et place de chercher une solution auprès de l’autorité de tutelle, elle a mobilisé un groupe de personnes dont des agents mal informés qui ont perturbé le climat de travail jeudi 18 avril 2019 au siège de cet établissement public. Dans le collimateur de ces manifestants occasionnels, la direction générale qu’ils accusent à tort d’avoir bouffé ladite plus-value. Quelle ignorance de leur part!

Si manifester est un droit garanti par la Constitution et le code du travail, il y a des préalables, des principes que les manifestants doivent respecter. Les quelques agents qui ont manifesté hier au siège de la DGI ne se sont pas seulement trompés de cible, mais aussi de cadre et surtout ont prouvé qu’ils sont téléguidés par une main noire.

Et pour cause, ce syndicat s’est désolidarisé des autres syndicats qui sont actuellement en pourparlers avec le ministère des Finances sur la plus-value pour braquer ses attaques sur la personne du Directeur Général de la DGI Sele Yalaghuli.

En effet, pour de raisons que l’on ignore, ce syndicat a tenu, en violation du code du travail, une assemblée générale au siège de l’entreprise, malgré le reproche de la direction générale qui, en réponse à sa lettre, lui a expliqué que les assemblées générales syndicales se tiennent aux sièges de syndicats et non à celui de l’entreprise.

«Comment est-ce que le ministre des Finances peut autoriser qu’une plus-value soit payée et qu'elle soit orientée non dans les comptes de la DGI, mais dans le compte du directeur général ? », se demande Sele Yalaghuli.

Après avoir révélé que la Cour des comptes vient de terminer une mission à la DGI, il y a environ quelques semaines, il a invité ceux qui émettent de doutes sur sa gestion à vérifier auprès de sources compétentes.

«Il y a toutes les structures publiques de l’Etat, que ce soit la Cour des comptes, qui vient de terminer une mission à la DGI, il y a environ quelques semaines, l’Inspection générale des finances qui nous contrôle régulièrement. Vous n’avez qu’à vérifier au ministère des Finances qui autorise les financements, à la Banque centrale et à la BCDC pour savoir si l’argent a bel et bien été décaissé pour cette prime de plus-value et si ça se trouve dans le compte d’un individu qui est le Directeur général », a-t-il déclaré.

DES FAKE NEWS

A l’en croire, après avoir réalisé des performances de l’ordre de 135,60% en termes de taux de réalisation sur les assignations, les cadres et agents ont demandé au ministère des Finances de leur reconnaitre une plus-value, parce qu’ils ont dépassé les assignations.

«Ces discussions, dit-il, ne sont pas menées par la Direction Générale des Impôts, mais entre l’intersyndicale de la DGI et le ministère des Finances. Et le ministère des finances a donné une réponse tout à fait probante, en disant que les 5% sur les rétrocessions s’impliquent en tout effort que nous réalisons. C’est-à-dire que si vous faites 100% vous avez 5%, si vous faites 150% vous avez 5%, si vous faites 200% des recettes mensuelles, vous avez 5% et donc il y a naturellement une quotité de plus-value qui est là".

"Mais l’intersyndicale a dit non, au-delà de 5% il faudrait quand même reconnaitre aux agents les efforts réalisés quand ils ont dépassé les 100 %. C’est-à-dire que s’ils ont 120 % au lieu que ça soit seulement 5% sur le supplément, au-delà de 100% que le pourcentage s’accroisse un peu de manière qu’ils reçoivent une plus-value. Ce qui est tout à fait légal et tout à fait normal", a-t-il poursuivi.

Le ministre des Finances n’a pas refusé cette proposition, mais il a exigé que cette plus-value soit consacrée par un arrêté ministériel qui est actuellement en discussion entre son ministère et l’intersyndicale.

Petit souci, cet arrêté est bloqué par la mesure du Chef de l’Etat portant interdiction au gouvernement à prendre de nouveaux engagements. Entre temps, des fake news communiquées aux agents par ce syndicat selon lesquelles l’argent de leur plus-value était mis dans le compte du DG a entrainé la confusion.

«Nous sommes un service de l’Etat. L’argent des agents ne peut nullement être versé dans le compte privé du DG. Si versement il y a, c’est dans le compte de la DGI et ce n’est pas le DG qui le gère. Le mécanisme de dispatching est clair et connu de tous. Les agents ont cru à une fake new », a déploré le DG de la DGI.

Bon nombre d’analystes ne comprennent pas pourquoi ce syndicat s’est désolidarisée d'autres syndicats et redoutent une manipulation politique, dans le but de ternir l’image de ce mandataire public connu pour sa compétence et sa rigueur qui a été épargné par la vague de contestations. Robert DJANYA/Correspondance particulière
Goma : le Coordonnateur du Projet PFCGL présente sa feuille de route 2019 au Gouverneur Carly Nzanzu
mardi 9 juillet 2019

Le Coordonnateur Provincial du Projet de facilitation du Commerce dans la Région des Grands Lacs (PFCGL) a présenté, le 4 juillet courant, au (...)
lire la suite
L’ATC demande à Félix Tshisekedi de sanctionner les destructeurs du Centre de négoce des minérais de Mulungwishi
mardi 9 juillet 2019

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi est appelé à s'impliquer personnellement dans les sanctions à infliger aux vrais auteurs du (...)
lire la suite
La société SECAD compte fournir 340 MW d’électricité
mercredi 3 juillet 2019

Assurer le bien-être des Congolais, leur donner les meilleures conditions de vie et protéger l'environnement font partie des priorités du Président (...)
lire la suite
" Esprit de vie " : plusieurs acquéreurs tardent encore à apurer leurs créances
mardi 2 juillet 2019

Plusieurs acquéreurs de bus " Esprit de vie " tardent encore à apurer leurs créances. Le délai de quatre ans étant arrivé à échéance, le Gouvernement (...)
lire la suite
"Médias pour la Transparence" invite le chef de l’Etat au respect des règles de commande publique
mardi 2 juillet 2019

Organisation des professionnels des médias engagés dans la promotion de la bonne gouvernance et dans la lutte contre la corruption, "Médias Pour (...)
lire la suite
Le Copirep et les parties prenantes lèvent les options stratégiques et les modalités concrètes de mise en œuvre
lundi 24 juin 2019

C'est fini. La REGIDESO perd son monopole historique dans le secteur de l'eau en RD Congo. Dans les mois ou les années qui viennent, d'autres (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting