Dernière minute :

Hors coalition CACH-FCC, point de salut ?
mercredi 5 juin 2019

Ce n'est plus un "air de partage" en référence à un titre prémonitoire de notre éditorial du mercredi 29 mai 2019. C'est déjà le partage ! Les nominations dans les conseils d'administration de la Gécamines et de la SNCC ne laissent guère de place au moindre doute.

La coalition CACH-FCC a entrepris la grande redistribution des cartes. Un coup d'œil sur les ordonnances, la traçabilité des heureux promus ou maintenus -c'est selon- est établie. Un attelage CACH-FCC pur jus qui préfigure la physionomie du Gouvernement.

Faudrait-il s'en féliciter, s'en plaindre ou… en pleurer ? A chacun son sentiment. Certes, ici comme ailleurs, il est d'usage que le nouveau pouvoir, même frappé du sceau de l'onction des urnes, nomme ses affidés et affiliés à des postes importants. Question de récompenser et surtout de fidéliser davantage sa clientèle politique. De ce point de vue, il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Le hic avec cette pratique, c'est la politisation à outrance de tous les postes de responsabilité, y compris dans des sphères qui requièrent plus de technicité que de politique. C'est le cas notamment dans les entreprises publiques et autres services générateurs des recettes.

Ici, le risque est de voir la compétence sacrifiée sur l'autel de la doxa politique. Ce, d'autant que nombre de partis politiques zaïro-congolais souffrent d'un déficit de cadres techniques. La plupart de formations politiques ayant été créés, non pour construire avec une expertise avérée des politiques alternatives, mais juste pour permettre à son fondateur de participer aux négociations qui débouchent sur le partage du pouvoir.

Suite au précédent, la tendance est de conditionner des nominations à tel ou tel autre poste par une allégeance à telle ou telle autre chapelle politique au pouvoir. Un modus operandi qui charrie aussi allègrement que dangereusement le clientélisme militant.

Conséquence, au lieu d'être des espaces de production sur fond de bonne gouvernance, les entreprises deviennent des pompes à finances pour les partis qui tiennent les manettes de l'Etat. Seraient-ce les prémices de ce décor que plantent les nominations à forte odeur CACH-FCC ? L'heure de la réponse n'a pas encore sonné. José NAWEJ
A la recherche de la carte de membre
vendredi 13 septembre 2019

Il se négocie à prix d'or par les temps qui courent. Il vaut de l'or. Il tient lieu d'assurance-travail. Il a la valeur de visa de nomination, de (...)
lire la suite
De bonnes résolutions…
jeudi 12 septembre 2019

Ça ressemble à une course à l'échalote sur le front de bonnes résolutions. Aucun ministre n'est en reste. Chacun des membres de l'équipe Ilunga y va (...)
lire la suite
Une entrée en matière sans état de grâce !
mercredi 11 septembre 2019

A chacun ses 100 jours. Après le Président Félix-Antoine Tshisekedi, c'est le tour de Sylvestre Ilunga et son Gouvernement. Le chrono tourne déjà. (...)
lire la suite
Mystère sur un discours !
mardi 10 septembre 2019

Qu'a dit le Président dimanche soir ? Inutile de se triturer les méninges .Rien de nouveau. Pas l'once d'une annonce dans le message du chef de (...)
lire la suite
Changeons pour changer !
lundi 9 septembre 2019

Avant -hier, hier et aujourd'hui, l'UDPS a comme totem " le changement ". Vu du Congolais lambda, l'alternance au sommet de l'Etat n'a de sens (...)
lire la suite
Place aux originaires de…
vendredi 6 septembre 2019

Un rituel qui a la peau dure et, à l'évidence, de beaux jours devant lui. Même sous l'ère FATSHI. C'est celui de voir les ressortissants de tel ou (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting