Dernière minute :

La pilule " Le peuple d’abord " aux Gouv
mardi 14 mai 2019

Au seuil de leur mandat, les Gouverneurs de provinces savent à quoi s'en tenir. Sous Félix-Antoine Tshisekedi, ce sera " Le peuple d'abord " ou la fatwa. Rien que cela. Pas d'option médiane. Pas d'accommodement raisonnable, version très rd congolaise.

Exit donc la sempiternelle impunité. Révolu le temps de l'opération "retour de l'ascenseur" entre certains faiseurs de roi, tapis à Kinshasa, et des gouverneurs de provinces.

Alors, vive la nouvelle ère dans les provinces ? Pas si sûr. Ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on fait tomber la fièvre. En l'occurrence, le chef de l'Etat est de très bonne foi lorsqu'il décrie les vices qui rongent le Congo-Zaïre depuis des lustres. Mais, tels des chats échaudés…

Il y a quatre décennies, Mobutu, qui avait le sens de la formule, dénonçait déjà "le mal zaïrois". Dans cette galerie de tout ce qui est indigne de la République, figuraient la corruption, le détournement des deniers publics, la concussion, le clientélisme, le népotisme…

Le Maréchal-Président avait même proclamé dans toutes les langues la fin de toutes ces pratiques. "Tout va changer, tout doit changer ", " Désormais, plus rien ne sera comme avant "… Autant de slogans qui résonnent encore dans les oreilles des Zaïrois redevenus Congolais.

Idem pour Kabila père et fils. Ce dernier a dénoncé les fameuses "antivaleurs " et a promis mille fois la prison aux gestionnaires indélicats. On connaît la suite. Sous les tropiques rd congolaises, le mal a la peau dure. Mieux, il se moque éperdument de changement de régimes. Voilà que le discours du Président d'hier ressemble comme une goutte d'eau -ou presque -à ceux de ses illustres prédécesseurs.

Assisterions-nous au remake des années Mobutu et Kabila ? Plus qu'un vrai challenge pour FATSHI, c'est un défi existentiel que tous les Congolais devraient relever en tuant le vieil homme. Pas à coup d'imprécations ni de slogans de trop. Mais par l'exemplarité. L'exemple venant toujours d'en haut, comme le poisson pourrit toujours par la tête. José NAWEJ
La justice, rien que la justice
mardi 11 février 2020

Encore en construction, les sauts-de -mouton mènent déjà aux cours et tribunaux. Trêve de digression de métaphore. La controverse autour de (...)
lire la suite
Le pouvoir judiciaire en question
lundi 10 février 2020

Dans la haute magistrature, une page vient de se tourner. Ou d'être tournée. C'est selon. En tout cas, avec la nomination des hauts magistrats, (...)
lire la suite
L’Eglise dans le monde et le monde dans l’Eglise
vendredi 7 février 2020

Il ne croyait pas si bien chanter ce choriste chrétien qui a trouvé l'Eglise dans le monde et le monde dans l'Eglise. Cette chanson est comme (...)
lire la suite
Seul devant sa conscience
jeudi 6 février 2020

A l'UDPS, la tendance est à présenter le meeting commémoratif du 38ème anniversaire du parti prévu théoriquement ce 15 février, comme un événement (...)
lire la suite
Rassurons les investisseurs
mercredi 5 février 2020

Séduire les investisseurs. Un exercice existentiel auquel s'adonne le Premier ministre présent au pèlerinage annuel des miniers au Cap, en Afrique (...)
lire la suite
Encore et toujours deux Lamuka en un
mardi 4 février 2020

Porte-parole constitutionnel de l'opposition ? Le tandem Katumbi -Bemba est preneur. Un modus operandi sur la base du tourniquet serait même dans (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting