Dernière minute :
LUMUMBA, KABILA ET TSHISEKEDI
Trois modèles de renoncement aux privilèges immédiats
mercredi 5 juin 2019

L'enterrement du Premier Ministre Etienne Tshisekedi a mobilisé de nombreux Congolais de tous les bords politiques du pays. De mémoire de kinois, seule la mise en terre de Laurent-Désiré Kabila avait eu droit à un tel engouement.

De l'UDPS au FCC, en passant par le Palu et bien d'autres organisations tant politiques que de la société civile, chacune a pris part, à sa manière, à ce deuil national. Plusieurs pays voisins ou amis, proches ou lointains ont également tenu à être présents à cette manifestation.

Au-delà de l'aspect "deuil" et de tout ce que cela entraîne, d'émotionnel, de folklorique, de désorganisation, voire d'anarchique et de symbolique, dans notre culture actuelle, quelle signification donner au phénomène? Comment comprendre cet engouement ? Quelle leçon symbolique en tirer? Quel message les Congolais ont-ils voulu se donner à eux-mêmes, à leurs élites et pourquoi pas aux étrangers ?

Voilà quelques questions auxquelles nous devrions répondre afin que ce qui vient de se passer chez nous, en cette fin du mois de mai 2019 ne s'évapore pas dans le passage du temps sans nous laisser une quelconque sagesse.

Dans cette commémoration quasi unanime, il faut d'abord voir l'expression et la confirmation de l'unité nationale. Une fois de plus, les Congolais dans leur crainte justifiée de voir la nation se disloquer, ont adressé un message limpide à ceux qui doutent encore de la solidité du lien national dans ce vaste territoire. C'est en ce sens qu'il faut comprendre le grand nombre de drapeaux que nos compatriotes n'ont cessé d'exhiber avec fierté à la fin de la semaine passée.

Les philosophes, sociologues, historiens, politologues et autres connaisseurs savent qu'une nation existe et se consolide notamment à travers des références communes, des figures emblématiques.

Depuis 1961, Patrice Lumumba est pour nous une référence incontestable, Laurent Désiré Kabila l'a rejoint, en 2001, dans ce Panthéon symbolique, où logeaient déjà Kimpa Vita et Simon Kimbangu.

Maintenant il s'agit de s'interroger sur les conditions de l'accession à cette dignité particulière. Il va sans dire qu'une seule et unique qualité ne saurait expliquer à elle seule un tel exploit.

Cependant, l'étude, des vies publiques de trois personnalités évoquées dans ce texte, à savoir Patrice-Emery Lumumba, Laurent-Désiré Kabila et Etienne Tshisekedi, fait ressortir une caractéristique particulière, celle d'avoir su, à des moments décisifs de l'histoire, renoncer à des privilèges importants pour se consacrer à un combat plus significatif, celui de la lutte pour la libération de son peuple.

Lumumba a méprisé et renoncé au statut qui, bien que humiliant d'"évolué" comportait, à l'époque, des avantages incontestables. Le jeune Laurent Désiré Kabila fit un choix semblable. Au lieu de poursuivre calmement sa carrière politique à Kinshasa, il renonça au privilège d'appartenir à cette bourgeoisie naissante pour rentrer dans le maquis et se consacrer à la lutte de la libération jusqu'au 17 mai 1997.

Sans chercher à nier les désaccords ayant existé entre les voies politiques et idéologiques choisies par P. Lumumba et L. D. Kabila d'une part et celles d'Etienne Tshisekedi d'autre part ; il s'impose de reconnaître le courage de cet homme dès lors qu'il avait pris conscience que la voie construite avec Mobutu ne pouvait que conduire à l'impasse. Lui aussi a dû renoncer à des privilèges énormes. C'est ce qui, aujourd'hui, explique la place qu'il occupe dans les cœurs des Congolais.

C'est en allant à la recherche, à l'exemple de ces aînés, de la force pour renoncer aux privilèges, que le monde politique congolais d'aujourd'hui trouvera comme son Grall et notre "Lola" à nous.

Dans notre contexte politique pluraliste actuel, aller vers le renoncement aux privilèges, signifie suivre la voie que tracent actuellement le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et son prédécesseur Joseph Kabila Kabange dans le cadre de la coalition FCC/CACH. Il s'agit de mettre son énergie à la construction de la seule coalition politique qui vise, la consolidation de l'unité et de la cohésion nationale, à trouver des moyens efficaces pour combattre la pauvreté et sauvegarder notre souveraineté. Jean Pierre KAMBILA, Cadre de la coalition FCC/CACH
A la coalition FCC-CACH de prendre ses responsabilités !
vendredi 13 septembre 2019

Connu pour ses réflexions sur les enjeux existentiels auxquels fait face la RD Congo, l'analyste Jean-Pierre Kambila se livre à l'anatomie de (...)
lire la suite
Le salaire des enseignants réajusté dès ce mois de septembre
jeudi 12 septembre 2019

L'Exécutif national va également décaisser l'enveloppe nécessaire pour permettre aux écoles publiques de fonctionner. Bonne nouvelle. Ils (...)
lire la suite
Service national : 4.000 anciens rebelles en formation à Kayoyo
mardi 10 septembre 2019

* "Le Chef de l'Etat sait que vous êtes ici et il m'a envoyé, non seulement pour vous rendre visite, mais aussi et surtout, pour vous apporter son (...)
lire la suite
Vivement une ordonnance pour clarifier les compétences
mardi 10 septembre 2019

Tous les membres du gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba sont entrés en fonction hier après la dernière série des cérémonies de remise-reprise (...)
lire la suite
Ilunkamba : "l’heure est au travail et à l’action !"
lundi 9 septembre 2019

*Le chef du Gouvernement invite les Congolais à œuvrer ensemble, chacun dans leur rôle, " pour le relèvement de notre mère patrie". *"Votre (...)
lire la suite
Hommage posthume à Eddy BUHAKE, Fils de Dina BUHAKE
samedi 7 septembre 2019

La rédaction de Forum des As a porté réconfort à sa journaliste, Mme Dina Buhake, qui a perdu son fils unique Eddy Buhake Kumambomba, décédé le (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting