Dernière minute :

DGI : où est passée l’antidote contre l’accident vasculaire cérébrale ’’Selemycine’’ ?
vendredi 19 avril 2019

La Direction Générale des Impôts (DGI), a connu ce jeudi de 8h30' à 12h°°, un moment de bousculades, des cris inutiles et irréfléchis ainsi que des turbulences.

On a cru à une grève perlée alors qu'il n'y avait rien du tout.

A l'origine de cette situation selon des sources proches de la DGI et du syndicat, il s'agit de la réclamation de la prime plus value au ministère de tutelle.

Qu'en est-il au juste ! c'est depuis près de 8 ans que le ministre des Finances de l'époque, avait supprimé une prime ''dénommée plus value''.

Il faut signaler qu'elle concerne tous ceux qui contribuent à la maximisation des recettes fiscales au sein de la DGI.

D'abord la plus value est une prime accordée sur l'excédent des réalisations imposées par le gouvernement.

Lorsque la DGI réalise l'excédent, les agents qui ont participé à la collecte des impôts obtiennent la plus value. C'est ainsi que cette prime était payée à tout le monde selon le grade. Nous parlons du surplus des recettes réalisées en plus des assignations. A l'époque, le ministère des Finances accordait à la DGI, 20% pour le paiement de la prime.

C'est ainsi que nombreux qui touchaient des montants importants payaient des parcelles, finançaient des voyages, envoyaient les enfants en Europe bref : la prime était consistante pour les agents.

Lorsque le ministre des Finances de l'époque avait supprimé la prime, les agents ont trouvé cette action très grave et suicidaire.

Mais, comme le ministre des Finances était devenu premier ministre, les agents de la DGI n'ont pas fait de bruits.

A l'arrivée du DG Sele Yalaghuli, à la tête de la DGI, ce dernier a estimé que la prime qu'on accordait à la fin de l'année aux agents (la plus value) valait la peine d'être restaurée.

Il a entrepris personnellement des démarches auprès du ministère et les syndicalistes en ont profité pour voir le ministre en charge des Finances à ce propos.

Selon notre source au lieu de la prime ''plus value'', la loi des Finances, stipule en ces termes. Il est accordé à tous les agents de la DGI une ''prime de contentieux minimum garantie déterminée suivant leur grade et selon des modalités définies par la ministre ayant les Finances dans ses attributions. Elle est payée par le Directeur général des Impôts.

Il y a quelques semaines l'ancien président du syndicat Blaise Bazua qui a fait 7 ans de révocation par l'ordonnance présidentielle et qui a été récupéré il y a une année par le DG Sele, avait sensibilisé les agents à réclamer cette prime jusqu'à afficher les communiqués aux valves des directions et centres des impôts synthétiques de la DGI.

Au demeurant, lorsqu'on s'adresse au ministre des Finances, le syndicat de Blaise Bazua prenait les bus et allait au cabinet du ministre de tutelle.

Curieusement, aujourd'hui, les agents sont descendus à la DGI et non au ministère. La Constitution garantit le droit de grève certes, mais il faut soumettre à l'autorité un cahier de charges et il faut donner à la même autorité le temps de répondre.

Les syndicalistes du syndicat de Blaise Bazua ont été d'abord révoqués puis réhabilités sept ans après de nombreuses démarches et c'est grâce à la bonne volonté du DG Sele qu'ils sont encore à la DGI.

Celui qui a récupéré Blaise Bazua s'appelle Sele, la tentative de grève perlée, est préparée contre Sele, allez y comprendre !!

AGENTS DE LA DGI, OU EST PASSE L'ANTIDOTE SELEMYCINE POUR COMBATTRE L'AVC ?

Lorsque le DG Sele a été nommé à la tête de la DGI, au vu d'énormes actions, primes, salaires payés à temps et ayant procédé à l'augmentation de primes, les agents ont composé des chansons pour le vanter Sele jusqu'à désavouer ceux qui l'ont précédé mais le DG a refusé.

Ils annonçaient à ceux qui voulaient les entendre que Sele a amené un produit (antidote) pour lutter contre les AVC et qu'ils sont devenus millionnaires. Les mêmes ont changé de langage et d'autres tiennent des propos malsains à son endroit.

Ça c'est l'homme.

La question qu'on se pose est de savoir si le DG Sele a cessé d'être "Moïse de la DGI"?

Il n'a plus la puissance d'un médicament auquel on attribue la propriété de prévenir ou de combattre les effets d'un poison, d'un venin, d'une maladie contagieuse ?

Comment peut-on se permettre les actions du genre à l'endroit d'un homme qui a posé autant d'actions et actes en faveur du personnel et de la Régie ? Cette situation mérite réflexion !

On ne crache pas sur une main qui sert.

Nous y reviendrons avec force détail. MP/CP
APK : Le DG de la DGRK sollicite 72h pour répondre aux préoccupations des élus provinciaux
mardi 14 mai 2019

Devant répondre à la question orale avec débat sur l’évasion des recettes de Kinshasa, le diriecteur général de la DGRK (Direction Générale des Recettes (...)
lire la suite
Affaire Licence 2G Vodacom : Quand l’incertitude politique invente des mécanismes pour assurer la survie des sortants après les institutions
mardi 14 mai 2019

La nomination du nouveau gouvernement et des nouveaux mandataires des régies financières est en train de prendre du temps. Et pendant ce temps de (...)
lire la suite
Les étudiants de l’IFASIC édifiés sur les méthodes contraceptives
vendredi 10 mai 2019

Qui commence bien, finit bien. Les rideaux sont tombés le mercredi 8 mai, sur les trois jours de campagne sur les services intégrés de la (...)
lire la suite
L’Anapi organise trois journées portes ouvertes sur les réformes Doing business
jeudi 9 mai 2019

L'Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), organise dès aujourd'hui Jeudi 9 au samedi 11 mai, la deuxième édition de ses (...)
lire la suite
Vodacom Congo réfute les allégations d’obtention frauduleuse de la Licence 2G
mardi 7 mai 2019

Vodacom Congo tient à éclairer l'opinion publique sur la régularité et la transparence ayant entouré la transaction portant sur sa Licence de (...)
lire la suite
BCC : Le taux directeur ramené de 14 à 9 %
jeudi 2 mai 2019

La Banque centrale du Congo (BCC) a décidé d’assouplir les dispositifs de sa politique monétaire en ramenant le taux directeur de 14 à 9%. C’est (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Coucou revoici nos amis occidentaux !

L'heure est au rabibochage entre la RDC et ses partenaires dits " traditionnels ". Alléluia ! Qui s'en plaindrait, qui trouverait matière à s'en formaliser. Tant à l'internationale, un pays vaut par (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting